N'hésitez pas à demander des liens et des rps aux nouveaux membres.
Privilégiez les Marvel , ils sont badass.
Bienvenue sur The Avengers on vous aime déjà.

Partagez | .
 

 Oh dear... is it dead ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
bienvenue à new york
Kieran G. McTavish
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 108
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Oh dear... is it dead ?   Sam 24 Sep - 11:31

Oh dear, is it dead ?

Meurt pas dans ma benne a verre, ça fait crade/ Kieran&Silke




Le soleil commence a décliner à l’horizon. Les derniers clients de la soirée se prélassent et prenne leur temps, appréciant leur dernier verre et l’atmosphère chic et chaleureuse typiquement Britannique. Mon pari est réussi. J’ai ouvert un pub et j’ai su me faire appréciée de la clientèle. La clientèle en question est plutôt aisée, j’ai visé juste en recréant un pub chic. Il faut croire que c’est une nouvelle mode de gens riche.

J’ai déjà quelques habitués même si ça ne fait que quelques mois que j’ai ouvert. Je dois avouée que c’est agréable d’être le point de repère de quelqu’un. D’être cette oreille attentive dont on a besoin le soir après une dure journée. Je ne parle pas énormément, j’acquiesce d’un mouvement de tête, je hausse les sourcils, je prend une mine étonnée ou arbore un sourire complice et le tour est joué. Même si j’oublie la plupart des choses que mes habitués me raconte car pour la plupart ce ne sont que des histoires insignifiantes, je fais mine de m’y intéresser et de me sentir concerner.
L’apathie est une émotion que j’arrive à simuler avec aisance. Je joue la comédie du paraître pour plaire depuis que je sais marcher. Ce qui explique mon succès auprès de mes clients.

Ma seule crainte était qu’en tenant un endroit où l’on sert de l’alcool je risquais de tomber sur des hommes un peu lourd, grisé par les verres accumulé et aux mains baladeuse qui pourrait entraîner un dérapage et au pire des cas une perte de contrôle. Mais pour le moment à part quelques allusions diplomatiquement repoussé je n’ai pas eu de problème. Il faut dire aussi qu’avec l’ambiance actuelle les gens sont plutôt calme. Tout le monde à peur, les gens évites les contactes. Ces dernier temps la clientèle a cruellement diminuer mais je continu de faire face. j’ai de quoi tenir cela ne m’inquiète pas trop. Ce qui me fait le plus peur c’est d’être découverte en temps que mutante.

Les lumières sont douce et les notes du groupe Celkilt flottes comme un nuage de fumée entre les poutres en bois. Il n’y a plus qu’un client accoudé au bar. Il semble profondément inspiré par le fond de son verre comme s'il pouvait y trouver la réponse universelle. Je regarde l’heure et vois que j’ai dépassé mes horaires de fermeture instauré par le couvre feu. Je me mord la lèvre inférieur et repose le torchon que j’ai dans les mains abandonnant le nettoyage des verres à bière. Je me décale vers l’homme et me penche par-dessus le bar, posant une main chaleureuse sur son avant-bras.


- Mr Henri, je vais devoir fermer. Vous devriez rentrer avant de tomber sur des patrouilles.


L’homme sursaute l’air hagard. Il regarde autour de lui et constate qu’il est le dernier client dans la pièce. Il balbutie des excuses avec un petit sourire, se lève et règle sa note avant de prendre son chapeau accrocher au porte manteau à l’entrée et de sortir dans la nuit tombante. Je secoue la tête d’un air réprobateur lorsqu’il passe la porte. Noyer son chagrin dans l’alcool n’est pas une solution. Je comprends qu’on peut en devenir dépendant mais dans ces cas-là, la règle de bienséance voudrais que ça ne se fasse pas en publique. Tu es mal placé pour critiqué, me susurre une voix glacial dans ma tête, ce n’est pas toi qui t’es mise à dormir avec ta bouteille pour éviter les cauchemars et par le même cas de faire brûler tout le quartier. Je frissonne. Au moins je suis seule chez moi.

Je m’approche de la porte et pause mon front contre la vitre fraîche. Ça me fait un bien fou, je reste un moment comme ça à observer l’obscurité tomber sur la ville, je laisse mon esprit vagabonder. Depuis que je suis revenu du centre ou les muant était stoker, une boule de peur et de haine grandi en moi. Je me suis fait avoir comme une bleu. A trop vouloir me débarrasser de mon pouvoir je me suis jeter dans la gueule du loup. Je repense aux expériences, aux aiguilles, aux mains des hommes sur ma peau… un frisson de dégoût me parcours violemment et je m’éloigne prestement de la fenêtre.
Je tourne le petit panneau de bois accroché à la porte coté « close » et je ferme à clé. Une fois les rideaux tirés et le balai passé je remplie une cagette à verre de bouteilles vides entassées derrière le bar.

Je me dirige tranquillement vers le cellier, là où se trouvent les réserves d’alcool et la porte de service.  Je pose la cagette remplie des cadavres de bouteille sur le sol et récupère une bière dans le réfrigérateur. Je la décapsule avec nonchalance et la sirote tranquillement en regardant autour de moi. C’est une pièce pas très large mais assez longue les murs sont recouvert d’étagères à bouteille, la plupart des rayons sont remplis de bouteilles de whisky. Au fond à droite se trouve une grande chambre froide, royaume de la bière principalement. Au fond à gauche se trouve une porte qui donne sur un escalier menant à l’étage là où se trouve mon chez moi. Je reprends ma cagette sous un bras, tenant ma bière dans l’autre main et je me dirige vers la porte en face de moi et sort sur une petite ruelle.

Il fait sombre, l’ampoule au-dessus de ma porte à grillée. La ruelle est coincée entre deux immeubles assez hauts, elle n’est pas très profonde mais assez large pour contenir une grosse benne à verre et un conteneur poubelle classique. Je fais quelques pas lorsque mon pied percute quelque chose, s’en suis un fracas de verre brisés. Je sursaute en premier lieu, ne comprenant pas ce qu’il se passe. Puis je me mets à soupirer. Foutu gamin, encore en train de fouiller dans la benne à verre pour siphonner les fonds de bouteilles…

J’avance donc prudemment de peur de marcher sur une bouteille et de me retrouver à terre. Arriver sans encombre je soulève le couvercle de la benne. Je fini ma bière et la laisse tomber à l’intérieur. Je penche la tête interloqué. Au lieu de l’habituel fracas, la bouteille a émis un bruit sourd avant de glisser sur le verre.

Il y a quelque chose dans la benne ?! Je commence à me mettre sur la pointe des pieds pour regarder quel est cette chose mais je me ravise au dernier moment. Et si c’était un cadavre ? Ou un nourrisson qu’une mère aurait abandonné ici ? Je recule de quelques pas. Qu’est-ce que je dois faire ? En même temps j’ai peut-être tout simplement rêvé, pour en avoir le cœur net je prends une bouteille dans la cagette et je m’approche doucement, arriver devant la benne je la laisse tomber comme la précédente bouteille. Elle émet exactement le même bruit sourd avant de rouler sur les autres bouteilles.
Bon maintenant c’est sûr il y a quelque chose. Prend ton courage à deux mains et regarde ce qu’il en est ma petite. Je me dandine d’un pied sur l’autre ne sachant que faire. Je n’ai jamais vu de cadavre, l’idée d’en voir un me tétanise. Je m’imagine des scène horrible de cadavre dans ma tête avant de me raisonner. T’as rien a craindre, tu peux le faire, si ça se trouve c’est juste une couverture, et puis au pire si c’est un cadavre et bien c’est un truc mort ça ne va pas te sauter dessus.

N’étant pas assez grande, je vide la cagette et la retourne pour m’en servir de marche pied.  Je monte et me penche légèrement au-dessus du tas de verre. Il y a une forme sombre couché sur le verre. On dirait un chien dans la pénombre. Quel horreur quelqu’un à jeter son chien mort dans ma benne a verre… bon maintenant que je sais que ce n’est pas un cadavre humain ou autre chose de terrifiant je me sens rassurer et remonte les manches. Il faut que je sorte cette chose de là. Je regarde le conteneur poubelle à côté. Ça devrais aller je vais transférer la bête dans l’autre poubelle, les éboueurs passent demain. Je grimpe sur le rebord de la benne et me laisse glisser à l’intérieur. Je plisse le nez contenant ma répugnance, l’odeur qu’émet ce chien est abominable. Ça fait combien de temps qu’il est mort ce machin ?

Marcher sur des bouteilles n’est pas vraiment confortable et je manque de tomber je me rattrape sur le rebord mais mes genoux fléchissent. Je me retrouve à quatre patte au milieu des bouteilles vides et à moitié casser, les deux mains poser sur le chien.  Mes doigts s’emmêlent dans ce qui ressemble à de gros nœuds de poils, le pelage est poisseux et on sent les os sous la peau. Je retiens un haut le coeur en touchant l’animal avant de sursauter. Je rêve ou j’ai senti un battement de cœur ?

J’essaye de m’extirpée des poils de la bête. Je fais tellement de bruit entre mes plaintes et le verre s’entrechoquant à chacun de mes geste que je ne me rends même pas compte si la bête bouge ou non. Je réussi, à me calmer et me rapproche de l’animal.

- Hey ! pssssst. Gros toutou !


Je chuchote sans vraiment savoir pourquoi.

- Dit… t’es mort ?


Je touche le museau de la bête du bout du doigt, chatouillant les moustaches en quête de réaction. Les babines émettent un léger frémissement. Je retire vivement ma main de peur de me faire mordre.

Bon il est vivant… mais il n’a pas l’air très en forme, ça c’est le moins que l’on puisse dire. Il sent très mauvais et semble incroyablement maigre. Il faut que je le sorte de la certes, mais pour en faire quoi ? Je ne vais pas le faire rentrer chez moi. Non seulement il est sale mais en plus on ne sait pas quels maladie il peut transporter. La seule solution que j’envisage pour l’instant c’est de le traîner jusqu’à la porte d’un voisin, le posé sur le paillasson, sonner et partir en courant.

