N'hésitez pas à demander des liens et des rps aux nouveaux membres.
Privilégiez les Marvel , ils sont badass.
Bienvenue sur The Avengers on vous aime déjà.

Partagez | .
 

 Milo Wordworth || Future is just a possibility...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
bienvenue à new york
Milo Wordworth
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 6
» ma tête :
Kit Harington
» association : le S.H.I.E.L.D
POUVOIR.

MessageSujet: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   Sam 2 Sep - 21:49


WORDWORTH, Milo

Ft. Kit Harington

Source : Inventé

Identité

nom ▬ WORDWORTH

prénom(s) ▬ Milo, John

nom de code ▬ Skuld

sexe ▬ masculin

âge ▬ 30 ans, le 24 décembre 1986

nationalité ▬ Américaine

métier / études ▬Journaliste

classe ▬ Citoyen, Inhumain, il est également proche du S.H.I.E.L.D

association ▬ Indépendant il est parfois amené à travailler avec le S.H.I.E.L.D

statut civil ▬ En couple, il espère bien se fiancer

orientation sexuelle ▬ hétérosexuel


Résultat de l'enquête


DEPUIS COMBIEN DE TEMPS HABITEZ-VOUS À NEW YORK ? TROUVEZ-VOUS LA VILLE PLUTÔT ACCUEILLANTE OU DÉSAGRÉABLE ET POURQUOI ?New-York? J’y ai toujours vécu. Cette ville est et sera toujours ma maison. Mes parents avait une “demeure” en bordure de la ville. Ensuite j’ai eu mon propre loft à Central Park. Et si je déménage une nouvelle fois je ne pars pas loin de ma ville de naissance. Détruite elle s’est toujours remise debout. Cosmopolite j’aime à croire qu’elle saura toujours là pour accueillir ceux qui sont différents. Cette ville m’a vue grandir, sombrer et devenir un homme. Elle m’a apporté le pire lorsque je pensais en avoir besoin, et le meilleur quand j’y étais prêt… J’aime New-York et son absence de silence, cette ville qui ne dort jamais et elle me correspond bien…


HYDRA, L'AIM, LA MAIN, LA CONFRERIE, LE TERRORISME D'ETAT ET LE GOUVERNEMENT DE ROSS. TOUTES CES CHOSES MENACENT LE MONDE. PENSEZ-VOUS QUE LES AVENGERS PEUVENT VOUS SAUVER ? OU PENSEZ VOUS QU'ILS NE FONT QU'EMPIRER LA SITUATION ? VOUS SENTEZ VOUS EN SECURITE ? EN DANGER ? Je dois ma vie aux Avengers et à ceux qui comme eux tentent de sauver New-York ou de nous protéger. Un temps j’aurai aimé être comme eux. Et puis j’ai compris que je ne le saurai jamais. Je n’ai pas l’étoffe d’un super-héros. Au fond on rêve tous d’être comme eux, sans envier leur vie au quotidien… Bref je leur confie ma vie sans la moindre hésitation…


VOTRE PERSONNAGE A-T-IL ÉTÉ TOUCHÉ PAR LES LOIS D'ÉPURATION DU GÉNÉRAL ROSS ? COMMENT A-T-IL VÉCU CES NOUVELLES LOIS, QUEL A ÉTÉ SON CAMP ? Si j’ai été touché ? Oui de plein fouet. Et sur un temps qui m’a semblé être une éternité. Cela a commencé par  toucher ma compagne, elle travaillait pour le gouvernement par l’intermédiaire du F.B.I alors elle s’est fait recenser… La Purge entrait dans notre maison… Quand le pire a éclaté j’étais parti au Cambodge pour un reportage. C’était un cauchemar. Je ne pouvais rien faire pour l’aider, la sauver, la protéger comme elle m’avait protégé. Alors j’ai organisé sa libération. J’ai tout laissé sur place et je me suis associé à des réseaux d’aide pour les personnes qui parvenaient à fuir. Grâce à mon argent j’ai aidé à monter des camps de repos pour ceux qui s’étaient échappés. Leur fournir de nouveau papier, des billets de train. Une véritable organisation clandestine en dehors de New-York. Je me battais à ma manière, avec mes moyens. Et si aujourd’hui nous subissons encore les séquelles de cette période j’ai cette petite fierté de dire que j’ai été dans la résistance, qu’à mon échelle j’ai pu aider. Que cette fois je ne suis pas resté paralysé par la peur...


