N'hésitez pas à demander des liens et des rps aux nouveaux membres.
Privilégiez les Marvel , ils sont badass.
Bienvenue sur The Avengers on vous aime déjà.

Partagez | .
 

 La mort frappe pas toujours à la porte mais elle frappe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
bienvenue à new york
Silke A. Sambre
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 388
» ma tête :

Aidan Loutre Turner

» association : good
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: La mort frappe pas toujours à la porte mais elle frappe   Dim 6 Aoû - 17:18



"Et ainsi vint la mort…"

Si la mort est une punition, souvent aussi c'est une grâce. Sénéque




Dormir dans des draps chauds et douillets, voilà bien longtemps que je n’avais pas gouté a un tel confort. En temps normal je préférai dormir dans la salle de bain, dans la baignoire de préférence mais il arrivait que je dorme sur le carrelage à même le sol avec juste un oreiller, pour profiter de la fraicheur du sol avant de m’envelopper dans une couverture bien chaude. Alors profiter d’un lit revient à dire profiter d’un luxe dont je n’ai plus accès depuis des années. Généralement je dors a même le sol avec une myriade de coussins. Mais là j’étais tellement bien que je rendrais ma place pour rien au monde. Des draps propre et doux comme il y en avait au manoir, franchement j’étais bien, emmitouflé par les couvertures et les oreillers.

Je pouvais entendre le grondement de contentement de Shadow, vautré près de moi dans ses draps blancs. Blanc contre noir, je m’étais métamorphosé dans la nuit, la douleur avait était immonde, mais j’avais serré les dents en grognant légèrement avant de marmonner et de discuter dans mon propre sommeil. Discutant violemment avec Shadow, gémissant de peur et de terreur en me rappelant de l’Afghanistan et des souffrances subis durant mon petit séjour qui m’a marqué le dos et le visage, entrainant les débuts de la création de Shadow, bien avant que je m’en rende compte. Je ne peux m’empêcher de me dire que Shadow avait toujours était là, depuis toujours. Irys l’avait bien compris, elle savait que je n’étais pas comme les autres. Que j’étais bien plus fort que ce que j’avais l’air et non ce petit garçon fragile comme on put l’imaginer l’ensemble de la famille. Je soupire de bien être en me roulant dans les draps, me retrouvant les quatre pattes en l’air et la gorge bien exposé avant de me rendormir profondément.

Bordel le paradis existe je vous le dis….

-C’EST QUOI CE BORDEL !

… Et l’Enfer n’est autre que son voisin le plus proche !

J’ouvre brusquement les yeux pour voir deux yeux glacés et meurtrier, je glapis avant de me voir une lame foncé droit sur moi. Je m’écarte en poussant un cri digne d’une pucelle qui voit le loup pour la première fois. Je me glisse entre les draps pour fuir, je sens la lame me frôler l’oreille. Je m’extirpe hors des draps avant de me prendre le mur, je me retourne pour voir l’image même du diable. Un peu le diable de Supernatural, avec des yeux putain de noir et tout qui vole autour de lui. Bordel de merde de poils de couille mais c’est quoi ce bordel !

-T’es mort… Me dit-il d’une voix glaciale
-Maman…

Alors que cet ours à la peau pâle et aux yeux glacés s’avancer vers moi, j’ai eu la voix de Shadow résonnait dans ma tête.

Run

Et j’ai suivis son conseille, j’ai fui. Je me suis manger le mur alors que le poignard venait de me frôler ma queue lupine, j’ai détalé dans tout l’appartement de Kieran. Manquant plus d’une fois de me faire trancher en rondelle. Je n’entendais plus que ses pas lourds et ma mort que se rapproche de plus en plus, j’ai l’impression d’avoir une faucheuse a tête chercheuse au cul. Je me précipite alors vers la seule chance de survie. La cuisine !

Effectue alors un dérapage parfait pour me cacher derrière la banque, en reprenant rapidement mon souffle. L’avantage de la forme animal c’est que je reprends très vite mon souffle et mes esprits même en étant pas au top de ma forme. Je prends alors mon courage entre les pattes et sort de ma cachette pour le fixé droit dans les yeux en montrant les crocs. Je suis surpris l’espace d’un instant de voir ses yeux devenu noir comme l’ébène, mais qu’importe. Je me précipite vers lui en grognant, laissant Shadow prendre partiellement le contrôle de mon corps. Alors que je vais pour lui sauter dessus, quel n’est pas ma surprise de voir que je suis stoppé dans les airs par une force que je ne connais pas. Je me débats furieusement en grognant, faisant claquer ma mâchoire sourdement, mais l’homme ne bronche pas, je vois alors le poignard flotter devant mon museau, pile entre les deux yeux.