Cette solution me paraît convenable. Je ne peux pas le laisser seul dans cet état, c’est le moins que je puisse faire. Et en plus je n’ai pas envie qu’il meure et commence sa décomposition dans ma benne. Je me penche au-dessus de la bête et je glisse mes mains dessous pour la soulever, je perçois un léger mouvement mais la sensation de tenir un sac d’os est plus fort que le reste. Je retient ma respiration du mieux que je peux en essayant de penser à autre chose. Je le soulève avec difficulté, il est plus lourd qu’il en a l’air. Je n’ai qu’une crainte, glisser sur les bouteilles et de me retrouver bloquer sous le corps de ce chien poisseux. Je réussi à le passer sans encombre par-dessus le rebord de la benne. J’étire mes bras au maximum pour que la chute soit minimisé. Les pattes arrière effleurent le sol, je lâche.

Le chien s’effondre de tout son long.  Je frotte activement mes mains contre mon jeans pour me débarrasser de cette sensation collante. Je saute par-dessus le rebord en évitant de retomber sur l’invité surprise caché dans mes bouteilles. Heureusement que j’ai mis mes rangers, des morceaux de verre sont incruster dans les semelles, j’en extrais un maximum en essayant de ne pas me couper. Je me tourne vers la bête, même s’il fait un peu plus clair que dans la benne j’ai du mal à distinguer la race de cet animal, c’est un gros chien, sûrement un croisement. Il ressemble à un loup famélique poisseux le pelage recouvert de bourre de poils… pas étonnant que les propriétaires ont voulu s’en débarrasser. Je n’arrive pas à voir dans l’obscurité, si la bête c’est couper avec le verre mais c’est très probable. Enfin ce n’est pas mon souci. Tout ce que j’ai à faire c’est de le traîner jusque chez le voisin.

J’attrape la bête amorphe par la peau du coup et commence à le traîner. C’est difficile de trouver une prise et fini par emmêler mes doigts dans les bourres de poiles. Si un jour on m’avait dit que je tirerais un chien a moitié mort à travers une ruelle sombre de New York, jamais je ne l’aurais crus.
Un léger gémissement s’élève derrière moi en provenance de l’animal. Je tourne la tête pour voir si tout va bien et lui parle d’une voix rassurante.


- Sssssh ça va aller on y est presque…


Je me fige un instant le temps que l’information monte jusqu’à mon cerveau, puis dans un réflexe de survie ou de panique probablement le coup de pied est partit tout seul. Ma ranger s’écrase contre le visage de l’homme totalement nue que je tiens encore par les cheveux.
Mais c’est quoi ce truc !? Il est ou le chien et c’est qui ce mec ?
Code by AMIANTE


Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
bienvenue à new york
Silke A. Sambre
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 389
» ma tête :

Aidan Loutre Turner

» association : good
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Lun 19 Déc - 0:05

 
 
"JE SUIS PAS SAOUL"
 
J'ai juste un peu picolé Une pyromane et un loup
 
 
 

Bon reprenons l’ordre des choses…

Je suis assis au milieu d’un squat pourris avec des gens putain d’infréquentable. On est tous éméché… on a bien picolé j’avoue… On s’est bien shooté aussi. Mais bon on a tous des problèmes que l’on veut oublier et franchement l’héroïne est le meilleur des moyens et des plus efficaces pour s’effacer de cet réalité. Et on ne va pas ce mentir on a bien baiser. Que voulez-vous… croissance de la libido chez certains d’entre nous, pour le plus grand bonheur des nymphomanes du squatte. Mais en ses temps de peur, il est difficile pour chacun d’entre nous de trouver du réconfort. Certains sont dans la boisson, d’autre dans la dépravation et d’autre s’engage en pensant servir une cause noble. Tout cela n’a rien de réjouissant pour aucun d’entre nous, alors on se démerde comme on peut pour survivre.

Hier j’ai tenté d’aller voir mon patron, lui seul détenteur de mon vilain petit secret de mutation à mon travail à préférer me mettre en congés maladie pour être sûr que je n’ai pas de problème avec les patrouilles qui tournent sans cesse. Je ne peux que l’en remercier mais ne pas travailler me fait replonger dans mes vieux et dans mes plus vicieux travers, la drogue et la nymphomanie. Mais passons. Je me lève lentement en grognant, délogeant le corps du jeune homme étendu sur le mien. Mes cotes et mon dos me brulent, j’ai du mal à tenir debout. J’observe le monde par la petite fenêtre sale du squatte. La nuit est déjà tombée. Je soupire doucement en voyant ce monde gris et triste. Cela ne donne tellement pas envie de continuer à avancer. Et pourtant, nous n’avons pas le choix.

-Shadow…
-Hum ?
-Quand ce monde a-t-il imploser ?

Un silence me répond, Shadow n’a pas de réponse, comme si on pouvait en avoir une à ça… C’est impossible. Alors il préfère garder le silence alors que je le sens passer ses bras autour de mon cou et posé sa tête contre mes omoplates.

-Ce monde a imploser depuis que les héros existent…

Le pire c’est qu’il a raison… Je ne dis pas que le monde avant les super héros était une partie de rigolade, loin de là. Mais depuis que… Ses avengers sont entrés dans la danse, tout à volé en éclat. Tous les repères furent réduits à néant, faisant de notre monde un monde où la loi du plus fort demeure, ou les enfants deviennent des armes. Lorsque je me suis engager dans l’armé en Afghanistan, je n’ai jamais pensé que tout deviendrait pire que là-bas. Pour moi l’horreur devait rester sous le soleil brulant. Mais à croire que dans mes valises, j’ai ramené un morceau d’enfer qui a grandi avant d’imploser en pleine ville…. Quelle horreur. Personne ne devrait vivre cela.

Je me tourne vers mes partenaires de soirée, certains commencent tout juste à se réveillé. Je sais que je devrais avoir des regrets, non pas par rapport pour ce qui c’était passer cette nuit, non par rapport à Laura que j’abandonne régulièrement pour satisfaire des besoins et des envies qu’elle ne peut non… que je ne veux pas qu’elle me fournisse, ni qu’elle me procure. Pourquoi ? parce qu’elle ne comprend pas, parce qu’elle ne voit pas le besoin animal et bestial de sentir une mixture infecte qui pourris les veines, qui rendent l’esprit le plus sain comme le pape diront nous le plus malade et le plus malsain, voir pervers. Non décidément elle ne comprendrait pas…
Je finis par embarquer mes rangers à la main, de toute façon, hors de question que je me balade en ville en humain, surtout sans mon manteau. Je finis par déposer mes rangers dans mon sac avant de finalement prendre l’apparence de ce loup noir balafré. Je trottine doucement dehors, mon sac noir dans ma gueule, le froid sous mes pattes me fait frissonner, il faut dire que je n’ai pas des masses de pelages sur le dos.

-Et pour ça t’as une explication ?
-Les puces.
-mais bien sûr on ne parlera pas des plaies ni de ta patte gauche qui part en live.
-Non on en parlera pas.

Rien que d’y repenser me fait du mal à la patte mais pourtant je continue d’avancer. Je finis par trottinais avant de partir en courant au détour des ruelles, glissant et slalomant sur les pavés givrés. J’ai soif plus que je n’ai faim mais passons. C’est au détour d’une ruelle en entendant une patrouille arriver que je me planque derrière ce qui semble être une benne.
Et maintenant on bouge plus. On fait le mort.

-T’as pas entendu un truc ?
-Sans doute un rat
-Ca avait l’aire bien plus gros qu’un rat.
-Putain tu veux vérifier ? les mutos vont pas ce planquer dans des culs de sac miteux
-ET qu’est ce t’en sait ? Y en a des pas malin regarde le gosse a lunettes d’hier il a pas était foutu de bien se cacher.
-J’avoue.

Et merde et voilà que leurs pas viennent en ma direction. Je gronde furieusement alors qu’ils se baissent.

-OH PUTAIN !
-Quoi ?
-Un loup ! Y a un putain de loup mec !
-Mais non c’est juste un gros chien.

C’est à ce moment-là que je sortis de ma cachette en grognant. Si l’effet les impressionnent un minimum, l’un d’entre eux a eu un minimum de réflexe pour me foutre un bon coup de crosse dans la tempe, m’assommant totalement.

-On en fait quoi ?
-Y a une benne ! On le balance dedans !

Je sens que l’on traine mon corps avant de le balancer dans ce qui semble être un amas de bouteille… Certaines se brisent sous mon poids mais au moins je serais en sécurité pour dormir… Sur le papier ça donne ça dans les fait c’est autre chose… parce que la je viens de me faire réveiller par deux mains posaient de manière pas délicate sur mon corps décharné, pourtant je n’ouvre pas les yeux la flemme.

- Hey ! pssssst. Gros toutou !

-D’où elle me traite de gros toutou ! Mais je t’emmerde ! Moi je suis un loup pur race ! j’ai du sang bleu dans les veines et elle ! elle nous compare à un vulgaire clébard ! Aller Silke réveil toi et on la bouffe cette meuf pas fichu de faire la différence entre un un un chien et un loup noble

Accessoirement on n’a rien de noble la maintenant tout de suite… Je ne bouge pas, parce que ça sert a rien.

- Dit… t’es mort ?

Elle me tire les moustaches me faisant grogner, elle se recule précipitamment de peur de se faire mordre. Décidément, la crainte d’une morsure est toujours une pure hantise chez les humains. Je me sens soudain soulevé du sol de verre avant de me retrouver un instant dans le vide avant de sentir légèrement le sol. Et là on me lâche alors que je m’écrase comme un tas sur le sol. Aieuh. Bordel mais c’est quoi ce rêve-là ! je veux dormir !

On me chope par la peau du cou. J’entrouvre doucement avant de le fermer. Boarf au pire on me mène à la mort c’est pas grave ça. Cependant je grogne car ça fait mal mais surtout car je sens mon corps qui change. Ha colis surpris.

- Sssssh ça va aller on y est presque…

J’ouvre les yeux pour voir un ranger m’arriver en pleine face. Je secoue la tête étourdis. Ooooooooooooooh my gooooooooood

-Ben dit un truc silke ! ne te laisse pas faire !
-
ce ragondin est un menteur ! ce n’est pas lui le président !

Je m’étale alors face contre le sol, la queue battant mollement sur mon cul nu. Je reprends doucement mes esprits en me redressant doucement. Je regarde autour de moi et vois qu’on dans ce qui semble être l’arrière d’un bar, je vois soudain le robinet.