AVEC L'AIDE DE LA RÉBELLION, LE RÈGNE DE TERREUR DE ROSS A PRIS FIN... AVEZ VOUS ÉTÉ HEUREUX OU NON? DES CONSÉQUENCES POUR VOTRE FUTUR ? AVEZ VOUS DES PROJETS D'AVENIR ? PARTICIPER À LA RECONSTRUCTION DE NEW YORK? RIEN DU TOUT ? OU ENCORE REPRENDRE LA LUTTE CONTRE LES ANORMAUX ? Heureux ? C’est un faible mot vraiment. Un soulagement, une joie sans nom. Et quand ce porc a été traîné devant les tribunaux, je peux vous jurer que j’ai regretté pour la seule et unique fois de ne pas avoir fait des études de droits comme le voulait ma mère. En tant que journaliste j’ai pu tout suivre du début à la fin. Et je vous jure, j’avais tellement de haine en moi… Je ne sais pas comment j’ai pu garder autant d’objectivité dans mon discours, dans mes écrits… Quoiqu’il en soit à partir de là tout a été différent pour moi. J’ai voulu devenir quelqu’un de meilleur, pour Colleen. J’ai commencé à réellement envisagé l’avenir. Pas comme une succession de jours mais un réel avenir. Emménager avec elle, songer à fonder une famille. J’ai bien l’intention de poser une première pierre à tout cela. On a commencé par partager le même lieu de vie, maintenant je veux faire ça bien. Pour elle… Donc oui tout a été changé par la Purge, mais encore une fois je veux, je peux faire partie de ceux qui aide à tout reconstruire.


L'ÉTAT PARLE DE PERSONNES POSSÉDANT DES CAPACITÉS EXCEPTIONNELLES : DES POUVOIRS. AVEZ-VOUS DES POUVOIRS OU DES TECHNOLOGIES ? DÉCRIVEZ VOS CAPACITÉS ICI.Je suis ce que vous appelez un Inhumain. Transformé par la Brume tératogène, j’étais au fond de moi, un descendant des création Kree. En sortant de mon cocon de pierre, j’étais devenu un autre.. J’avais acquis des pouvoirs. Celui de voir dans le passé mais surtout dans l’avenir. Ces visions s’imposent à moi peu importe le moment de la journée, même la nuit. Mais comme d’autres “Oracles” avant moi, je n’étais pas forcément cru. Comment croire que l’on peut vous dire avec exactitude ce qu’il peut se passer dans les jours à venir. La vision la plus éloignée que j’ai eu se jouer avec un mois d’intervalle. Bien souvent c’est une question d’heure, de minutes maximum de jour jamais plus. Pour celles du passé ? Elles sont bien plus incertaines, et sont des expériences rares. Du coup il semble que le retour en arrière soit bien plus éloigné et puisse se compter en années. Bien sûr le futur dépend des choix que nous faisons, et ce sont ces possibilités qui s’offrent à moi.
Je peux avoir des visions différentes d’un même futur, ce qui ne peut pas vous enlever votre libre arbitre. Même mes propres choix peuvent influencer sur ce que j’ai vu quelques minutes auparavant.
Pour pouvoir faire le point sur tout cela ? J’ai mis en dessin ce que je voyais, j’ai créé - chez moi - une pièce où toutes ces visions s’engrangent. Comment cela se manifeste ? Mes yeux se révulsent légèrement, se voilent de noir, et c’est comme si soudainement je ne pouvait plus respirer. La première fois ? J’ai cru mourir, Plus la vision est longue, plus je risque de m’évanouir. Par contre à mon “retour” je me souviens de tout, ce qui me permet de dessiner ensuite ce que j’ai vu.


QUE PENSEZ-VOUS DES MUTANTS OU DES PERSONNES HORS NORMES? PENSEZ VOUS QUE LES ANORMAUX PEUVENT VIVRE EN PAIX AVEC LES HUMAINS ? J’aimerai être utopiste et me dire que l’on pourrait effectivement tous vivre en harmonie. Mais nous sommes trop différents, et rares sont ceux qui sont prêt à accepter ces différences. Alors si on pouvait vivre dans un minimum de calme. C’est au fond tout ce que moi je demande… Mais de cela je n’en suis pas certain non plus…


UN NOUVEAU GROUPE NOMMÉ LES WATCHDOGS A FAIT SON APPARITION. CELUI-CI SE DIT DÉFENSEUR DE L’HUMANITÉ CONTRE LES ABOMINATIONS QUE SONT LES MUTANTS ET LES INHUMAINS.  QUE PENSEZ-VOUS DE LEUR CAUSE ? Les Watchdogs ? Oui j’ai entendu parler d’eux. J’ai même tenté de les retrouver. Je voulais dénoncer ce qu’ils faisaient. Je ne les ai pas encore trouvé. Mais quand ce sera fait, je dénoncerai chacun de leurs actes, chacune de leur pensée. Je ne les laisserai pas gagner, je ne les laisserai pas gagner une nouvelle bataille menée par la haine


IL PARAIT QUE CHAQUE PERSONNE SUR CETTE TERRE A UN MODÈLE, UN MENTOR. QUEL EST LE VOTRE ? Des modèles ? Des mentors ? J’ai cru en avoir une oui, mais je m’étais trompé, alors je préfère me dire que je deviendrai ce que je devrai être. . Mes modèles ce seront des hommes de pensées, d’art. Ces morceaux d’histoire dont j’aimerai m’inspirer. Mais ils n’auront jamais marché à mes côtés… Ce ne seront que cela des fantômes, des sources d’inspiration…