-tu seras parfait sur mon mur… me dit-il avec un sourire malsain.

Prions pour que les anges et dieu ne me fasse pas trop souffrir. J’ai suffisamment souffert dans ma vie, pas besoin de plus non ? Mais je me débats dans les airs, claquant de plus en plus fort ma mâchoire. Je ne me laisserai pas faire sans me battre !


Code by Sleepy



Wolf inside my head
bienvenue à new york
Kieran G. McTavish
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 106
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: La mort frappe pas toujours à la porte mais elle frappe   Jeu 10 Aoû - 20:54


Ciel mon mari !
 



Je reste un moment assise sur le rebord de la fenêtre à regarder les voiture passer en contrebas. Une tasse de thé bien chaude arrosé d’un peu de rhum dans la main je me contente d’observer la vie fourmillante de la ville. Toute ces lumières ce sont comme des centaines et des centaines de petit feu qui brûle de partout. Ça a quelque chose d’apaisant je trouve…Le feu me terrifie et me rassure. Deux chose en parfaite contradiction mais je n’ai jamais dit que j’étais logique, la plupart des peur n’ont rien de rationnelle.

Une fois mon thé fini je rentre à l’intérieur. Il est déjà tard la lune à déjà recommencer à descendre mais je n’ai pas sommeil. Enfin je n’ai pas envie de dormir. Chaque soir c’est la même chose je retarde au maximum le moment ou je vais devoir me coucher. Avec les années on fini par s’habituer et je ne ressent plus vraiment le manque de sommeil mis à par que j’ai de la théine pur à la place du sang dans mes veines.

Je passe devant ma chambre d’où me parvient le son étouffer d’une lutte. Je m’arrête devant la porte et lève la main pour la poser sur la poignée prête à entrer mais me ravise. Il m’avait prévenu… Silke, le jeune homme-loup tout droit sorti d’un passé qui me semble à des années lumière. Il m’avait prévenu qu’il avait tout comme moi des sorte de terreur nocturne et qu’il ne fallait pas m’en faire. Je sais par expérience qu’il ne faut pas s’approcher de quelqu’un comme nous lorsque l’on est en plein cauchemars.

Mon coeur se sers en l’entendant me ramenant à ma propre situation. Je ne comprend pas tout ce qu’il dit et je ne cherche pas à comprendre, même si le fait d’entendre deux voix me fait dresser les poils sur ma nuque. C’est idiot il est tout seul dedans… il est simplement en plein cauchemar. Je tourne les talon et part en direction de la cuisine ou je lave ma tasse et la sèche avant de la ranger.

Je retourne me blottir sur le bow-window, mon lit les jours ou Lucian n’est pas là. Je place les coussin et la petite couverture molletonner histoire de rendre la plaque en métal plus confortable. Oui une plaque en métal, c’est toujours mieux que de brûler tout l’appartement. Je me tourne face à la fenêtre et regarde les lumières aux dehors jusqu’à ce que mes yeux ce ferme et que le sommeil m’emporte.

Je suis réveiller en panique, mon coeur se met à tambouriner dans ma poitrine. Je ferme les yeux et inspire plusieurs fois à fond pour me calmer. Ça y est… ça va… Je pense qu’un cauchemars à du me réveiller, je n’en ai aucun souvenir et c’est peut-être mieux comme cela.

Je regarde par la fenêtre, il fait déjà jour, pas besoin de redormir je vais me réveiller en douceur et nous préparer un thé avec des scones frais. J’entends des bruits de fracas dans mon appartement et me retourne en fronçant les sourcils la tête encore dans les brumes du sommeil. C’est quoi tout ce raffut ?

Je ne n’ai pas le temps de me poser plus de question que je vois un gros chien noir courir comme un dératé et faire un dérapage non contrôler sur mon parquet puis disparaître de mon champ de vision suivi de peu pas une imposante silhouette noir qui avance d’un pas décider en faisant tout voler autour.