Je me relève d’un coup et me jette sur le robinet ouvert à fond et bois encore et encore et encore, cela me fait tellement du bien que mon appendice dorsal bat la mesure comme un dingue, me faisant gémir de plaisir sous cette fraicheur. Je finis par soupirer avant de me retourner vers la furie qui m’a filé un coup de rangers. Bon coup de chance, je n’ai rien de casser, elle a visé le côté gauche qui est balafré au pire j’aurais un bleu…

-Vous frappez fort j’aime bien ! Dis je peux prendre votre douche ? Je meurs de froid et je tuerai pour une douche.

Je lui fais un grand sourire un peu à la Jeff the killer au pire je tente la technique du smile dog.

-Ha oui… ça va vachement fonctionner.

Je secoue la tête en souriant, me foutant royalement de ma nudité.

-Au fait je m’appelle Silke Sambre ! Merci pour la benne au fait ! Il est à vous le bar ? il a de la gueule. On dirait une taverne !

Instinct de survie ? Zéro. De conservation ? Zéro.
Chance d’y resté : plus de quatre-vingt pourcents.

 
Code by Sleepy


Wolf inside my head
bienvenue à new york
Kieran G. McTavish
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 108
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Lun 26 Déc - 23:52

Oh dear, is it dead ?

Meurt pas dans ma benne a verre, ça fait crade/ Kieran&Silke




Je suis en état de choc. Le chien galeux que je traînait… viens de se transformer en mec… NUE ! … AVEC DES OREILLES DE CHIEN !... ET UNE GRANDE QUEUE ! Et je ne parle pas de son… mais une vrai queue de chien ! Je fait quelques pas en arrière pour m’éloigne de … ça. Cet homme est sale, rachitique et tiens des propos incompréhensible sur un ragondin. Je fait un grand pas en arrière lorsqu’il bondit sur ses pieds, je garde les bras le long du corps, les poings serrer, la température de mon corps augmente sensiblement et je concentre inconsciemment plus de chaleur dans mes poings, en cas d’attaque de sa part… je lui crame la face.

Je fronce les sourcils et penche la tête de côté. Il nous fait quoi encore celui là ? La scène est totalement absurde. Cet « homme » nue est entrain de boire de l’eau à même le robinet… accroupis dans la ruelle ! Et son appendice caudale qui bat la mesure d’un air joyeux... on dirais un jeune chiot… en moins mignon. Je le vois qui se retourne vers moi. Oh non, non, non tu m’approche pas toi…

-Vous frappez fort j’aime bien ! Dis je peux prendre votre douche ? Je meurs de froid et je tuerai pour une douche.

Bon ok… Ce mec doit être masochiste en plus de tout le reste… la fin de sa phrase me fait froid dans le dos surtout que ce brave garçon n’as pas vraiment l’air tout à fait saint d’esprit. Il a le regard fou et le sourire psychopathe. Je serre les dents et tiens ma position. Ce que je sais c’est qu’il se transforme en une espèce de gros chien… Contrairement à ce qu’il peu penser je ne fait pas que donner de bon coup de rangers, je manipule le feu ce qui m’éloigne largement du stéréotype de la petite damoiselle en détresse, même si physiquement avec ma carrure fine, mon teins pâle et mes cheveux brun j’en ai tout l’air. Je ne vais pas me laisser emmerder par un clébard.

-Au fait je m’appelle Silke Sambre ! Merci pour la benne au fait ! Il est à vous le bar ? il a de la gueule. On dirait une taverne !


Je tique un peu.

- C’est un Pub, et oui il est a moi… Sambre hein
?

Je souris un peu amusé l'accent m'avait déjà induit sur cette voie mais le nom confirme c'est un bouffeur de rosbif. Mais plus que ça ce nom me semble familier, je l’ai déjà entendu mais où ? Là est la question. Cet homme m’a tout l’air d’un vrai moulin à parole, il pose tout un tas de questions, il les enchaînes parfois sans même attendre la réponse. En somme un vrai gosse. Mouais… un gosse psychopathe… pléonasme ? J’entends des bruits de pas dans la rue annexe. Des patrouilles ! J’attrape le bras de l’homme-chien et l’entraîne à l’intérieur du Pub. Si on est repérer on va vraiment passer un sale quart d’heure et puis… ce mec est « à part » tout comme moi et malgré son côté flippant j’éprouve un peu de solidarité dans le fond. On se retrouve dans le cellier ou ce trouve une partie de mes alcools. l’escalier sur la droite en rentrant mène à l’étage où je loge. Je colle mon oreille à la porte pour écouté si on a été repérer.

- Je crois qu’ils ne nous ont pas vu…

Je me retourne vers l’homme et détourne vite les yeux. J’avais oublier qu’il était nue… j’attrape un grand torchon suspendu à un crochet et lui lance. Maintenant que je l’ai laisser rentrer, enfin que je l’ai tirer de force à l’intérieure, les règles de bienséance veule que je lui offre mon hospitalité, je n’ai pas été élevé chez les sauvages. À le regarder de plus près il ne semble pas être agressif… juste un brin dérangé, un peu paumé… Bref je pense être capable de gérer ces débordement. Oui c’est peut-être un peu présomptueux de ma part mais en même temps mes dons me donne une certaine confiance en moi. Et puis je ne vais pas me laisser intimidé par un anglais, il en va de mon honneur.

- S’il vous plaît couvrez vous…Ce n’est pas vraiment une tenue approprié devant des inconnues.

Je manque d’ajouter « Et encore moins devant une Lady »Mais je ne suis plus une Lady, ici je ne suis rien. Rien que la tenancière d’un Pub pas trop mal en vogue.

- Ce genre d’exhibition vous arrive souvent ?


Je le regarde en prenant soin de rester au niveau de ses yeux. C’est assez perturbant de se retrouver avec un homme inconnue et nue en face de soit mais en plus celui là se retrouve pourvu d’attribut canin. Qui ne trouverais pas ça déstabilisant ? Je ne suis pas accoutumé à ce genre de chose. j’étais le seul monstre de ma famille d’où le rejet total et le bannissement. Je savais que ce coin du monde regroupais plus de … surnaturel mais je n’en n’avais encore jamais vu hors des camps de l’épuration ou j’ai fait un petit séjour peu sympathique.

- Moi c’est Kieran, Kieran McTavish. J’habite juste au dessus alors pour la douche il va falloir me suivre.

Je lui fait signe de me suivre et on monte lentement les marches.
Code by AMIANTE


Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
bienvenue à new york
Silke A. Sambre
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 389
» ma tête :

Aidan Loutre Turner

» association : good
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Ven 20 Jan - 0:39

 
 
"JE SUIS PAS SAOUL"
 
J'ai juste un peu picolé Une pyromane et un loup
 
 
 
- C’est un Pub, et oui il est a moi… Sambre hein?
Holy shit, rien qu’avec cette phrase, j’arrive a deviner qu’elle est écossaisse, une putain d’écossaisse, vous savez ? Ceux qui se balade en pagne par moins quarante et qui sont fier de leur jupette appelé kilt, et puis cette manie de rouler les r, non c’est officiel c’est une écossaisse pur souche. Et puis franchement les Pub c’est anglais pas écossais… Nous au moins on a une icone… Bon un peu dégarnie mais une icone quand même. Je vais pour répliquer quand le bruit de pas se fait entendre, me faisant légèrement redresser. La milice ! Je n’ai pas le temps de dire quoi que ce soit que me voilà a l’intérieur de ce pub… Je persiste a dire que c’est une taverne.
Un silence électrique prend place alors que les pas se rapproche pour mieux s’éloigner.

- Je crois qu’ils ne nous ont pas vu…
-Non ils s’éloignent, on a plus à s’en faire.

Assis sur le parquet, je ne bouge pas alors qu’elle se tourne pour mieux se détourné, ha ben oui je suis toujours nu… J’attrape le torchon au vol pour m’en couvrir un minimum. En temps normal, je me serais habiller mais là c’est un peu compliquer avec mon sac restait dehors et mes affaires sales qu’il contient. La bienséance est sans doute l’un des rares fait que j’ai appris et que j’applique encore au quotidien. Je me couvre du mieux que je peux, me demandant si j’ai pas meilleur compte a reprendre forme animal. Un frisson me prend le corps alors que je carre les épaules pour conservé un minimum de chaleur.

- S’il vous plaît couvrez vous…Ce n’est pas vraiment une tenue approprié devant des inconnues.
-Je voudrais bien mais…
-Ce genre d’exhibition vous arrive souvent ?

Je baisse la tête face au ton et la question qui se veut piquante. Piquante elle l’est… Je me mords l’intérieur de la joue pour ne pas me montrer aggressif Du coin de l’œil je vois Shadow debout, appuyer sur le chambranle de la porte comme pour me montrer que je venais de me foutre dans une merde noir et que moi seul pouvait m’en sortir.

-Mais vêtements sont dans le sac qui est dans la benne a verre… et oui malheureusement… a chaque fois que je reprend forme humaine… Je suis donc désolé si ma vue vous incommode… Je n’ai pas vraiment le choix…

Je ramène du mieux que je peux mes jambes pour cacher ma nudité, alors que ma queue canine viens s’enrouler autour de ma jambe…Je commence a avoir de plus en plus froid vétu en unique tenu d’adam. Un silence tendu prend place alors. Finalement la jeune femme le brise.

- Moi c’est Kieran, Kieran McTavish. J’habite juste au dessus alors pour la douche il va falloir me suivre.

Je me lève a sa suite en silence. Les marche craque faiblement sous nos pas quand je reprend la parole.

-Je croyais que l’héritière de McTavish était morte dans un accident…

Bien que je ne fasse plus partie de ce monde, la grand-mère Iris donnait encore des nouvelles dans la possibilités que je revendique mon titre un jour. Me tenir informé des va et viens des autres familles étaient choses courantes même en étant a l’autre bout de la planète. Je lui offrit un léger sourire qui était semblable à celui que j’arborai quand on me renvoyer dans la face ma décripitude.

-Enfin… Si vous êtes bien l’héritière évidemment. Après tout il doit bien y avoir d’autres clans portant le même nom a travers le monde…

Voyant son regard je lui souris en la fixant de mes yeux rouges.

