N'hésitez pas à demander des liens et des rps aux nouveaux membres.
Privilégiez les Marvel , ils sont badass.
Bienvenue sur The Avengers on vous aime déjà.

Partagez | .
 

 Let things take their course — Buck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
bienvenue à new york
Yelena Belova
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 621
» ma tête : Yvonne Starhovski
ღ 5 MOIS ღ
I will do the best, I promise you

» association : AIM
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Clase 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 5 - Humain victime d

MessageSujet: Let things take their course — Buck   Dim 16 Avr - 1:06



Let things take their course
Bucky & Yelena
La grossesse, c'est un peu comme une gueule de bois, qui dure neuf mois !
Depuis la visite de Natasha… pas mal de chose ont changé. A leur rythme, petit pas par petit pas. On avance doucement ensemble vers le chemin du rétablissement. J’ai repris le goût à la nourriture, manger non seulement pour ma survie mais pour la sienne.  C’est encore de me dire ça, de me dire que je vais être maman… génitrice d’une toute petite fille, si petite, si fragile. Si dépendante de moi et qui attendra tellement de ma part. De notre part à James et à moi. Pour la première fois, j’ai pris le temps de regarder mon ventre… de le regarder avec un regard totalement différent. Je l’ai observé dans ma salle de bain, au travers du miroir, penchant la tête et en le touchant. C’est si … étrange… d’une façon c’est vraiment bizarre. Un être en soit, comme ça. J’ai l’impression d’être envahie, habité, je ne maitrise plus rien. La faim, mes émotions, que ce soit mes pleures, mes peurs et des moments de paix.

Elle contrôle tout et je suis incapable de lui en vouloir. Debout dans la salle de bain, j’observe mon ventre bouger légèrement sous ses faibles mouvements… Moi qui est pris tant de vie, voilà que je la crées. L’ironie du sort… Je ne suis sûr de rien, de ce que je fais mais je le fais pour elle, pour James. Natasha m’a fait comprendre qu’il n’y a pas que moi dans cette histoire. Que mon blocage ne m’avait rendu qu’égoïste en m’enfermant dans cette bulle de peur et du passé. Mes nausées ont quasiment disparu, j’ai retrouvé doucement des couleurs, de la force. J’ai beaucoup moins l’air de mourir dans les heures à suivre… et d’ailleurs je pense qu’elle aussi se sent bien mieux. Je la sens plus bouger, mon ventre s’arrondi et je reprends même du poids.

Même mes affaires commencent à devenir serré pour mes formes. Je retire alors désespérément mon débardeur qui me serre le ventre pour mettre une simple brassière. J’ai chaud, et me jette un peu dos sur le visage pour me rafraichir un peu. Il est bientôt 23h et je commence à avoir faim… Stupides envies de femme enceinte. Stupide cellule de prison… J’ai comme un coup de blues… là, comme ça, d’un coup. Je vais m’allonger dans mon lit, et je prends mon téléphone portable pour envoyer un sms à James. « J’ai une envie de Hamburger… Ca fait une heure je tiens plus … Pitié. » Je me pince les lèvres car je sais qu’à ce moment il doit certainement m’en vouloir de le déranger chez lui… j’ai toujours l’impression de l’ennuyer bien qu’il dise le contraire… mais quand ce genre de chose me vienne c’est à n’importe quel moment du jour comme de la nuit… Et je ne sais pas… je ne me sens pas d’être toute seule. J’ai envie d’être avec lui, qu’il me rassure, de profiter de sa simple présence.

Je reste allongé, fermant les yeux et prenant une grande inspiration pour me calmer, m’apaiser. Il n’y a aucune raison de paniquer, tout va bien… elle va très bien. Ma main droite vient caresser le côté de mon ventre, à mes mouvements de doigts je sens son petit pied se coller contre ceux-ci. Mais je ne souris pas, j’ai la tête ailleurs. J’ai tellement de chose qui me passe dans l’esprit, de questions…  




-BLACK WIDOW II-


« Un jour, une personne te serrera si fort dans ses bras que tous tes morceaux brisés se recolleront. »


bienvenue à new york
Bucky J. Barnes
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 227
» ma tête : Sebastian Stan
» association : Le S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Let things take their course — Buck   Dim 23 Avr - 15:20