Derrière l'écran


je certifie par le code du règlement avoir lu celui-ci en entier et m'engage à le respecter.OK Stan Lee mon pseudo sur le web.Fox / Fox InWinter mon âge. votre âge réel. comment avez vous connu le forum? Je suis devenu Admin ici °°quelque chose à améliorer sur le forum ? C'est en cours °° c'est beaaaaaauma fréquence de connexion.Tous les jours ! veux-tu un parrain/marraine? J'ai la meilleure des marraine alors c'est bon °°


Code:
<span class="avpris">Kit Harington</span> - @"Milo Wordworth"

Fiche de présentation réalisée par Joh.a pour www.TheAvengersRPG.com
bienvenue à new york
Milo Wordworth
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 6
» ma tête :
Kit Harington
» association : le S.H.I.E.L.D
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   Sam 2 Sep - 21:52



Les Dossiers Top-Secret

   
écrire ici l'histoire de votre personnage en un minimum de quinze lignes. Nous vous demandons d'intégrer l'attaque des chitauris, la chute du SHIELD, les accords de Sokovie (les évènements du MCU) ainsi que les contextes du forum le dernier en date l'épuration anti anormaux, et la chute du général Ross. N'hésitez pas à décrire où était votre personnage, comment a-t-il vécu ces épisodes dans sa vie et les potentielles conséquences sur sa vie, son entourage ...

Wordworth : la deuxième fortune après la famille Stark a elle aussi son héritier.
Le New-York Times, 1986

C’est dans une clinique privée que j’ai vu le jour. Pas par coquetterie mais parce que toute ce qui précède ma naissance a été un jeu de dupes. La plupart d’entre vous êtes nés de l’amour de votre père pour votre mère moi c’est un peu différent. Je suis né de la volonté de mon père d’avoir un héritier et du désir de ma mère de faire comme toutes ses amies. Mais il y a eu un hick. Mon père aimait LES femmes et moins SA femme. Ma mère?  Elle ne voulait pas voir son corps déformé par la grossesse. Elle ne voulait pas de la douleur de l’accouchement. Alors quand une des jeunes maîtresses de mon père est tombée enceinte, pour les médias ma mère l’est devenu aussi. Il était plus simple pour elle de porter des faux ventres que l’on peut retirer une fois dans le secret de sa chambre. La suite ? Ils ont acheté le silence de ma mère biologique. Ils lui ont offert un appartement, donné de l’argent. Ils ont payé un médecin et son équipe de sages-femmes. L’argent n’a jamais été un problème. Et puis je suis né. Ma mère biologique est devenue ma nourrice. Elle s’occupait de moi pendant que ma "mère officielle" reprenait son train de vie et que mon père retournait coucher avec d’autres. Ma nourrice n’a jamais été plus que cela à mes yeux, même si au fond je l’aimais profondément. Ce que j’ignorais, comme le reste de ma famille c’était qu’Elisabeth était une jeune femme très “pieuse” issue d’une famille catholique et que cette éducation l’a rattrapée lorsque j’ai eu l’âge de ressembler à mon père. Je devenais alors la preuve de son péché et de sa vie en perdition. Elle a quitté la maison sans un mot. Je garde encore la sensation de la chaleur de sa main sur ma joue même si je ne me souviens qu’à peine de son visage.
Après son départ quelques nourrices se sont succédées. Une seule est restée Maïa. Une italienne aux yeux de velours. Fantasme de mon géniteur mais créature aimant uniquement les femmes. Pour elle je serai “le seul homme qu’[elle] n'a jamais aimé.” Tant pis pour lui, moi je savourais cette petite victoire.

Entretien avec la famille Wordworth : “Notre fils, notre génie”. Milo, une intelligence pure, la fierté familiale.
U.S.A. Today, 1996

Une fierté… Quand je relis ce genre d’article, cela me fait toujours sourire. Ils ne passaient que trop peu de temps à la maison pour se rendre compte de ce dont j’étais capable, de ce qui me plaisait et animait ma vie. Ma “mère” ? Elle se noyait un peu plus dans l’alcool, et comme mon père elle a pris le chemin des draps de nombreux amants. A quoi bon avoir un Q.I capable de rivaliser avec celui de Red Richards, ou de Tony Stark si cela ne sert à rien ? Seule Maïa semblait avoir conscience du potentiel qui sommeillait en moi. Elle m’a sorti de ma sombre demeure, m’a emmené et présenté aux siens. Je crois que si j’avais le choix, aujourd’hui encore, je prendrai son nom à elle. Dans le secret de mes rêves je devenais Milo Cavaleri, je devenais son fils, et le petit fils de ses parents. Je dansais avec elle au rythme du violon de son père, je riais à leurs discussion. C’est eux qui me donnait envie de découvrir le monde et d’utiliser mon ”intelligence” pour quelque chose de constructif. Avec eux j’étais quelqu'un. Mais chaque médaille a son revers et Maïa ne fait pas exception. Cela je le découvrirai plus tard.