Je prend une douche et on en discute enfin si vous le voulais bien sinon je partirai sans demander mon reste.
Te voilà bien courtois Silke que ce passe t’il ?
Rien qui nous concerne directement mais quelque chose qui concerne notre famille… A grande échelle…

 
Code by Sleepy


Wolf inside my head
bienvenue à new york
Kieran G. McTavish
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 108
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Ven 27 Jan - 13:52

@Kieran G. McTavish a écrit:
Oh dear, is it dead ?

Meurt pas dans ma benne a verre, ça fait crade/ Kieran&Silke




Je le conduit à l’étage en passant par un long escalier de bois. Je passe la première pour lui montrer le chemin, je ne pense pas que je doive me méfier de lui il semble plutôt gentil en fin de compte. Il semblait tout penaud de ce montrer dans cette tenu devant moi. j’irais lui chercher ses affaires une fois qu’il sera sous la douche. Nous montons en silence, le craquement des marches rythme notre ascension.

-Je croyais que l’héritière de McTavish était morte dans un accident…

La marche sur laquelle je met le pied craque bruyamment comme pour faire écho à la bombe qui viens d’exploser dans ma tête. Je me stop net en plein milieu des escaliers le regard fixé sur le haut des marches. Morte dans un accident ? Je serre les poings et mes yeux prenne une lueur légèrement  dorée. Alors comme ça ils m’ont fait passé pour morte… J’imagine que c’est plus facile pour expliquer la disparition de la fille héritière. Je regarde l’homme qui me suis du coin de l’oeil. Mais qui es tu toi ? Comment est ce que tu connais les McTavish ? Heureusement que je ne lance pas de flamme avec les yeux car je crois que le pauvre homme aurais fini carboniser. Je refoule toute les émotions qui m’assaille et je reprend l’ascension, une fois en haut je lui désigne la porte de la salle de bain.

Oui à l’étage c’est blanc et épuré, en voyant mon chez moi on pourrais difficilement pensé que quelqu’un y vit, mis à part le coin de la fenêtre en Bow-window où j’ai installé une couverture et des coussins. Juste à coté se trouve une bibliothèque avec toute sorte de livre, roman, ouvrage théologique, géopolitique et historique. Le reste de l’appartement est très simple et montre que je ne passe pas beaucoup de temps ici, je préfère rester au Pub. Je regarde le jeune homme en face de moi. Après avoir posé l’éventualité que je soit une homonyme de l’héritière des McTavish il me propose d’en discuter après sa douche. Est ce que j’ai vraiment envie de parler de ça avec un junkie que j’ai retrouver ivre mort dans ma benne à verre ? Je n’en sais rien… Je lui tend une serviette propre et lui souris.

- On verra ça une fois que vous serez propres. Je vais récupérer vos affaires. Prenez votre temps on avisera après.

Je me sentirais coupable de le laisser retourner dans les rues à cette heure là avec toute ces patrouilles mais en même temps je ne vais pas héberger tout les chiens errant. Je tiens un Pub pas un chenil. Je descend les marches lentement. Silke Sambre. je fouille dans ma mémoire. Cet homme me connais. Silke Sambre. Silke Sambre… Je connais ce nom mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus. Je sort dans la ruelle en prenant garde qu’il n’y ai pas de soldat. Bon son sac est où ? Je retourne dans la benne et me met à fouiller. On y vois comme à travers une pelle en plus ! C’est vraiment compliquer de trouver quoi que ce soit. Je tâtonne du bout des doigts et peste, je me releve d’un bond droite comme un suricate à l’affût des prédateurs. Pas de soldat ? Pas de témoin ? Je me penche et forme un halo de flemme autour de ma main droite. Ah ! Il est là je l’attrape de la main gauche et éteint la droite avant de sauter hors de la benne. Je cours vite me réfugie chez moi et m’appuie dos à la porte. Oups… je viens de penser que je n’ai pas connecter l’eau chaude en haut… il doit ce geler sous la douche. Je descend à la cave et remédie à ce petit détaille. Au moins ce début de douche glacé l’aura totalement réveiller et dégriser.

Je remonte dans mon salon et ouvre le sac. Je vais peut-être trouver des infos sur lui là dedans. Je plisse le nez, ces vêtements sont imbibé d’alcool. Je ne peux pas les lui laisser comme cela. Je vide ses poches pour ne rien abîmer et met ces vêtements à la machine à laver. Je met la machine en route et vais récupérer des vêtements dans ma chambre, chambre que j’utilise assez rarement en fait. Je fouille dans le placard et trouve les affaires de mon homme. Je vais lui prêter une chemise et un pantalon, c’est à Lucian du coup il risque de nager un peu dedans mais c’est toujours ça de pris. Je dépose les vêtements devant la porte de la salle de bain quand… SILKE SAMBRE ! Ça y est je sais ! c’est comme si une petite bulle de savon venais d’éclater et de libérer mes souvenir enfouis. Je me précipite vers ma Bibliothèque et récupère un énorme livre, tout en bas, sur les grandes familles Britannique. Je feuillette et trouve enfin. C’est bien ce que je pensais. Je me met à ricaner. Comment est ce que j’ai pu oublier ?

Je m’en rappel bien maintenant, Silke Sambre, ce n’est pas un nom commun… dans les familles nobles on essaye toujours de tisser des liens avec d’autres familles pour augmenté richesse et pouvoir la plupart de ces alliances passe également par le mariage… Ma mère voulais que j’épouse le fils Sambre. Ça avait retourner toute la maison. Mon père ne voulais pas d’anglais dans la famille mais les Sambre avaient une position très intéressante. Le débat fut clos lorsque le fils prodigue parti en Afghanistan pour faire la guerre. On a jamais vraiment su ce qu’il était advenus de lui, pour certain il est mort là bas, pour d’autre ce serais chez lui en Angleterre à la suite de blessure grave, d’autre encore affirme qu’il aurais disparu au combat… Tout ce que je sais c’est que le père Sambre  est rester très austère par la suite et qu’il na jamais voulu en parler. La douleur de perdre un fils, c’est ce que je m’était imaginer à l’époque mais là… Cela expliquerais beaucoup de chose.

Assise en tailleur sur le sol du salon devant la bibliothèque, l’ouvrage sur les genoux je regarde l’homme sortir de la salle de bain d’un œil nouveau. Je ne peux m’empêcher de rire, je ris non pas car je me moque de lui ou de son parcourt mais parque que je me sent beaucoup plus légère, dans ce vaste monde je suis tomber sur le seul homme qui sais ce que cela fait d’être rejeter par les siens pour sa différence. Rien que d’imaginer la tête de ma mère si elle avait réussi son plan en me faisant épouser le fils Sambre et en le voyant maintenant avec ses oreilles et sa queue de loup ainsi que ses grand yeux rouge, ça me fait rire d’avantage. Je lui souris et soulève le livre dans sa direction et tapote l’arbre des Sambre représenté sur le papier glacé, du bout du doigt.

- Je crois que je ne suis pas la seule renégat chassé de sa famille… Non je ne suis pas morte.

Je lui adresse un petit sourire en coin et pose le gros livre au sol devant moi toujours ouvert à la page des Sambre avant de faire apparaître des petites flammes aux creux de ma paume je m’amuse à leur donner différentes forme et à les faire danser.

- C’est assez amusant de voir la tolérance des autres faces à l’anormal et à l’inconnue même au sein de sa propre famille n’est ce pas ?
Code by AMIANTE


Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
bienvenue à new york
Silke A. Sambre
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 389
» ma tête :

Aidan Loutre Turner

» association : good
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Mar 25 Avr - 17:06




"JE SUIS PAS SAOUL"

J'ai juste un peu picolé Une pyromane et un loup



Quand je vous dis que j’ai un instinct de conservation d’un lapin devant les phares d’un 4X4 lancé en pleine vitesse, c’est même en dessous de la vérité. La vérité, c’est que même le dit lapin sous les phare ET/Ou sous une tondeuse a un meilleur instinct de survis que moi qui vient de balancer une bombe en annoncant que j’avais reconnu l’héritière des McTavish, si j’avais pu faire une combustion instantanée, et ben ce serais sous son regard que je pourrais mourir sans avoir même le temps de faire mon testaments, non définitivement mon instinct de survie est franchement bas de plafond. Alors que je fais un fuis pour ma vie vers l’étage de la salle de bains, je me dis que j’ai gagné un point de survis.
Mais a peine arrivé à l’étage, le truc qui me frappe c’est ce blanc presque médical, je plante un instant en voyant ce blanc franchement dérangeant. Je ne bouge pas pendant quelques minutes avant de reprendre ma route vers la salle de bains et me planté devant le miroir. En effet, j’ai une gueule de déterré, un peu plus et j’ai le bandeau du raton laveur.

- On verra ça une fois que vous serez propres. Je vais récupérer vos affaires. Prenez votre temps on avisera après.
-Merci…

Le reflet qui me fait face n’as rien d’esthétique et encore moi d’humain. Je n’ai que repris peu de poids contrairement à ce que j’ai pu avoir par le passé. Je ne suis encore que l’ombre de moi-même, je pense que je retrouverai jamais le poids que j’ai pu avoir par le passé.

-Tu la laisse fouillé tes affaires ?
-Et qu’est ce que j’ai a caché hein ? A part les seringues et mon carnet de notes, je n’ai pas grand-chose… Ha si peut être le vieux porte feuille avec l’emblème de la famille wahou… quel secret….

J’allume l’eau avant de me glisser dessous… Je vois Shadow alors serrait les dents quand mon corps réagit, un rugissement de colère sort de ma gorge alors que je fais un bond en sortant de douche.

-Bordel de merde de sa mère la gazelle en string de sprite !
-Silke tu vas pas en faire une montagne…
-C’est le cul de ta mère qui fait 50 mètre de haut sous une cascade de glaçon ! bordel de merde mais elle connait pas l’eau chaude l’autre écossaise là !

J’entends mon alter Ego soupirait alors que je continue de grognai. J’attend un petit moment avant de voir qu’un petit nuage de buée commence a apparaître, je soupire de bien être en me glissant sous l’eau. Eau qui devient noir en passant sur mon corps. Ouais je dois rien avoir de glorieux quand Kieran m’a retrouvé, cependant c’est avec répulsion que je passe mes mains sur mon corps que je juge squelettique, cela me répugne. Comme je voudrais tellement restait un loup en continue… Mais cela voudrait dire tout abandonné et j’ai encore pas mal de chose a faire avant de prendre ma décision finale. J’observe mes bras trop maigre… Il est loin le militaire, ce qu’il me reste c’est ma cicatrice a l’œil gauche.