Let things take their course
Ft. Yelena Belova
Il ne pensait pas que les choses pourraient changer, il avait presque perdu espoir, mais finalement l’intervention de Natasha avait eu son effet, au fur et à mesure que les jours passaient Bucky pouvait voir que Yelena reprenait des couleurs, il voyait de ses propres yeux le ventre de la jeuen femem s’arrondir. De son côté ? Il faisait en sorte d’être irréprochable, toujours présent pour elle certes mais aussi pour ses obligations. La journée il la passait dans les locaux du S.H.I.E.L.D, et se donnait à 100% pour les agents qui se trouvaient là. Réglant les situation d’une main ferme sans jamais dévoiler ses doutes. Le soir ? Il prenait toujours le temps de passer voir Yelena. Quand le temps le lui permettait il venait même la retrouver le midi pour partager un repas avec elle. Toujours disponible il lui avait fait installer une ligne direct jusqu’à son bureau et son portable pour qu’elle puisse lui faire part de tout ce dont elle avait besoin.  Il savait Yelena encore fragile face à la solitude et à cette grossesse qu’ils n’attendaient pas. Et comme promis il se montrait toujours présent pour elle.

Ce soir là une réunion avait poussé Bucky a être tardivement dans les locaux du S.H.I.E.L.D, 23 heures approchait et il réglait encore un dernier dossier lorsque son téléphone vibra faisant apparaître le nom de Yelena. Il n’avait eu aucun mal à s’adapter à ce “nouveau siècle” et maîtrisait avec une facilité déconcertante toutes les technologies qui étaient apparues en son absence. Peu de chose à présent laissait supposer ce qu’il avait été…

La teneur du message envoyé par Yelena fit sourire Bucky, et tandis qu’il éteignait son ordinateur il envoya un message à la demoiselle. Il parait que certaines femmes ont des envie de fraises, toi c’est de hamburger; Je dois avouer que tu me facilites la vie. Dis moi ce qui te ferait plaisir et j’arrive. Une fois le SMS de réponse obtenu il avait été cherché ce que la demoiselle souhaitait. Au passage il ait récupérer un sac de voyage qu’il posa sur son épaule.

C’est donc à peine vingt minutes plus tard que Bucky entra donc dans le couloir qui menait à la “cellule” de Yelena. La voyant allonger sur son lit et une main sur son ventre un sourire presque touché se dessine sur les lèvres de l’ancien Winter Soldier. Elle qui voulait mourir quelques semaines auparavant, rien ne laissait présager un tel changement. Le sac de voyage fut poser au sol, celui avec le hamburger sur la table. Sa veste de costume retirée trouva sa place sur une chaise tandis qu’il remontait les manches de sa chemise blanche, dévoilant son bras métallique. En douceur il s’approcha de la jeune femme, et posa sa main de chair sur son ventre rond, un baiser sur le coin de ses lèvres « Salut… Comment tu te sens ? » Penché sur elle, il la couvait d’un regard doux et tendre, tandis que sa main chercher la présence de leur fille encore bien à l’abri dans le ventre maternel.  « Quelque chose ne va pas ? » Il avait appris à décoder ses regards, son visage, et il savait qu’à cet instant quelque chose troublait sa sérénité. Elle semblait plus angoissée, plus soucieuse. Et il avait à coeur de ne pas la laisser dans un tel état.


When I forgot everything that I was

All I needed was your love...


bienvenue à new york
Yelena Belova
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 621
» ma tête : Yvonne Starhovski
ღ 5 MOIS ღ
I will do the best, I promise you

» association : AIM
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Clase 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 5 - Humain victime d