En attendant elle m’encourageait dans tout ce que j’entreprenais que ce soit dans des activités comme l'escrime que je fis pendant 2 ans ou le tir à l’arc que je pratique encore. Elle fut une réelle inspiration lorsque je me mis à la photographie alors que j’avais quinze ans, mon meilleur encouragement lorsque je me mis à écrire pour le journal du collège puis du lycée. Quand je devenais rédacteur en chef et directeur de ce même journal. Quand je décidai de me lancer dans des études de journalisme alors que mes parents me voulaient avocat ou médecin. Elle m’aida à obtenir les meilleurs stages et quoique certains en disent je comprend pourquoi le journal de Jameson était si efficace, parce qu'il exigeait le meilleur…

New-York attaqué, ces héros du quotidien face aux ravages d’un bataille venue d’ailleurs. Les “Avengers” responsables ?
Daily Bugle, 2012

J’étais journaliste accompli quand la menace est tombée du ciel. Le Daily Bugle a été en partie  détruit après le passage d’une de ces “baleines aliennes”. Je pourrai me vanter d’avoir vu Thor et Hulk de près mais je ne me souviens que de la peur qui paralysait mes membres et de cette onde de choc qui a résonné dans l’immeuble. Des débris qui chutaient tandis que je restais comme hypnotisé. Une part de moi craignait cet affrontement, l’autre aurait aimé en faire parti. J’avais l’impression d’être inutile… Mais je me trompais. Quand tout s’est arrêté j’ai compris que tout était à refaire. Je ne pouvais peut être pas être un super-héros mais je pouvais être une de ces personnes qui aiderait au quotidien. Comme d’autres j’ai rejoint l’aide aux victimes, j’ai surtout aidé à la reconstruction, même si parfois le soir j’allais aider à distribuer des repas. J’étais un espèce de vide que je tentais de remplir par de bonnes actions. Comme toujours ma famille serait dans l’Ombre de celle des Stark. Leur fils avait sauvé New-York d’une bombe nucléaire ? Je remettais debout ce qu’il avait aidé à détruire. Une reconstruction qu’il finançait sans venir se salir les mains… Maïa disait que c’était là ma force. L’argent ne me servait à rien, mon intelligence ne me servait à rien, si je ne venais pas affronter la vérité, la réalité du terrain.
Le soir, tard, je rentrais épuisé, j’avais l’impression de n’avoir servit à rien, je me trompais encore une fois. New-York se remettait debout, lentement mais on y arrivait. Quand cela a été finit ? Je me suis retrouvé vide de nouveau…

Je ne suis pas un ange, je ne l’ai jamais été, pour personne, et quand un vide se crée j’ai besoin de le remplir d’une façon ou d’une autre. A cette période ce fut par les soirées, les galas plus ou moins mondains, les fêtes organisées par un ami d’un ami que je n’avais pas. Mon nom était un pass-partout. Mon argent ? Il ne servait qu’à faire durer un peu cette nuit. Les femmes ? Elles s’installaient près de moi, parfois passaient la nuit avec moi, mais je n’avais jamais l’intention de les revoir. C’est là que tout a dérapé… Que je suis devenu ce que je suis aujourd’hui… Non je ne suis plus comme ça aujourd’hui, disons que ma chrysalide a été plus violente que je ne l’avais imaginé…

Disparition du fils Wordworth : l’enfant chéri de New-York aurait été kidnappé. Rumeur ou réalité ?
New York Daily News, 2014

J’avais commis le pas de trop dans un univers que je ne maîtrisais plus. Cela faisait bien longtemps que Maïa ne faisait plus parti de ma vie. A 28 ans, je restais un bon journaliste, j’avais un loft immense, avec vue sur Central Park, je voyageais beaucoup. Mes parents ne me donnaient de nouvelles qu’une fois par an, à Noël. Non pas pour mon anniversaire, mais parce que cela faisait bien de souhaiter ce qu’il y avait de meilleur à son fils. Mais honnêtement je ne répondais jamais. Je me perdais dans les nuages de cigarettes que je consommais chaque jour, et les verres d’alcool que je buvais chaque nuit, pour oublier la solitude de ce même loft plongé dans la nuit. Je suis passé des soirées mondaines - je laissais cela à Tony Stark encore une fois - et préférais la solitude de mon appartement. La vague idée de me jeter de la hauteur de l’immeuble a effleuré mon esprit… ... ... Non j’ai sauté… Un soir sans lune, dans une obscurité totale. Mais je n’ai jamais frappé le bitume. Deux bras m’ont entouré et je me suis retrouvé sur mes jambes dans un lieu que je ne connaissais pas. Celle qui m’a accueilli ? Maïa. Elle semblait heureuse de me voir, m’a dit qu’elle attendait cet instant depuis longtemps. Je ne comprenais pas… Puis elle m’a présenté à celle qui était la “maîtresse des lieux” Jiaying. Une femme splendide malgré ses cicatrices, j’ai tout de suite compris pourquoi Maïa restait là… L’attirance, l’amour peut-être… Elle m’a fait visiter l’Outre-Monde pendant que New-York se débattait avec la chute du SHIELD et la montée de HYDRA. C’était une bulle bien fermée mais réservé qu’à une partie de la population. Pour cela je devais montrer que j’en étais “digne”. Passer par une cérémonie. Je ne sais pas ce qui avait poussé Maïa à croire que je réussirai, mais pour elle j’avais toujours été “spécial”. Et puis honnêtement, je n’avais plus rien à perdre. Mourir ou l’Outre-Monde, tout cela semblait à peu près pareil… Je ne pensais pas survivre à la Brume Tératogène… Je me souviens encore de cette douleur qui envahie mes os, et se referme sur mes muscles. De ce cocon qui me paralyse, de cette impression de suffoquer… Je me souviens aussi de ce sentiment de libération lorsque le cocon s’est brisé. Respirer de nouveau, avoir une peau neuve… Oui c’est ça, j’ai mué. J’étais devenu autre chose…