Je reste un instant à cligné des yeux en regardant l’endroit par lequel les deux apparition ont disparu. C’était quoi ça ? Mon cerveau met un moment à comprendre que la première apparition était Silke suivi de la deuxième qui n’était autre que Lucian. Tien Lucian est rentrer plus tôt…

Je bondi hors de mon lit. A Dhia !!! Lucian est rentrée plus tôt ! Je me précipite à la suite des deux hommes en courant et me stop à l’entré de la cuisine. Je remet distraitement la bretelle de mon débardeur en voyant le spectacle qui se déroule sous mes yeux.
Lucian est dans une rage noir les yeux aussi sombre que les abysse et Silke, sous sa forme louve, lévite à un mètre du sol et se débat comme une bête enrager. Je vois le couteau à quelque centimètre de la tête du loup et la voix de Lucian résonne comme une macabre sentence.

- Non !

Je me précipite entre les deux et met une grande tape dans le couteau pour l’envoyer au bout de la pièce. Je reste entre les deux une main vers chacun et les regarde simultanément. Le temps semble s’écouler une éternité alors que je tente de garder mon calme en canalisant ma respiration et qu’un silence de plomb s’installe dans la pièce.

- Est ce que l’un de vous peux me dire ce qu’il se passe de manière claire au lieu de simplement se faire la peau ?

Dis-je en brisant le silence. Je regarde Lucian et m’approche doucement de lui, je sais qu’il ne vaux mieux pas être brusque quand il est dans cet état. Je m’occuperais de Silke après, je connais plus les dégât que peux provoquer mon homme et je pense qu’il est plus prudent de canalisé tout de suite sa rage. Je pose une main sur son torse en plongeant mes yeux doré dans les siens. Je laisse doucement chauffer mes paume en une chaleur apaisante.

- Bonjour Honey, je ne t’attendais pas si tôt aujourd’hui. Où alors c’est moi qui me suis pas réveiller ?

Je me rapproche encore doucement et lui souris tendrement. J’ai l’impression de me retrouver entre deux bêtes sauvage. Bon… et bien on peux dire que la matinée commence bien. Comme premier contacte il y a mieux. Je pensais bien les présenter un jours ces deux là… mais pas comme ça. En plus je ne sais pas ce qu’il c’est passer avant que j’arrive et j’ose même pas imaginer ce que Lucian peu s’imaginer.



Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
bienvenue à new york
Lucian A. Hellsinsky
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 293
» ma tête :
Richard So Sexy Armitage




» association : Comme quelqu'un qui a passé huit ans de sa vie dans une prison russe
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: La mort frappe pas toujours à la porte mais elle frappe   Mar 29 Aoû - 21:08



"Wait… Wut !"

Death is Coming un clebs une pyromane et un télékinésite





Il y a des jours où l’on se dit qu’il vaudrait mieux ne pas se lever.
Il y a aussi des jours où parfois un bon meurtre peut faire du bien… Vraiment du bien !
Mais revenons un peu en arrière avant que l’on se retrouve dans cette situation.

Peu de temps après l’escapade dans les égouts, Kieran et moi on avait du mal à se quitté. Il n’était donc pas devenu rare qu’elle laise des affaires chez moi et inversement. De nature plutôt solitaire, on a préféré garder nos appartements respectifs, par mesure de sécurité. Malgrè les non dits de chacun, notre relation était stable, ne voulant pas faire porter sur les épaule de l’autre le poids des malheurs passé. La veille du petite incident, j’avais passer la nuit dans ma librairie, au milieu du brique à braque de l’arrière boutique. Je n’étais pas rentré chez moi, je n’en avais pas envie, j’ai donc pris l’option lit de camps dans l’arrière boutique, comme souvent quand j’étais seul.
J’avais travaillé une bonne partie de la nuit avant de m’effondrer sur le coup des deux-trois heures du matins mais a 7h tapantes, j’étais levé et dispo, pour meubler le temps avant d’aller rejoindre mon écossaisse, j’avais encore un peu travailler.