MessageSujet: Re: Let things take their course — Buck   Mer 10 Mai - 18:13



Let things take their course
Bucky & Yelena
La grossesse, c'est un peu comme une gueule de bois, qui dure neuf mois !
Je la plaignais quelque part… cette pauvre petite chose n’avait rien demandé à personne et la voilà déjà passer par des épreuves difficiles et ça ne ferait que continuer. Ça pouvait encore m’empêcher de dormir la nuit. La peur de lui faire du mal, simplement ça. Ne pas comprendre et entendre ces attentes, lui donner l’amour qu’elle a besoin. Ça peut paraitre si naturel chez beaucoup… chez moi c’est une phase s’apprentissage. C’est un bruit dans le couloir qui me fit lever les yeux hors de mon téléphone portable où j’y faisais de ces jeux stupides inventés par les américains… Mais ça me permettait de passer le temps entre ces quatre murs. C’est James qui ouvrit la porte de ma cellule, avec une délicieuse odeur de burger encore chaud que je lui avais demandé une vingtaine de minute plus tôt. Et autant vous dire que ça sentez bien meilleurs que ce que je mangeais ici, bien que, visiblement j’étais la mieux lotis. Mais je suis loin de faire la fine bouche, c’est toujours bien meilleur que les repas à l’armée et à la chambre rouge.

Je lui fais un petit sourire en coin quand il s’approche de moi pour m’embrasser et déposant sa main chaude sur mon ventre, mais visiblement rien qu’à sa tête je compris qu’il avait compris que je n’allais pas tant bien que ça. Je hausse les épaules, soupirants. « Je ne sais pas… enfin oui ça va, on est encore en vie toutes les deux mais je ne sais pas… je ne me sens pas bien depuis ce matin… J’ai mal dormi, tout m’échappe, je pleure pour un rien, j’angoisse pour des choses stupides et je suis sûr qu’elle me déteste déjà. » J’en suis même sûr et certaine… elle doit m’en vouloir, j’ai voulu sa mort. Je l’ai même souhaité pour le bien de tout le monde et même pour elle. J’ai préféré la savoir inexistante que d’essayer… Et je sais qu’au fond de moi je ne serais pas la meilleure des mères mais j’ai promis à Natasha d’essayé, et … j’ai pas envie de lâcher maintenant, je dois me battre, comme on me la toujours appris finalement. Elle compte sur moi quelque part. Je me redresse dans le lit et je rajoute. « Et en plus je rentre plus dans mes vêtements. » dis-je en arquant un sourcil. Me montrant avec mes mains dans le genre : regarde je suis devenu énorme.

Haha elle a fière allure l’espionne. Enceinte dans une cellule pitoyable. Et quelque part ce qui me rassure c’est de savoir que je suis enfermé. Quand elle naitra, elle restera avec James, et je sais que je ne pourrai pas lui faire du mal. Et je suis loin de me douter que finalement c’est ce qui pourrait me faire le plus de mal, d’être loin d’elle et que c’est son être tout entier qui va me changer. Mais l’odeur des Hamburger me fait soupirer de faim… « Triple baccon, un chicken ? » le pouvoir de la femme enceinte, sauter du coq à l’âne et s’auto fatigué de jongler avec ces émotions 24h sur 24. Mais j’ai terriblement faim et c’est maintenant ou jamais. Je regarde James, c’est un test, il sait que j’ai commandais des oignons rings en plus de ça… Et comme je prends à quelque chose près toujours les mêmes choses… on verra s’il y a pensé. « Il aura fallu que je tombe enceinte pour manger ces … cochonneries américaine. » Il ne faut pas déconner non plus, je ne vais pas changer du jour au lendemain et j’ai toujours détesté les hamburgers. Comme quoi, c'est sa manière de me punir.




-BLACK WIDOW II-


« Un jour, une personne te serrera si fort dans ses bras que tous tes morceaux brisés se recolleront. »


bienvenue à new york
Bucky J. Barnes
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 227
» ma tête : Sebastian Stan
» association : Le S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Let things take their course — Buck   Dim 25 Juin - 21:34

Let things take their course
Ft. Yelena Belova
Il n’était pas difficile de voir que Yelena n’était pas au mieux. A peine avait il posé sa main sur elle, avait il croisé son regard qu’il avait compris. Au fond il la connaissait mieux que quiconque. Et peut être même l’avait il pressenti. Son détour n’aura pas servi à rien alors… La laissant répondre à son rythme, il pris le temps de retirer ses chaussures pour venir s’installer sur le lit près d’elle, allongé il suit le mouvement de son corps. En douceur il glisse une main sur son ventre, tandis que Yelena se retrouve calée contre son torse. Il connaissait ce discours presque par cœur, c’était toujours le même dans les phases de “moins bien” et chaque fois il répondait la même chose et continuerait à le faire tant qu’elle en aurait besoin. Ses lèvres se posent sur sa nuque, entre ses cheveux alors qu’il souffle avec patience. « Que tu angoisses c’est normal, on est face à la grande inconnue toi et moi. Mais Yelena, elle n’a pas le temps de te détester. Elle prend le temps de grandir, de gagner en force et en intelligence. Elle aura bien le temps d’apprendre à nous connaître et à nous aimer ou nous détester… Et puis tu sais quand elle aura quinze seize ans… Je crois qu’elle passera par cette phase et nous détestera… On aura intérêt à se serrer les coudes… » Un petit rire s’échappe de ses lèvres, avant que finalement il incite la jeune femme à le regarder. « Avant ça, elle va t’aimer inconditionnellement, comme moi… »