Mais cela ne s’est pas passé comme Maïa l’avait imaginé. En sortant de ce bloc de pierre, de cette brume. J’étais capable de voir plus loin. Dans le passé et dans l’avenir. Dans mes récits d’enfants certains auteur appelaient cela une corneille à trois yeux. Pour d’autres des Moires ou des Nornes. Je me suis vite rendu compte que je voyais majoritairement l’avenir, même si le passé me hantait parfois. A moi seul j’étais le fantôme des Noëls passés, présents et à venir. Je ne maîtrisais rien, et j’étais rarement cru. Un peu comme Cassandre. Maudit d’en savoir trop… Parce qu’on ne voulait pas me croire j’ai commencé à dessiner ce que je voyais… Et tout ce que je voyais ne me plaisais guère. Je ne voulais pas faire parti du plan de Jiaying, je ne voulais pas causer la mort d’autres. De ceux que j’aurai aimé un jour sauvé… J’ai préparé mon sac, et j’ai quitté l’Outre Monde. On n’en partait pas si facilement, mais je savais des choses, sur eux, sur chacun d’entre eux. C’est la seule chose qu’ils croyaient puisque cela venait du plus intime d’eux même. Leur plus sombre secret. Je devenais une menace à écarter. Maïa m’a traité de fils ingrat, avant d’assurer que je n’avais jamais été rien de plus qu’un “travail” pour elle. Qu’elle avait eu “tort de croire que quelque chose de grand et de beau pouvait sortir de moi”. Je n’ai pas versé une larme, je ne me suis pas retourné. Pour la première fois de ma vie j’étais libre. Libre d’être moi-même… Je n’ai qu’un regret… Une lettre que j’avais adressé au S.H.I.E.L.D, sous le nom de Skuld, Nornes de l’avenir, mythologie tant adoré de ma vie d’enfant et d’adolescent. Je n’ai jamais su à qui l’envoyer, eux qui avait été démantelé, pourri par H.Y.D.R.A cette année là… Je voulais les avertir de ce qui se jouait je n’ai pas pu… Ils y sont arrivés sans mon aide...

People Alerte : le fils Wordworth aperçu mains dans la main avec une jeune femme. La femme de sa vie ?
People Magazine, 2015

Revenir à New-York après tout ce temps, après cette perte de repères, c’était comme retrouver un ami connu après des années d’absence. Quand je suis revenu chez moi j’ai fait place nette… Je n’ai gardé que la cigarette comme mauvaise habitude. J’aménageai un espace qui deviendrait une salle de peinture. Sanctuaire de ces visions que je ne maîtrisais pas. Passé, avenir, je devais faire le point, être sûr de moi… J’ai commencé à m’en servir pour mes reportages. Être le premier sur le terrain est un avantage certain quand on veut les meilleures photos et les meilleures interview. C’est comme ça que j’ai retrouvé ma place au Daily Bugle. En free-lance Jameson s’est aperçu qu’il perdait une occasion en or. Alors il ma remis sous sa coupe. Il savait que l’argent n’était pas un problème pour moi, alors il se permettait de me sous-payer parfois. Je ne râlais pas. A quoi bon ? Je n’ai jamais été à 100 dollars près… En contrepartie ? Je choisissais mes sujets, il ne pouvait m’obliger à rien. Un accord tacite entre nous… Et qui fonctionne encore plutôt bien.

Ce soir là cela faisait plusieurs jours, plusieurs nuits même que la même vision venait me hanter, encore et encore. Sous différents aspects, mais elles représentaient la même femme. Parfois ces visions devenaient la plus belle chose que je pouvais vivre. Je la voyais tenir ma main, rire avec moi. Je pouvais sentir ses lèvres sur les miennes et ses mains se poser sur moi. Mais plus souvent, trop souvent cela finissait en cauchemar, elle mourrait au sol, seule, une balle logée en plein cœur. Je représentais encore et encore le lieu de sa mort avant de le retrouver dans New-York, alors tous les soirs, à la même heure j’y venais. En espérant la voir, vivante. En espérant pouvoir la sauver… Et connaître le son de son rire. Ce désir est devenu réalité une nuit. Elle est apparue, apparemment en mission, moi j’avais revêtu ma tenue de journaliste. Un prétexte pour être là. Si on me posait des questions je dirai que “j’avais mes sources” et ce serait tout. J’ai pu la saisir par le bras et prononcer quatre mots à son encontre “vous êtes en danger”. Et c’est elle qui m’a poussé au sol. Je me souviens du bruit de la balle sur les briques du murs. Si elle n’avait pas réagi… Je n’aurai pas entendu son rire parce que c’est moi qui serait mort… Ça je n’avais pas pu le prédire… À croire que je ne peux pas tout voir… Surtout pas ma mort…