Je finis par couper l’eau et pris forme lupine pour m’ébrouer avant de reprendre apparence humaine et de me séché correctement, avant de broser rapidement mes cheveux mi long avant de les sécher en vitesse. Même une fois débarbouiller, je n’ai rien d’attirant. Sur le miroir couvert de buée, je ne peux m’empêcher de dessiné des petites figures avant de marquer en gros un MONSTER avant de l’effacer. J’ouvre doucement la porte pour récupérer les vêtements mis à ma disposition. J’enfile les vêtement avant de m’observer…. Génial j’ai l’impression d’être un gosse dégingandé qui mange pas à sa faim… bon ben cela s’éloigne pas de la vérité.

Je finis par sortir de la pièce avant de renifler l’air et de suivre la trace de l’écossaise pour la trouver assise devant la biblothèque, un livre que je connais que trop bien pour avoir le même chez les géniteurs ainsi que chez la Grand-mère Irys, mais aussi chez moi, caché précieusement pour ne pas être lu par n’importe qui… Même Laura n’est pas au courant de ce livre.

- Je crois que je ne suis pas la seule renégat chassé de sa famille… Non je ne suis pas morte.

A peine le livre posé au sol, je vois des flammes prendre vie dans sa main, lentement je m’assois devant elle, la fixant de mes yeux rouges comme le sang.

- C’est assez amusant de voir la tolérance des autres faces à l’anormal et à l’inconnue même au sein de sa propre famille n’est ce pas ?

-Tout a fait, mais ce qui est encore plus marrant c’est de voir que même si je suis renier par la famille proche comme les parents, je suis toujours dans les bonnes grace de la matriarche de la famille, qui a fait de moi son unique héritier, Un grand merci Irys.

Je lui souris doucement.

-Merci pour les vêtements bien qu’ils soient vraiment grand… Tu vis avec un géant ?
Demandai-je tranquillement.

Je ne peux m’empêcher de regarder le livre avant de le feuilleté et de revenir à la page familial.

-Donc c’est toi Kieran… Techniquement et je sais pas si tu es au courant mais on est fiancé…

Je crois que c’est l’une des dernières conversations que j’ai eu avec mon père où j’avais tapé du poing en beuglant qu’il était hors de question que j’épouse une inconnue, je n’étais pas l’ainé après tout, c’était Elias le premier né, mais non il a fallut que monsieur trouve du boulot dans les services secrets. Lui il me fera chier jusqu’au bout.

-Donc tu as était renier… C’est un fait mais qu’est ce que tu as fait pour qu’on e fasse passer pour morte ? t’as du faire un sacré coup d’éclat.

Cela a du être un coup d’éclat vraiment impressionnant pour qu’on la fasse passé pour morte. Un loup ça fait peur enfin plutôt ironique quand on connais le blason de la famille qui n’est autre …. Qu’un loup ! Ouais ouais le karma cette race…

Je m’allonge sur le ventre en la regardant avec un air de chien battue

-C’est comment l’écosse ? Je n’y suis aller que peu de fois mais je n’en ai pas de souvenir clair… Cela doit être plus calme que Londres ou les Etats unis…

Je soupirai un instant, les yeux dans le vague. Mine de rien, l’Angleterre me manque, Londres me manque et la royauté me manque parce que bon, la reine elle est drole mine de rien, c’est un peu la grand-mère du peuple.

Soudain je relève la tête.

-J’ai faim ! Tu as un truc a mangé l’écossaise ? ça fait un bail que j’ai rien mangé, enfin il y a bien le chiard de mon immeuble mais il y a rien a dégusté en plus il pus ce gosse une infection…




Code by Sleepy



Wolf inside my head
bienvenue à new york
Kieran G. McTavish
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 108
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Lun 1 Mai - 9:16

Oh dear, is it dead ?

Meurt pas dans ma benne a verre, ça fait crade/ Kieran&Silke




Je le regarde avec le sourire pendant qu’il vient s’asseoir en face de moi. Il a déjà meilleur mine quand il n’est pas recouvert de crasse et qu’il ne sent pas l’eau de vie à plein nez, mais même propre j’aurais été incapable d’affirmer qu’il appartient à la famille des Sambre. C’est un peu dur mais on vois qu’il a vadrouiller de partout et pas mal côtoyer la rue ce qui a effacé toute trace de noblesse chez lui, quoi que… sa posture pourrais le laisser imaginer. Il y a du militaire c’est indéniable mais on retrouve quelques racines sous la surface. J’éteins mes flammes lentement et tourne les pages du livre à mon tour jusqu’aux McTavish. Mes doigts caresses le blason de ma famille, le faucon et le chardon.

- Pour ma part je n’ai gardé aucun contacte… Je comprend mieux pourquoi personne n’a cherché à me contacter.

Je ris en le voyant se dépêtré dans les vêtements trop grand pour lui. Avec ses oreilles qui remue lorsqu’il parle je lui trouve un petit coté chiot assez mignon même si ses yeux couleur sang peuvent donner un côté dangereux. Je ne doute pas que c’est loin d’être un ange mais je ne me sent pas en danger avec lui. Je ne pense pas qu’il veuille s’en prendre à moi surtout maintenant que l’ont a commencé à parler et a se dévoilé nos identités.

- Il ne vie pas chez moi, c’est plus du « une fois chez moi une fois chez lui » et oui il est plutôt grand et assez baraqué…

Je manque d'ajouter : et incroyablement sexy avec un regard a tomber mais je me retiens ce n'est pas vraiment le moment de me vanter d'avoir dégoté l'homme le plus sexy du continent.

- C’est aussi un Anglais, à croire que je les attires, mais ce n’est pas un noble, heureusement. C’est derrière moi tout ça.

Je lui souris amuser. C’est vrai que comparé à Lucian Silke fait un peux grignette ce qui n’est pas arranger par le fait qu’il nage dans les vêtements que je lui ai prêté qui le rende encore plus mince et qu’il ne doit pas manger assez. Je suis sur qu’avec quelques kilos de plus il doit être très séduisant comme homme, après tout il a un jolie visage, mais par contre les cheveux en pagailles, le coté mal rasé on peux garder, ça lui donne un petit bad boy assez sympa je doit dire.

Je hausse les sourcils et pouffe de rire lorsqu’il parle des fiançailles

- Oh oui je sais. J’avais juste oublié que comme tu étais officiellement disparus et moi morte les papier d’annulation n’ont pas été signer.

Je pouffe de rire encore plus.

- Désolé j’imaginais juste la tête de mon copain si je lui dit que je suis fiancée ! J’espère que tu cours vite…

J’arrive enfin à me calmer et continue de parler avec lui, je l’aime bien en fait ce Silke, il est plutôt sympa… Je me rembruni un peu lorsqu’il me demande pourquoi j’ai été banni. Mes yeux sont fixé sur l’homme-loup et l’espace d’un instant prenne leur couleur doré. La pour le coup je n’ai plus aucun fou rire à l’horizon. Je détourne les yeux et les fixes sur le livre. Je reste plonger dans mes pensés un moment.

- Je ne sais pas quelle a été la version officielle pour ma mort ni comment ils ont tourné les choses à leur avantage… ils auront peut-être dit qu’un incendie c’est déclaré dans une dépendance, que je me suis retrouvé bloqué par les flammes et que héroïquement mon frère à volé à mon secours mais malheureusement il n’a pas réussi a me sauver et y a laisser la moitié de son visage…Bullshit.

Je redresse la tête le regard un peu triste mais mêler de colère.

- En vérité j’ai brûler le visage de mon petit frère… Vivre enfermer comme un monstre en cage pendant quelque année ne fait pas des personnes très équilibré, je n’ai pas appris à me maîtrise et quand mon propre frère ma traiter de monstre je me suis jeter sur lui pour me battre… mais c’était sans compté sur ma malédiction… Défiguré le seul héritier mal de la famille McTavish à été un coup dur… j’ai été chassé avant même que toute la maison ai été au courant.

Je me racle la gorge et passe une main dans mes cheveux pour les balancer en arrière et dégager mon visage. Je n’ai jamais parler de ça, pas même à Lucian. Je lui en parlerais un jour, mais plus tard. Je n’ai pas envie qu’il vois en moi un monstre capable de détruire les siens, je sais qu’il aime mes flammes et je ne veux pas voir un regard de dégoût ou de pitié dans ses yeux lorsqu’il me fixe. J’ai envie de faire table rase du passé avec lui, il a ses coté sombre j’ai les miens on en parle pas vraiment et c’est mieux comme ça pour le moment.

En fait pour la première fois j’ai peur de perdre quelqu’un et ça me remplie de couardise. Je ne me savais pas si fleur bleu c’est ridicule.

Avec Silke je sais pas, c’est venu naturellement, comme si je savais d’avance qu’il n’allais pas me juger, je n’attends pas grand-chose de ma relation avec lui c’est peut-être pour cela que je lui ai tout débalé sans crainte. Après tout je ne le connais que depuis deux heure à peux près. De plus quelque chose me dit qu’il a vu et fait bien pire…Je ne sais pas, ses yeux rouge, son attitude trop calme, sa façon de regarder ailleur comme si il voyais des choses connu de lui seul. En tout cas ça me fait du bien d’en parler même si je lui suis reconnaissant de changer de sujet.

- L’écosse c’est magnifique. Beaucoup plus calme et sauvage que Londres et ce n’est rien en comparaison de New-york, cette ville ne dors jamais. Edimbourg c’est pareil mais il y a un charme qui se dégage de la ville qui n’existe nul part ailleurs, la vielle pierre garde son flot de mystère et de beauté, c’est quelque chose que je ne retrouve pas vraiment ici… Mais si tu veux je t’y emmènerais, après tout il va bien falloir que l’on retourne en Grande-Bretagne pour annulé les fiançailles parce que je suppose que ça ne t’arrange pas non plus cette histoire

J’ai retrouvé un petit sourire. J’imagine la tête de mon Lucian si je lui disais « Mon chéri je part en voyage pendant quelque temps en tête à tête avec mon fiancé ! » même en précisant que c’est pour un papier d’annulation de fiançailles pas sur qu’il le prenne bien mon gros ours…

Je sursaute devant le nouvel entrain de Silke. Faim ? Ah oui ok faim. Je le fixe un instant en me demandant si il plaisant au sujet de bouffer des gosses puis je me lève sans rien dire, je crois que je ne préfère pas savoir, et au pire, ce ne sont pas mes affaires du moment qu’il ne ramène rien chez moi. Je me dirige vers la cuisine.