La voyant se redresser, le nouveau directeur du S.H.I.E.L.D fait de même et s’installe à ses côtés, une jambe repliée contre lui. Un rire s’échappe de ses lèvres tandis que Yelena se plaint de plus rentrer dans ses vêtements. Haussant les épaules il se relève donc, et s’approche du sac de voyage qu’il a posé au sol. Une surprise en trois temps y attendait la jeune femme. « Je me doutais que ce moment arriverait. Et pour tout te dire, rien ici n’est prévu pour ce genre de situation. C’est pourquoi je suis allée faire un peu de shopping… » Du sac il en sort donc second, plus petit et approche de Yelena. Ce qu’elle y trouvera ? Quelques tenues achetées par Bucky pour elle. « Je ne savais pas ce qui te ferai envie, j’ai un peu dévalisé le rayon pour être honnête. Tu as du plutôt confortable des choses que j’ai aimé Il y a des vêtements que la vendeuse m’a conseillé aussi. Je t’ai pris une robe, je ne savais pas si tu en porterais une, et un pull aussi si jamais tu avais froid le soir » Quand il disait avoir dévalisé la boutique, il ne plaisantait pas. il y avait glissé quelques sous-vêtements aussi, se doutant bien que cela ferait parti des choses dont Yelena allait avoir besoin à l’avenir. Et il espérait sincèrement avoir visé juste, sans trop froisser la jeune femme.

Mais très vite c’est la partie “estomac” qui rappela Yelena à l’ordre et Bucky avait tenu là sa seconde promesse. Il lui avait ramené exactement ce qui lui faisait envie, et se contenta donc de hocher la tête quand Yelena refit le récapitulatif de ce qu’elle avait demandé. Avant de souffler « Et les oignons rings comme demandé, commande faite SMS en main, je ne pouvait pas me tromper. » Petit clin d’œil et il ajoute « Je t’ai même pris une boisson, tout ce salé tu vas me réclamer à boire ensuite. Je te connais. » Et quand elle se plaint de la cuisine, c’est en russe qu’il continue « Il y a un restaurant russe pas loin… On pourrait aller y dîner demain soir... » Attendant sa réaction il lui a préparé le tout sur la table et lui a décalé la chaise attendant, autant qu’elle s’installe, que sa réaction à ses quelques mots.
.


When I forgot everything that I was

All I needed was your love...


bienvenue à new york
Yelena Belova
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 621
» ma tête : Yvonne Starhovski
ღ 5 MOIS ღ
I will do the best, I promise you

» association : AIM
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: Clase 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 5 - Humain victime d

MessageSujet: Re: Let things take their course — Buck   Jeu 29 Juin - 23:38



Let things take their course
Bucky & Yelena
La grossesse, c'est un peu comme une gueule de bois, qui dure neuf mois !
Il n’y a pas de manuel pour devenir une bonne mère, mais pour moi il me faudrait le manuel pour devenir juste une mère. Devenir un être quasi normal. Bien que les hormones yoyo de m’aide je suppose à devenir de mois en mois plus attaché à elle, à James et finalement à changer petit à petit. De la sentir bouger, doucement au travers de ma peau. Sentir cette petite vie grandir, tranquillement, faire sa place, et prendre possession de tout mon être par ses gestes, chacun de ses mouvements. La main de James me fait frissonner et je lui fais une place volontiers dans le lit pour qu’il puisse s’installer près de moi le temps de me rassurer et de me réconforter. Ces mots arrivent cependant à m’apaisé malgré mes doutes, et tous mes soupçons, mes peurs.