Elle m’a traité d’idiot, et de quelque chose comme “abruti de journaliste” à moins que ce ne soit son partenaire. J’ai froncé les sourcils et je suis parti sans un mot. Après ? Après j’ai cherché une façon de la revoir. Je me suis servi de ce que j’avais, j’ai demandé une “accréditation” au S.H.I.E.L.D. Je leur ai proposé de faire des articles pour eux quand ils voulaient communiquer sur des événements pour que ce qu’il s’était passé par le passé ne se reproduise plus. J’ai posé une condition, n’avoir qu’elle comme interlocutrice. Si au début ils ont refusé, je me suis montré tellement collant que je crois que je les ai fait céder. Alors on s’est revu, pour le travail d’abord, parce qu’on en a eu envie ensuite. Et puis on ne s’est plus quitté. Cette relation est simple et sans mensonges. Elle est si pure… Et ce mot je ne l’emploi pas à la légère. Si forte et si fragile. Je ne sais que trop bien ce qu’elle doit penser de ces photographes qui nous suivent dans la rue. Je ne suis pas seulement un “bon” journaliste. Avec le temps je suis aussi devenu “le seul” Wordworth vivant. En quelques mois j’ai perdu mes deux parents. Mon père dans un accident. Ivre - un vice que nous avons partagé - et le sang remplit de crack, il rentrait chez lui après avoir vu une de ses maîtresses, ou plusieurs… Il a roulé trop près de la falaise, cette dernière l’a absorbé et personne n’a pu le sauver. Ma mère ? La maladie l’a emporté. Une saloperie foudroyante… Une crise cardiaque, dans son appartement. Elle a été retrouvé au petit matin. Les journaux en ont fait leur chou gras et moi ? Ils ont commencé à me suivre pour voir si j’allais de nouveau commettre ces faux pas qu’ils aimaient tant relaté quelques années auparavant. Mais rien de tout cela n’arrivait. Je faisais ma vie d’homme sans jamais lâcher la main de Colleen. Ce qu’ils pouvaient diffuser ? Nos rires dans la rue, ces visions d’avenir que j’avais eu et dont je ne lui ai jamais parlé.
Quand elle est réellement entrée dans ma vie j’ai brûlé les toiles qui parlaient de nous. Je ne voulais pas qu’elle sache, je voulais garder la surprise. Si je sais ? Oui je sais beaucoup de choses sur nous, mais le propre de l’avenir est de rester mystérieux. Pour elle surtout, alors je ne dis rien, je n’en parle pas… De son passé aussi je sais des choses parfois nous en parlons. Quand les cauchemars - les siens, les miens - deviennent trop puissants, trop présents. Elle parle d’elle, je parle de moi et on se retrouve dans une zone de paix quelques part entre nos blessures.

Je n’avais jamais connu ça, avec personne, mais le vivre avec elle est tout ce que j’attendais. J’ai rencontré sa famille. Un modèle de vertus et un amour sans bornes les uns pour les autres. Je l’ai envié - un peu - même si le choc a été “rude” Ils étaient tous que je n’étais pas, et mon passif ne jouais pas en ma faveur face à cette famille. Sa mère avait lu quelques trucs sur moi. Rien qui ne jouait - encore une fois - en ma faveur, Le pire pour moi ? Toutes ces prières qu’ils prononçaient, que je ne connaissais pas. La première fois qu’ils m’ont invité à prononcer les grâces… Je ne savais pas quoi dire. Je ne savais pas où aller. Colleen est devenue ma nouvelle famille. Je me suis accroché à elle, à nous, avec la force du désespoir, avec ce désir puissant d’être le meilleur des hommes. Pour elle pour nous, pour notre avenir.

Si les paparazzo nous photographiaient mains dans la main, ils ne pouvaient pas nous voler nos moment de vies intimes. J’aimais la photographier moi même, voir l’objectif fixer des souvenirs de nous, de la façon dont moi je la vois. Parfois je la publie sur instagram parce que je n’ai pas envie de me cacher. Je sais qu’elle n’aime pas ça. Peut être même que sa famille n’approuve pas, mais moi je veux hurler au monde que je l’aime et que je suis à elle. La nuit quand je me réveille je l’observe, elle si apaisée, dormir. Le monde se suspend et le temps s’arrête… Comme j’ai eu peur de perdre tout ça…

Les accords de Sokovie ont échoué : L’ancien Général Ross devenu Président passe à la vitesse supérieure.
The New-York Times, 2016