- Allez suis moi je doit avoir quelques truc à manger.

Depuis que je suis avec mon bel anglais je fait attention à bien m’alimenter et à avoir mon frigo remplie au cas ou il passerais à l’improviste. Je sort une boite hermétique remplis de scones au gruyère.

- Tiens mange déjà ça, je les ai fait ce matin ils sont encore bien frais. Je vais te préparer quelque chose de chaud. Omelette,oignon, lardon ou pattes carbonara ? J’ai ce qu’il faut pour les deux c’est rapide a faire l’un comme l’autre à toi de choisir.

Au vu de la taille de ses poignets je serais tenter de lui faire manger les deux entre deux bouché de scones. Le repas le moins bourratif du monde. En même temps il a pas mal de marge le petit loup. j’attache mes cheveux et les relèves avec une pince je sort une spatule en bois et le regarde poing sur les hanches en attendant qu’il se décide.
Code by AMIANTE


Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
bienvenue à new york
Silke A. Sambre
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 389
» ma tête :

Aidan Loutre Turner

» association : good
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Dim 28 Mai - 11:48




"JE SUIS PAS SAOUL"

J'ai juste un peu picolé Une pyromane et un loup




- Pour ma part je n’ai gardé aucun contacte… Je comprend mieux pourquoi personne n’a cherché à me contacter.

Je la vois caresser les pages des McTavish avec une certaine nostalgie, comme si ses temps passés lui manquaient, enfin un minimum quoi. Bien que la famille me manque, je n’arrive pas à regretter car j’ai toujours un lien puissant avec ma propre ascendance en la présence d’Irys. Dans son cas, cela doit être bien plus difficile à assumer, être banni signifie aussi d’être effacer de toute les archives familials. Bien que renier, mon nom apparait encore mais elle ? Je l’ignore, les écossais sont un peu extrême dans le genre punission… C’est bien pour ça qu’on nous apprend à nous méfier des écossais… Ne tourne jamais le dos à un écossais, dieu seul sait ce qui peut se passer…

En me voyant me débattre avec le haut bien trop grand pour moi, je l’entends rire, ce qui me surprend un instant avant de sourire en comparant à un géant. Non pas que je sois petit mais bon la je suis sur qu’elle vit avec un mec de plus de deux mètre de haut, c’est pas possible.

- Il ne vie pas chez moi, c’est plus du « une fois chez moi une fois chez lui » et oui il est plutôt grand et assez baraqué…
-Et ben bordel… J’imagine pas la taille des tad si vous en avez…

Ils vont nous pondre des géants, on va rien comprendre à nos vie, je vous le dis… Shadow se glisse alors derrière elle pour observer les pages qu’elle nous présente, je l’entend grogner sourdement, a croire qu’il est au courant de ce qu’il s’est passer avant que je quitte cette famille de dégénérés. Ce qui au final ne serait pas étonnant vu qu’on l’on est a la base la même personne…

- C’est aussi un Anglais, à croire que je les attires, mais ce n’est pas un noble, heureusement. C’est derrière moi tout ça.
-c’est pas plus mal que ce soit pas un noble, je te le dis parce que bon ça serait le bordel sinon. Et puis t’imagine… Kieran McTavish, Voulez vous prendre pour époux Messire Géant l’anglais ? Nan ça passerait pas chez les nobles.

Je rigole devant ma propre connerie en imaginant la scène.

- Oh oui je sais. J’avais juste oublié que comme tu étais officiellement disparus et moi morte les papier d’annulation n’ont pas été signer.
-Oh t’inquiéte je demande pas à réactivé le contrat ! j’ai moi même une petite amie, et puis bon j’ai pas envie que tu me crame le pelage parce que j’ai des puces.

En la voyant exploser de rire je penche la tête sur le côté, intriguer de savoir ce qui vient de lui passer par la tête.

- Désolé j’imaginais juste la tête de mon copain si je lui dit que je suis fiancée ! J’espère que tu cours vite…

Je ricane en imaginant la scène tout en lui répondant que je cours très vite.

-Tu sais que si Laura l’apprend tu es mort….
-Alors pour mon cercueil, je veux du chêne ou de l’ébène, pour la pierre tombale je veux un truc qui claque du style : Encore mieux que le Sinistros, Une grande âme est partie parce qu’il est pas venu ici pour souffrir Akay ? Et avec un petit PS : Laissez une seringue ce serait pas mal.
-T’as tout prévu en faite
-Je prévois pas grand-chose dans ma vie mais ça ouais je l’ai préparer.

Shadow secoue doucement la tête en ricanant. Mais l’atmosphère change du tout au tout quand je lui pose la question sur le pourquoi du comment elle en est arrivé la. Ses yeux prenne une couleur digne d’un Balrog en colère alors qu’elle me fixe droit dans les yeux. Or contre rubis, plus aucune pupilles, dans nos position, nous redevons ce que l’on était des nobles qui se nourrisent uniquement de la colère. Un sentiment que nous connaissons même très bien par chez nous.

- Je ne sais pas quelle a été la version officielle pour ma mort ni comment ils ont tourné les choses à leur avantage… ils auront peut-être dit qu’un incendie c’est déclaré dans une dépendance, que je me suis retrouvé bloqué par les flammes et que héroïquement mon frère à volé à mon secours mais malheureusement il n’a pas réussi a me sauver et y a laisser la moitié de son visage…Bullshit.

-Je vois que tu es au courant, c’est en effet la version officiel, il semblerait qu’un domestique n’appréciant pas le fait d’être renvoyer aurait mis le feu, te piégeant toi et ton frère et bien que ce dernier est tenter de te porter secours il semblerait qu’un appel d’air eu raison de son visage. Ca c’est ce qui s’est dit dans les hautes sphères. Si beaucoup y ont cru, y compris mes parents, je sais que ce n’ai pas la vérité car j’ai rarement vu mon frère aussi furieux et ma grand-mère aussi… Voyons détendu.

- En vérité j’ai brûler le visage de mon petit frère… Vivre enfermer comme un monstre en cage pendant quelque année ne fait pas des personnes très équilibré, je n’ai pas appris à me maîtrise et quand mon propre frère ma traiter de monstre je me suis jeter sur lui pour me battre… mais c’était sans compté sur ma malédiction… Défiguré le seul héritier mal de la famille McTavish à été un coup dur… j’ai été chassé avant même que toute la maison ai été au courant.

Je ne peux m’empêcher de sourire devant la vérité, l’espace d’un instant, je sent Shadow et moi-même être sur la même longueur d’onde. Oui l’espace d’un instant nous redevenons des connards finis se délectant de la souffrance qui peut être infligé. L’espace d’un instant je revois ses visages sanglants de cet entrepôt où j’étais enfermé, je revois le sang et ce gout si familier sur ma langue. Néanmoins je secoue la tête pour sorir de ses pensés morbides pour redevenir le gentil abrutit que je suis en déclarant que j’ai faim.

- Allez suis moi je doit avoir quelques truc à manger.

Je la suis d’un pas gillerai avec un estomac qui cri famine. Une fois arrivé dans la cuisine, je m’assoie a table alors qu’elle me dépose une boite fermé sous le museau.

- Tiens mange déjà ça, je les ai fait ce matin ils sont encore bien frais. Je vais te préparer quelque chose de chaud. Omelette,oignon, lardon ou pattes carbonara ? J’ai ce qu’il faut pour les deux c’est rapide a faire l’un comme l’autre à toi de choisir.

-DES SCONES ! OH MY FUCKING GOD ! DES VRAIS SCONES FAIT MAISON ET PAS SES TRUCS INDUSTRIELS TOUT DEGUEUX !

Ni une ni deux, je me jette sur les scones en poussant des gémissement de plaisir intense, bordel de merde qu’ils sont bons ! Un peu plus et je pense qu’il va falloir changé la chaise, ma queue de loup bas rapidement la mesure tellement je suis content de voir ça sous mon museau.

-Hum les deux ? Cela doit faire plus d’une semaine que je n’ai pas mangé… Enfin la dope ça coupe l’appétit mais ça nourris pas vraiment, juste ce qu’il faut avant de passer l’arme à gauche comme on dit…

En la voyant relevé ses cheveux et en posant ses poings sur les hanches, la spatule en main, je sais ce qui m’attend.

-Tu vas m’engraisser avoue… tu vas me transformé en hagis hein… Alors je te préviens ma chair est pas bonne et puis le loup a la limite c’est bon à la broche mais euh voilà…

[i]-Tu pense sérieusement qu’elle va nous manger ?
[/i
]
-La ferme Shadow… Les écossais et en particuliers les McTavish sont imprévisibles !
Je grognai-je de manière peu discrète.

Je rabattus mes oreilles a plat sur le haut en la regardant d’un air craintif, bien sur qu’elle va m’engraisser, je suis maigre à en faire peur et un peu plus on voit mes os si ce n’est pas le cas par endroit. C’est vrai que je fais peur à être si maigre, j’ai moi-même pris peur en voyant mon reflet dans le miroir quelques instant plus tot. Je soupire a l’idée même de finir comme un foie gras avec un tube dans la gorge pour me faire grossir plus vite. Bon si jamais elle approche le moindre tube je la mords ouais c’est décidé !


Code by Sleepy



Wolf inside my head
bienvenue à new york
Kieran G. McTavish
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 108
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Dim 28 Mai - 22:02

Oh dear, is it dead ?

Meurt pas dans ma benne a verre, ça fait crade/ Kieran&Silke




Je le regarde se jeter sur les scones avec un grand sourire, cet homme est vraiment étrange, à certain moment on perçois des ombres dans son regard, et par d’autres ce n’est qu’un grand gamin. Il ne mange pas il dévore les scones, un vrai morfale, en même temps pas étonnant vu comment il est maigre. Je lève les yeux au ciel lorsqu’il confirme ce que je savais intérieurement a savoir son alimentation quasi inexistante.