« J’ai tellement peur de lui faire du mal sans même m’en rendre compte. » Il m’est tellement facile e faire le mal comme le bien finalement. Vu que j’ai aucune notion de bien ou de mal, et que l’humanité ne me touche que depuis quelques mois comme des coups d’électro choque terrible. Je tourne la tête vers lui, et je lui demande, avec beaucoup de sincérité. « Promets-moi de me la retirer, si je lui fais le moindre mal, jure-le moi.» Une sécurité que je m’inflige, je s’aurais qu’au moins son père ne me laissera pas faire n’importe quoi. Bien que je lui fasse confiance là-dessus, je veux être sur et l’entendre de sa propres voix qu’il la prendra et qu’il s’en occupera. Tout comme je rajoute. « Puis je suppose que tu ne vas pas la laisser dans une prison, c’est mieux ainsi. » S’en même m’en rendre compte je faisais passer les intérêts de ma fille avant les miens, mes pensées n’allaient que vers elle, tout ce que je fais, tout va vers elle.

Mais rapidement je me tourne vers le sac de vêtement que m’a apporté Bucky, je plonge la tête et les mains de dans tout en l’écoutant. Il y a plein de magnifique vêtement qui serait effectivement bien mieux pour ma situation. « Ils sont super, merci James. » Je regarde mais il y en a tellement que je ne sais où regarder, j’ai retrouvé le sourire, de voir tout ce que James fait pour moi. Je ferme le sac et m’approche de lui pour embrasser sa joue. Petit à petit je revenais vers lui, par des contacts. Je me lève doucement du lit, prenant le premier haut qu’il y avait dans le sac pour l’enfiler, me s’entend bien mieux à mon aise. Je vois dans le fond des sous-vêtements et je claque des doigts en direction de James. « Très, très bonne initiative ! » Oui, autant dire que ma poitrine va littéralement exploser et que je ne porte plus aucun de mes soutien-gorge et mes brassières de sport car ça ne rentre plus.

Je sens les odeurs de cette nourriture grasse, américaine et j’ai envie de tout manger plutôt que de vomir. Je me lève du lit pour venir m’assoir à table, dressé avec beaucoup d’attention par mon cher amant. Je lui souris en prenant la boisson pour boire quelque gorgé en premier lieux. Mais à sa proposition de dîner demain dans un restaurent du coin j’avale de travers et me met à tousser pour retrouver mon souffle. C’est comme rêver, je crois rêver et mon imagination me joue des tours. Non, la grossesse ne donne pas d’hallucination. « Quoi ? » Arrivais-je à prononcer entre deux toux. « Je vais sortir ? … Sortir d’ici ? » C’est impossible ?! A vrai dire je ne savais même pas quand se passé mon jugement et même s’il avait eu déjà lieu car je m’en moquais, c’est dernier mois j’étais bien trop occupé à me laisser mourir pour au final reprendre le goût à la vie grâce à Natasha. Je reste sans voix, la bouche légèrement entre ouverte. Je vais pouvoir sortir de cette prison, de cette cellule ! J’ai même une petite larme qui coule de mon œil, je vais pouvoir partir d’ici et commencer une presque nouvelle vie avec James, chez nous, très certainement avec une sécurité de malade, des détecteur, un bracelet et je n’ose imaginer. Mais enceinte jusqu’aux yeux, je ne vais pas aller bien loin, bien que physiquement je suis sur entrainer je pourrais tous les coucher à terre mais pour le bien de ma fille je ne ferai rien. James ne me le pardonnerait pas et ça j’ai compris que s’était mal du temps que je suis enceinte.

Je prends James dans mes bras, tellement contente de sortir d’ici mais l’angoisse me reprend aussitôt. Et si je deviens dangereuse, il n’y a plus de barreau pour me préserver du monde extérieur… plus de chaine et de boulet pour me tenir enfermé. Je serre James, me disant dans ma tête que j’allais y arriver, que j’allais pouvoir le faire. « Tu ne me laisseras pas seule ? J’accepte de sortir, je veux sortir mais protège le monde de moi, enferme-moi, enchaine-moi s’il le faut mais je te promets de faire de mon mieux, de faire tout ce que je peux pour devenir quelqu’un de mieux… » Et en plus je m'auto énerve parce que je pleure sans vraiment savoir pourquoi et que tout ça ne me ressemble pas. Je suis plus renfermer, plus forte, plus insensible et là... c'est comme devenir un être fragile et d'en prendre conscience. La Chambre rouge m'étranglerait pour m voir ainsi.