Quand elle a rejoint le F.B.I, je l’ai soutenu, je savais comme la chute du S.H.I.E.L.D avait été violente pour elle. Mais je n’aimais pas cette idée… Je savais ce qui allait se passer si elle entrait là-bas. Cela hantait de plus en plus mes nuits, et malgré tous ses mots d’amour, malgré sa promesse que tout irait bien… Tous les scénarios que j’avais ne finissaient pas bien. Pour elle surtout. Je lui ai demandé de fuir avec moi. Elle n’a pas voulu. J’ai tenté de “tricher” je voulais l’emmener en voyage, elle a dit qu’elle ne pouvait pas. J’ai même songé à organiser moi-même son kidnapping, mais je ne pouvais pas lui faire ça. Au fond je savais pourquoi elle refusait de partir : sa famille… Alors moi non plus je n’ai plus voulu partir. Quand elle s’est faite enregistrée comme mutante, je l’ai soutenu, j’étais là pour lui dire que tout irait bien. Encore une fois, pourtant mes pires visions devenaient réalité. Et dans le secret de mes insomnies je pleurais de ne pouvoir agir. Elle n’en a jamais rien su… Secrètement j’organisais la suite. Si je ne pouvais arranger sa fuite, je pouvais organiser sa libération. Les reportages que j’ai fait, les gens que j’ai rencontré m'ont permis de connaître des hommes forts et pleins de convictions. Des militaires qui se ralliaient à Captain America, à Phil Coulson plutôt qu’à Ross. Je les ai aidé. Mon reportage loin de New-York ? Mensonge, j’ai voulu la protéger de ce que je faisais. De la résistance que je créais au-delà de New-York, des refuges qui se bâtissaient pour ceux qui devraient fuir. Plus tard. J’ai accueilli leur familles, leurs amis, plus encore. Ces enfants qu’elle avait fait fuir de l’Institut Xavier. Nous étions séparés mais je rêvais d’elle, je la voyais, je pensais à elle. Je savais que l’on se reverrait. Je n’ai jamais douté. Les choses se sont empirées, pour elle surtout. Moi je bouillonnais, mais j’étais libre. Et puis une nuit Ross est tombé.

Ceux que j’avais aidé, m'ont aidé à leur tour. Nous avons organisé un raid. L’armée reprenait les commandes. Le général dont j’avais sauvé le fils en le cachant ? Il allait m’aider à retrouver Colleen et sa sœur. Devant sa cellule, quand un des siens est venu me dire qu’on les avait retrouvé, j’ai retiré mon casque et confié mon arme à un autre. Je me suis précipité vers elle. Mon avenir avait retrouvé le creux de mes bras. Mais encore une fois elle m’a déconcerté. Elle m’a demandé d’emmener sa sœur dehors en première. Ce que j’ai fait. Je ne pouvais rien lui refuser. L’étreinte de sa sœur reste imprégnée dans ma mémoire. Jamais personne ne m’avait serré comme ça avant elle. J’ai passé ma main entre ses cheveux, je lui ai soufflé que tout était fini. Je l’ai soulevé et ramené à ses parents qui attendaient plus loin, dans un blindé. Je n’ai pas attendu plus, c’est en courant que j’ai fait machine arrière. C’est elle que je voulais entre mes bras, elle qui m’avait manqué, elle qui me permettait de respirer. Elle m’a serré si fort, je l’ai embrassé avec tant d’amour que j’ai cru exploser… Je lui ai demandé pardon d’avoir été si long… Je crois qu’elle a sourit. Et puis nous sommes sortis. Quand elle s’est effondrée ? J’ai cru mourir… Je l’ai gardé contre moi, j’ai pensé à tout ce que l’on avait vécu de beau ensemble, je voulais qu’elle voit ces images, j’ai espéré, j’espère encore qu’elle les a vu. Nous avons quitté ce camp ravagé par les tirs de l’armée, et nous sommes rentrés chez ses parents. Ce soir là ses parents ont remercié Dieu, je crois que j’ai fait la même chose pour la première fois de ma vie. Je n’ai pas dormi, j’ai veillé sur elle du moment où elle a pu fermer les yeux au moment où elle les a ouvert pour de bon au matin. Encore maintenant je le fais. Elle se repose chez les siens, moi ? Je suis resté les premières semaines, après j’ai fait la navette quotidiennement entre chez eux et New-York. J’ai aidé à reconstruire encore. J’ai aidé les parents à retrouver leur fils ou leur fille. Les enfants à retrouver leurs parents. User de mon pouvoir m’épuiser, mais je rentrais toujours avec le sourire. Je crois qu’elle va mieux, sa sœur aussi… Ce chapitre là nous pouvons le refermer…

Le Daily Bugle en faillite : un actionnaire mystère sauve Jamerson et son journal.
The New-York Times, 2017

Aujourd’hui ? Colleen reprend le chemin du S.H.I.E.L.D. Je la soutiens autant que je veille. J’ai repris mon boulot de journaliste au Daily Bugle. Contrairement à la rumeur il n’a pas éteint ses presses. Je ne l’aurai pas permis. Je dois beaucoup à Jameson et à ses équipes. Pour lui je suis le petit journaliste payé au lance pierre et qui parle de ce qu’il veut, quand il le veut. Ce qu’il ignore ? Que je pourrai le virer si je le voulais. Je ne le ferai pas, ne pas l’entendre hurler à longueur de journée me manquerait. il m’appelle Milo parce que mon nom il ne parvient pas à le prononcer. Ça me fait rire. Rire… J’y arrive de nouveau parce qu’elle est toujours dans ma vie, que notre avenir est incertain mais je sais qu’il est avec elle… Les photos volées de nous réapparaissent dans la presse people. nous avons “surmonté la Purge” et sommes "l’exemple du couple stable et aimant". J’aimerai la convaincre de faire une série de photos ensemble pour Harper’s Bazaar. Ils me l’ont demandé pleins de fois, j’ai refusé pour elle. Mais aujourd’hui je sais que la Paix est fragile… Je lui réserve une surprise la prochaine fois que nous irons chez ses parents. De ça je ne vous en parlerai pas.