- amaideach sassenach… dit-je en marmonnant pour moi même avant de regarder Silke. Idiot d’anglais, à force de vivre comme ça tu vas mourir avant l’heure… On a assez de quoi mourir avec la discrimination qui nous entour pas la peine d’en rajouté…

Je me met à cuisiner lentement, j’épluche mes oignons, je bats mes œuf, je fait revenir les lardons et fait chauffer l’eau des pattes. Il va reprendre du poids le junkie c’est moi qui vous le dit !

- Et ta copine elle laisse couler ? Mais c'est quoi cette femme. Elle est grave... Ne pas prendre soin de son homme ou au moins lui faire un bon recadrage quand ça va vraiment mal... mon homme se mettrais dans un état pareil il le sentirait passer.

Je me retourne vers lui avec mon couteau de cuisine et un grand sourire.

- Ne doute pas de mon pouvoir de persuasion jeune loup famélique…


Je me retourne et reprend ma cuisine avec un petit ricanement diabolique.

- Les flammes de l’enfer ce n’est rien comparer à une McTavish en colère !

Je repense à ce qu’il a dit tout à l’heure sur le contrat de mariage. Sans parler de vouloir me marier avec Lucian ni même d’avoir des enfants, seigneur non ce n’est pas quelque chose que j’envisage tout de suite, la tête en vrac en plein milieu de la nuit pour s’occuper d’un môme qui braille toute les deux heures merci mes nuits sont courtes et décoiffante avec Lucian mais pour toute autres raison beaucoup plus plaisante…

Breeeef je me reconcentre sur ma cuisine et sur le contrat de mariage. Ce genre de contrat laisse des traces si on ne les annules pas, il faudra que l’on s’en occupe. Je souris, maintenant que je suis retomber sur mes pattes et que j’ai beaucoup plus d’assurance un petit retour fracassant à la maison avec un anglais mutant qui plus est à chaque bras. De quoi faire jaser dans les chaumières pendant un moment. Après tout on est plus au 17ème siècle la peine de mort ou la mutilation corporelle ne s’applique plus lorsqu’un membre de la famille va à l’encontre des lois du clan…

Je sursaute légèrement quand je l’entend gronder derrière moi. Shadow ? C’est qui ça Shadow ? Certainement pas moi car il s’adresse clairement à une tierce personne. Je lance un léger regard vers Silke qui rabat les oreilles en arrière ce qui lui donne un air plus chétif. Les regards qu’il lance parfois par dessus mon épaule comme si il y avait quelqu’un, les changements furtif dans son regard… est ce qu’il parle à quelqu’un ?

Wow alors la plusieurs solution s’ouvre devant moi… soit cet homme est fou dans le genre schizophrène, soit il voit des fantômes et ce Shadow serai donc un fantôme qui le suis ou pire qui hante mon chez moi ! Je ne sais pas laquelle des deux solution est la plus rassurante… Le fait qu’il soit instable ou d’admettre l’existence de fantôme. Une vie après la mort c’est assez l’angoisse je trouve.

Je me tourne lentement en prenant une assiette en main. Je n’ai pas peur, peut-être que le bon sens voudrais que je soit morte de trouille de me retrouver seule avec un homme inconnu et instable. Pourtant ce n’est pas le cas. Il me fait penser un peu à ce mec dans le film the machinist, avec sa maigreur presque morbide, son côté pommer et le fait qu’il voit des choses qui ne sont pas là. Je dépose l’omelette fumante devant lui avec des couverts. Je préfère ne pas aborder le sujet « Shadow » tout de suite. Je le laisse se mettre en confiance doucement.

- Les pattes finissent de cuire, commence déjà par ça.

Je m’assoie en face de lui. Je ne pense pas qu’il essayera de me faire du mal mais si il essaye il risque de le regretter et d’en souffrir plus que moi. Je ne le sent pas agressif à mon égard. C’est juste  un junkie en pleine descente que personne n’a réussi à aider à sortir du gouffre dans lequel il est tomber. Il nage à contre courant, une chaîne aux pied et j’ai l’impression que personne ne lui vient en aide pour ne serais ce lui tenir la tête hors de l’eau. Challenge accepted!

- Et pour te répondre oui je vais t’engraisser. On va passer un deal ok ? Je ne peux pas laisser un confrère qui plus est mon fiancé sur papier, dans un état comme ça sans rien faire. Tu viens ici au moins une fois par semaine pour que je te nourrisse correctement, tu peux venir te planquer ici quand tu es mal ça t’évitera la déchéance de te retrouver dans des ordures… Et en échange tu me donne des nouvelles de l’Écosse, de l’Angleterre… tout ce qui peux être intéressant et qui touche de pres ou de loin à ma famille. Avec un petit bonus la récupération du contrat de mariage pour le détruire tout simplement ce qui nous évitera à tout deux des problèmes de couple…

Bien qu’il doit pouvoir se les créer tout seul… Passons. Je me lève de nouveau.

- Ta grand-mère est une femme absolument charmante, je ne l’ai vu que peu de fois mais je sais qu’elle n’aimerais pas te voir comme ça, ça lui ferais beaucoup de peine. Accepte au moins de venir manger ici une fois par semaine voir plus si tu le veux pour te redonner un semblant de dignité et de noblesse. Fait le au moins pour ta grand-mère.

C’est petit… c’est extrèmement petit. Utilisé son affection flagrante pour sa grand-mère afin de faire pression et réussir à le sauver de lui même. C’est tordu mais pas si bête que ça.

Un esprit sain dans un corps sain c’est ce que l’on dit… et bien il va me falloir un paquet de scones pour ne serais-ce que pour lui redonner un poids moyen par rapport à sa taille. Pour ce qui est des drogues et des divagations de son esprit… un problème à la fois.
Code by AMIANTE


Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
bienvenue à new york
Silke A. Sambre
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 389
» ma tête :

Aidan Loutre Turner

» association : good
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Mar 27 Juin - 14:40

 
 
"JE SUIS PAS SAOUL"
 
J'ai juste un peu picolé Une pyromane et un loup
 
 
 
- amaideach sassenach…Idiot d’anglais, à force de vivre comme ça tu vas mourir avant l’heure… On a assez de quoi mourir avec la discrimination qui nous entour pas la peine d’en rajouté…

-On meurs bien de quelque chose, autant choisir. Au lieu de mourir sur un champ de bataille je mourrais en faisant un truc qui m’éclate. Répondis-je avec un sourire goguenard qui pourtant était teinté d’une certaine lassitude.

Souvent on dit que les soldats ont des suivis psychologique si ils ont étaient capturé ou trop marqué par le combat, sur le papier tout le monde à droit aux même faveur… Sur le papier évidemment, dans les fait c’est autre chose… Les marginaux n’ont pas droit aux même traitement, eux on les lachent en pleine nature en leur balançant qu’ils doivent bien avoir un soutient quelque part. Certains s’en sortent, d’autres préfèrent en finir. Certains se pendent, d’autres se tranchent les veines. Il y a ceux qui ont le sens du spectacle avec une balle dans la tête, et il y a ceux qui pronent pour la mort douce avec de l’alcool et des médicaments. Enfin il y a ceux qui restent. Qui ne veulent ni mourir ni tout a fait vivre, qui préfère erraient entre deux eaux, préférant par instant la vie et puis parfois préférant les limbes, frolant par instant l’embarcation de Charon qui nous refuse le passage. Je suis de ceux là, sauf que Charon en bon passeur m’a confié mon propre psychopompe, Shadow, un moi bestial avide de sang et de la période militaire. Je fais pâle figure a coté de Shadow, limite un enfant face a son puissant jumeau mais nous somme un. Il est aussi bien mon passé que mon futur.
Je soupire lourdement en continuant de manger avec appétit avant de me reconcentrer sur l’instant présent et sur la voix de Kieran.

- Et ta copine elle laisse couler ? Mais c'est quoi cette femme. Elle est grave... Ne pas prendre soin de son homme ou au moins lui faire un bon recadrage quand ça va vraiment mal... mon homme se mettrais dans un état pareil il le sentirait passer.

Etrangement j’explose de rire, pas un rire de joie non une espèce de rire triste et hystérique. Je rigole que je n’arrive plus a manger tellement son raisonnement vrai mais pas applicable dans mon cas. Je me tiens les côtes avant de me calmer doucement et de la fixé de mes yeux rouges sans pupilles.

-Ma copine ? Tu parles elle me fait la morale mais elle peut ou ne veut pas comprendre ! l’histoire de ma vie ! soutient les autres et ferme ta gueule sur tes problèmes après tout hein ses problèmes seront toujours plus violent et fort que les miens ! Je pourrais crevé dans une benne je suis même pas sur qu’elle percute avant un bon moment.

C’est sans doute cruel de cracher sur le dos de quelqu’un mais merde c’est vrai. A part juste me faire promettre de pas prendre de dose létal, le reste tss… Je suis un pilier un soutient et mes problèmes ben on les remisent a plus tard… Je n’en doute pas que le mec de l’écossaise se prendrait une avoinée de première. Moi… Oui a la limite il y a la grand-mère mais elle, je sais qu’elle sait que j’en ai besoin et que le soutient que je veux elle ne peux pas me le donner. Ce soutient quasiment personne peut me le donner et au fil du temps j’en viens a me demander si Laura est la bonne… Je veux bien que ce soit une immortel dresser pour le combat qu’elle est eu un passé horrible qu’un pauvre petit enfant riche qui a encore une famille ne peut pas comprendre et bla bla bla… Putain mais elle sait que tout les quatre matin je fais une crise de panique, que je réveille en hurlant et que le seul moyen que je me repose un minimum c’est de ce shooter jusqu’à ce que je frole le coma, que c’est Shadow qui me maintient en vie et qui tente de limité les dégats ? Non elle n’en sait rien. Etre un chien savant c’est bien mais du moment que l’on se plaint pas…

Je souris alors qu’elle se retourne en me menaçant, je ne doute pas que les flammes de l’enfer sont une partie de plaisir face à ça. Je n’en doute absolument pas !

Alors que je grogne contre mon alter ego celui-ci me répond en haussant les épaules.