8h30… Par habitude, j’avais pris l’habitude de ramener de quoi déjeuner chez elle. Oui cela fait cliché mais vu que je mangeai rarement la veille, je camoufler cela par un bon petit déjeuner. Je soupirai en dissimulant difficilement un petit sourire quand je passais les porte de la boulangerie pour voir ma commande déjà prête. Les seuls qui arrivaient a faire des patisseries correcte du Royaume Uni, quand on vous dit que ses amerlocks bouffent mal, c’est qu’ils bouffent vraiment mal ! des le matins c’est du gras du gras et le tout saupoudrer de gras…

Mon sac de viennoiseries en main, je me diriger tranquillement vers l’appartement de la jeune ecossaise. Les rues étaient encore calme, me permettant de profiter un peu de ce calme avant la cohue permanente de la ville. Je soupire doucement quand je vois les hommes de nuits rentraient chez eux, les yeux fatigués et les cernes prononcés.


Je ne devais pas avoir meillleur mine, aà avoir dormi que quelques heures dans l’atmosphère froide de mon arrière boutique. Depuis les évènements de ses derniers mois, je n’arrivai pas à me sentir en sécurité chez moi, voilà pourquoi je passer le plus clair de mon temps dans ma boutique ou à l’appartement de kieran. Si il m’arrivait encore de me réveiller en poussant un hurlement silencieux, cela avait grandement diminué depuis que je connaissais Kieran. En portant chacun notre croix nous avons réussi a trouver un équilibre nous permettans de nous soutenir l’un et l’autre.

C’est d’un pas léger et silencieux, que je me dirige vers son appartement, le silence est de mise dans son immeuble, difficile de croire qu’un pu s’y trouve au rez-de-chaussé. Je me glisse dans son appartement et me dirige vers la Chambre pour aller m’affaler comme une larves et dormir un peu avant de l’aider dans son service en bas. Mais a peine vautrer que je me redresse en tirant la couverture pour laisser apparaitre un truc qui dois vagument ressembler à un chien.

-C’EST QUOI CE BORDEL !

La chose ouvre brusquement les yeux avant d’implorer sa mère quand je lui affirme que bientôt il dormira dans les bras de la mort. Ni une ni deux, je fais léviter mon poignard dans sa direction avant qu’il s’enfuit comme le lache qu’il est. D’un pas lent et mesurer, je le suis à la trace, faisant lévité tout autour de moi. Sans doute je devais ressembler a cette créature la… Azog je crois dont m’a parler Kieran.

La créature se cacha dans la cuisine derrière la banque pour être précis. Je le vis sortir de sa cachette pour me sauter dessus…. Quelle erreur monumental, d’une flexion de l’esprit, je le bloque dans les airs en le narguant d’un sourire glacial. Le poignard se fige juste devant lui, attendant un ordre de ma part pour en finir avec cette chose.

-Tu seras parfait sur mon mur….
- Non !

Il n’est pas difficile de comprendre que c’est Kieran qui vient de mettre fin à la possible menace de dépecage de chien miteux.

- Est ce que l’un de vous peux me dire ce qu’il se passe de manière claire au lieu de simplement se faire la peau ?

Je gronde sourdement en fixant rageusement cette bête qui me montre toujours les crocs. Fais un mouvement menaçant et je te tord le cou sans avoir besoin de te toucher sale clébard…

- Bonjour Honey, je ne t’attendais pas si tôt aujourd’hui. Où alors c’est moi qui me suis pas réveiller ?

Je ne peux m’empêcher de frissoner sous ses mains chaudes et son regard brulant. Je parvint a difficilement retenir un soupir avant de grogner légèrement froidement.

-Il est encore tot, je peux savoir ce que fait cette … chose dans ton lit ?

Moi ? m’imaginer les pires scénarii ?





Si je dis non cela serais un mensonge ! Non pas que je n’avais pas confiance en Kieran mais disons que voir cette espèce de loque dans un endroit aussi intime qu’une chambre c’est a ce posé des questions !


Code by Sleepy




I say... I say... God is dead !A fire, a fire is burning! God damns our kind especially, and we will burn, we will burn together!
Car s'il est un oeil qui me jugera jusque dans ma Tombe, c'est celui du Démon...

bienvenue à new york
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: La mort frappe pas toujours à la porte mais elle frappe   

 

La mort frappe pas toujours à la porte mais elle frappe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ouvrez moi cette porte où je frappe en pleurant [Pv Spy]
» Le projet d'un logiciel pour MV n'est pas mort ! Il est toujours la !
» Devinez qui frappe de nouveau à la porte?
» La traque joue parfois de sale tours, mais elle joue toujours.
» LEGENDE DE LA ROSE DES SABLES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to the Game :: New York :: Manhattan :: Commerces :: The Last Drop-