Si j’ai changé ? Oui, la Purge a tout changé. Enfin… Presque. Je fume toujours, jamais devant elle par respect. Nous avons acheté un appartement ensemble. Ou plutôt elle a choisi, je l’ai payé, et mis l’acte à nos deux noms. Je lui ai demandé de m’apprendre à dire des grâces. Je sais que sa famille y tient. Quand son père m’a entendu la première fois je l’ai vu sourire. Pour la première fois j’ai vu la fierté d’un père envers son fils. Maintenant je sais ce que ça fait. Maïa avait tort. Quelque chose de grand et de beau peut sortir de moi… Les sourires de Colleen et de sa sœur, libres, en sont les preuves. Je connais maintenant la sensation d’un baiser d’une mère entre les cheveux de son fils. Celui que me fait sa mère chaque fois qu’elle passe derrière moi quand nous sommes à table. Sa façon de me remercier. Cette chaleur qui est un peu la mienne. Je veux préserver cela… Cette famille. Ma famille… Je me sens membre de quelque chose de plus grand…

Pourtant une partie de moi recommence à vibrer. Un signal d’alerte… Je ne peux pas vous dire de quoi il s’agit. Je trahirai bien des secrets si je faisais cela… Mais sachez le. Notre Paix n’est que temporaire...Des jours bien plus sombres nous attendent….





Fiche de présentation réalisée par Joh.a pour www.TheAvengersRPG.com
bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 510
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   Dim 3 Sep - 15:41

Bonjour. Bienvenue.
Tu disposes de sept jour pour finir ta fiche.
Si tu as la moindre demande, nous sommes à ta disposition.



You won't like me when I'm angry...

bienvenue à new york
Milo Wordworth
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 6
» ma tête :
Kit Harington
» association : le S.H.I.E.L.D
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   Dim 3 Sep - 15:42

Quel sérieux chef ! XD
bienvenue à new york
Colleen K. Brody
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 192
» ma tête : Emilia Clarke

» association : SHIELD
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 8 - Divinité de bases

MessageSujet: Re: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   Lun 4 Sep - 16:13



▲▼▲▼▲▼▲▼▲
PEOPLE FALL IN LOVE IN MYSTERIOUS WAYS —
« Maybe just the touch of a hand. Well, me-I fall in love with you every single day and I just wanna tell you I am. So honey now, take me into your loving arms. Kiss me under the light of a thousand stars. Place your head on my beating heart. And I’m thinking out loud. That maybe we found love right where we are »
bienvenue à new york
Milo Wordworth
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 6
» ma tête :
Kit Harington
» association : le S.H.I.E.L.D
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   Jeu 14 Sep - 20:21

Juste pour prévenir que j'aurai un peu de retard sur ma fiche (comme si ça ne se voyait pas *sors* Mais j'avance promis °°
bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 510
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   Ven 15 Sep - 22:26

Ne t'en fais pas. Le forum est en période de transition pour l'instant.
Nous relancerons tout avec la prochaine MàJ.


You won't like me when I'm angry...

bienvenue à new york
Stan Lee
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 478
» ma tête :
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Classe 5 - Connaissance parfaite
» appartenance: 10 - Plus puissant que tout

MessageSujet: Re: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   Jeu 21 Sep - 21:14

Welcome to New York!
petit nouveau



Une fiche dense. Hyper agréable à lire. Et c'est super plaisant de voir ce que tu peux faire sur des personnages inventés. On a adoré cela.

ENJOY. Te voilà maintenant un membre validé!
Mais, avant de pouvoir sauver New York ou le détruire à ta guise il va te falloir

• Si tu te sens un peu perdu n'hésite pas à venir consulter le guide du p'tit nouveau ou encore contacter un membre du staff c'est avec plaisir, nous aimons nous faire harceler

• Pour mieux t’intégrer au sein du forum nous t'invitons à créer ta Fiche de liens et de jeter un petit coup d’œil dans la section Demandes si tu désires un métier - logement etc...

• Il est impératif de remplir le formulaire de classement, ainsi que de recenser tes pouvoirs. C'est obligatoire pour tout le monde. C'est la première chose à faire après avoir été validé. Pas de rp ni de flood avant cela merci. Des explications sont disponibles sur ces postes.

Mais surtout le plus important n'oublie pas de t'amuser. HAVE FUN

bienvenue à new york
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Milo Wordworth || Future is just a possibility...   

 

Milo Wordworth || Future is just a possibility...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Le Daily Bugle :: Déclinez votre identité-