-BLACK WIDOW II-


« Un jour, une personne te serrera si fort dans ses bras que tous tes morceaux brisés se recolleront. »


bienvenue à new york
Bucky J. Barnes
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 227
» ma tête : Sebastian Stan
» association : Le S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Let things take their course — Buck   Mar 11 Juil - 14:05

Let things take their course
Ft. Yelena Belova
Il existe en chaque être de sombres fantômes. Si pour Bucky voir resurgir H.Y.D.R.A et le Winter Soldier faisait partie de ses plus sombres cauchemars, pour Yelena tout était lié à leur fille à naître. Et il fallait le reconnaître, la convaincre que tout irait bien relevait d’une bataille quotidienne contre laquelle James avait appris à s’armer. Patience, calme et conviction étaient ce qu’il avait de mieux contre ses angoisses. « Je te promet que tu ne lui feras aucun mal, je serai là, j’ai pris des dispositions pour les premiers mois, je ne te laisserai pas seule. » Mais à cette seconde il doit avouer une chose, entendre Yelena le supplier de lui prendre leur fille, de la séparer d’elle si tout cela tourne mal, cette simple requête lui serre la gorge, y dépose une chape de plombs, même si il sait qu’il n’aura pas d’autre choix, et que donc une seule réponse s’impose « Je te le jure Yelena… » Pourtant il espérait bien pouvoir encore changer le cour des choses.

Mais il est évident que l’homme veut vite tourner la page de cette sombre promesse et si Yelena se plaint de ses vêtements, James y voit là la parfaite occasion de changer le court de leur discussion. Et voir le visage de la jeune femme s’illuminer est quelque chose qui apaise un peu les pensées de l’ex-assassin. Assis sur le lit, il replie une jambe contre lui et observe Yelena qui part à la découverte des vêtements. Et tandis qu’elle le remercie un sourire se dessine sur ses traits. Ce baiser sur sa joue à tendance à réchauffer un peu plus son cœur et calme ses propres doutes. Une main entre les cheveux il l’observe se changer sans aucune retenue dans le regard, et ne peut que rire à ce claquement de doigt et ces félicitations « J’ai encore quelques bonnes idées parfois. »

La deuxième partie de ce qu’il avait caché dans son sac est donc dévoilée. Un dîner en amoureux, dans un restaurant dont les odeurs devraient rappeler quelques souvenirs à la jolie Ukrainienne. Bien sûr la réaction de la jeune femme était à prévoir, et en douceur James posa sa main sur son dos. Et il ne lui faut pas longtemps pour comprendre que l’esprit de Yelena s’est emballé. La prenant en douceur entre ses bras, il frôle ses cheveux blonds tandis qu’elle répète sa supplique « Yelena, c’est… C’est juste pour cette soirée, un restaurant, une promenade. C’est un test, vois cela comme ça. Si effectivement cela se passe bien je pourrai t’accompagner davantage vers l’extérieur, mais nous ne pouvons te faire sortir comme ça du jour au lendemain. Le but c’est... » Il prend en douceur son visage entre ses main et effleure sa joue du bout de son pouce. « C’est faire en sorte que tu te sente à l’aise avec le “monde extérieur” quand notre enfant naîtra. Comme ça ni elle ni toi ne connaîtrait la prison à ce moment là. Si on y arrive, un appartement nous attend pour tous les trois. » Gardant une de ses mains dans la sienne, il s’étire vers le sac t en sort deux autres « En attendant, il y alà une tenue pour toi demain soir et le restaurant, et... » Il pose le sac avec la tenue sur la table tandis qu’il présente le deuxième à la jeune femme « Et en attendant je me disais que je pourrais rester ici avec toi, passer la nuit ici, et rester demain si tu veux bien de moi ? » Et avec un sourire comme celui_là comment dire non ?
.


When I forgot everything that I was

All I needed was your love...


bienvenue à new york
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Let things take their course — Buck   

 

Let things take their course — Buck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le compte de Buck
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» La taverne de Buck
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to New York :: Queens :: Le SHIELD-