-De toute façon tu sais très bien que ce contrat est aussi bien une garantit pour vous deux qu’une mise à mort pour toi
-Parce que quoi ? tu pense sérieusement qu’Elias va venir fouiné ? au pire il fouillera moi je n’est rien a me reprocher. Les compte c’est aux parents qu’il doit les demander pas à moi.
-Je te parle de Laura
-Et quoi ? Elle est pas dans les rouages et a vrai dire qu’est ce qu’elle en a faire hein ? grognai-je
-T’étonne pas si elle t’éviscère
-Au moins j’aurais la paix et je pourrais dormir correctement…

Shadow explose de rire alors que je lui offre un sourire en imaginant très bien Shadow prendre possession de mon corps au même où elle approchera les griffes, non pas sur qu’elle est une chance.

- Les pattes finissent de cuire, commence déjà par ça.
-pas de problème je pense que j’ai la place pour avaler une vache. Souris-je en attaquant l’omelette.

Par reflexe, je la fixe droit dans les yeux tout en mangeant, comme si je craignais qu’elle me retire mon assiette à tout moment. Reflexe absurde mais primaire et essentiel pour quelqu’un comme moi. Un silence s’étend alors que je la vois plonger dans ses pensées, sans doute en cherchant un moyen de ce débarrasser de ce contrat de mariage.

- Et pour te répondre oui je vais t’engraisser. On va passer un deal ok ? Je ne peux pas laisser un confrère qui plus est mon fiancé sur papier, dans un état comme ça sans rien faire. Tu viens ici au moins une fois par semaine pour que je te nourrisse correctement, tu peux venir te planquer ici quand tu es mal ça t’évitera la déchéance de te retrouver dans des ordures… Et en échange tu me donne des nouvelles de l’Écosse, de l’Angleterre… tout ce qui peux être intéressant et qui touche de près ou de loin à ma famille. Avec un petit bonus la récupération du contrat de mariage pour le détruire tout simplement ce qui nous évitera à tout deux des problèmes de couple…

Je reste surpris, la fourchette a mi chemin avec ma bouche. Des problèmes de couples j’en ai déjà mais je comprend parfaitement qu’elle veut éviter de foutre la merde dans son propre couple, je suis déjà un sujet de nombreuse discorde, on va donc éviter d’être la cause d’une rupture non volontaire. Je hoche lentement la tête.

- Ta grand-mère est une femme absolument charmante, je ne l’ai vu que peu de fois mais je sais qu’elle n’aimerais pas te voir comme ça, ça lui ferais beaucoup de peine. Accepte au moins de venir manger ici une fois par semaine voir plus si tu le veux pour te redonner un semblant de dignité et de noblesse. Fait le au moins pour ta grand-mère.

Je me fige alors soudainement, reposant lentement ma fourchette alors qu’elle s’exprime sur Irys. Je ne peux m’empêcher de serrer les mâchoires en imaginant son air déçu d’apprendre dans quel décadence son héritier est tombé. Sans doute aurait-elle honte de moi… Elias doit se faire un plaisir de faire un dossier complet sur ma chute pour l’exposer au firmament devant Irys. Je ferme les yeux en retenant sans doute des larmes de rage avant de souffler un grand coup.

-Je… J’accepte de venir au moins une fois par semaine… Mais uniquement quand j’en aurais envie… Je veux bien faire un effort…

Ca m’arracher la mâchoire de le dire mais c’est vrai je voulais faire des efforts pour pouvoir me regarder de nouveau dans le miroir et non voir de la pitié et de la peine dans les yeux de ceux qui m’entoure. Mais en acceptant, je pourrais me piquer sous surveillance et non dans un squat minable et délabrer qui me conduirait sans doute à la mort.

-Je veux bien faire un effort pas pour moi mais pour avoir la paix et pouvoir reprendre ce qui m’appartient.
Déclarai-je en la fixant d’un air décidé et sans doute sauvage.

Je me remis à manger, la mine sombre mais le dos droit et les yeux sans doute hanté par des ombres. Je pouvais sentir Shadow sourire près de moi mais qu’importe.

 
Code by Sleepy


Wolf inside my head
bienvenue à new york
Kieran G. McTavish
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 108
» ma tête :

Meghan Ory




» association : neutre
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Mar 18 Juil - 16:59

Oh dear, is it dead ?

Meurt pas dans ma benne a verre, ça fait crade/ Kieran&Silke




Appuyé sur la corde sensible de la grand-mère… je sais c’est petit mais au vu de la tête de l’hybride loup c’est efficace. Dans ses yeux passe tout un tas d’émotion. Qui cache loin derrière côté terrifiant que peuvent avoir ses yeux rouge. Ce n’est qu’un petit garçon que j’ai devant moi. Quand je repense à ce qu’il ma dit de sa copine j’ai envie de lui mettre des baffes… à elle pas à lui ! Non mais franchement regardez cette tête de chiot ! En plus avec ses petites oreilles de loup que l’on a envie de papouiller c’est trop !

-Je veux bien faire un effort pas pour moi mais pour avoir la paix et pouvoir reprendre ce qui m’appartient.

La fin de sa phrase est dite avec tant de force et de détermination que le chiot est éjecter par batte de Baseball en home run. Fini le chiot et bonjour le soldat, la on ressent toute la fougue militaire qui ressort. Un peu plus et il nous sortait l’étendard en criant This is sparta…L’image me traverse l’esprit un instant, Silke avec la grande cape rouge et le tissu de même couleur nouer a ses hanches comme dans le film et la bannière en main. Je plante. Oula, fatigué moi… il faut dire que j’ai eu une grosse journée et que la soirée  à été plutôt mouvementé.

Je me prend une assiette dans le placard et la pose en face de celle de Silke avec des couvers. Je fini de préparer les pattes tranquillement. Je ne lésine pas sur les lardons et la crème c’est pas comme si il devais faire attention à sa ligne et puis bah moi… ça ne me fera pas de mal non plus. Je couvre deux minutes le temps que ça finisse de cuire et ouvre le frigo.

- Je te serre à boire ? Une bière autre que le fond de bouteille sortie d’une benne à verre tu verra c’est sympa aussi, ça change, c’est un autre concepts…


Je lui fait un grand sourire taquin et nous sort a boire. Je décapsule nos bières et je sers à manger. Sa sent bon et finalement j’ai plus faim que je ne l’aurais pensé. Je met une grosse assiette à mon invité et la pose devant lui.

- Tiens mange c’est bon pour ce que t’as, enfin surtout ce que t’as pas…

Je m’installe en face de lui et me prend une assiette plus modéré. Je souffle doucement sur la nourriture et prend une bouché. C’est pas diététique mais qu’est ce que c’est bon ! Je picore dans mon assiette en silence et alterne avec des gorgé de bière de temps en temps. C’est officiel il va falloir que je face quelques aller retour dans mes escaliers avec des carton de bouteille dans les bras pour éliminé tout ça. Surtout si je veux continuer de rentrer dans cette petite robe moulante et très sexy qui plaît tant à mon homme. Par contre le loup en face de moi n’a pas ce problème, il mange comme un ogre. Je souris et prend une gorgé avant de relancé la conversation.

-Tu sais les rues sont pas sur avec les patrouilles et en plus de ça tu as l’air complètement lessiver. Tu devrais rester dormir ici, je n’ai pas de canapé mais il y a mon lit.


Je plante devant le double sens que je viens de lacher et m’empresse d’ajouter.

- Non pas mon lit dans ce sens hein, ne te méprend pas, c’est juste que je ne dors pas dans mon lit quand je suis seule…enfin pas avec mon homme quoi... donc tu prendra mon lit et j'irais sur le bow-window.

Je détourne le regard avec un sourire un peux gêner et joue avec mes pattes du bout de ma fourchette comme si c’était une vrai occupation.

- Oui je sais c’est bizarre… mais c’est juste par sécurité… quand je dors seule je fais souvent… des cauchemar et au vu de ce que je sais faire il vaux mieux ne pas avoir trop de chose qui craigne. Je me suis installer un petit coin sur le bow-window, j’ai mis une plaque en métal et j’ai un extincteur sous la main.

Je hausse les épaules légèrement les épaules.

- C’est pas très orthodoxe mais au moins ça me permet d’éviter de changer de literie tout les quatre matin… Enfin bref, du coup tu peux prendre mon lit, mon homme ne doit pas passer ce soir de toute façon.

On fini de manger je prend les bouteilles vide et les met dans le seau de tri puis met les assiètes dans l’évié.

- Allez Hop viens m’aider, je veux bien te nourrir et t’héberger et tolérer tes descentes de toxico mais ne compte pas sur moi pour être ta petite femme au foyer… même si on est fiancé. Je ne suis pas ta copine et moi je n'hésiterais pas a te mettre une baffe sur le museau.

Je lui fait un sourire en coin amusé.

- Avoue tu regrettes déjà notre arrangement...

Je ricane et croise les bras devant moi.

- Le minimum vital est demander à savoir nettoyé derrière toi… au risque de te faire cramer le bout des oreilles en cas contraire.

Je ris et lui passe l’éponge.

- Allez nettoie, je sèche et je range ça sera plus simple, ensuite je te montrerais ou tu vas passer la nuit, c’est pas négociable tu ne rentre pas chez toi maintenant et avant que tu le dise… oui je suis bien une écossaise avec mon caractère borné.

Je lui envois un baiser et met les restes au frigo puis range la boite de Scones en attendant d’avoir de la vaisselle a sécher.
Code by AMIANTE


Stick Boy liked Match Girl,
He liked her a lot.
He liked her cute figure,
he thought she was hot.
But could a flame ever burn
for a match and a stick?
It did quite literally;
he burned up quick.
bienvenue à new york
Silke A. Sambre
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 389
» ma tête :

Aidan Loutre Turner

» association : good
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   Dim 30 Juil - 13:28



"JE SUIS PAS SAOUL"

J'ai juste un peu picolé Une pyromane et un loup




- Je te serre à boire ? Une bière autre que le fond de bouteille sortie d’une benne à verre tu verra c’est sympa aussi, ça change, c’est un autre concepts…

Je lui sourris doucement en hochant la tête, une bonne bière ne peut pas me faire de mal. L’odeur des pates a la carbonara se répand dans la pièce, me faisant saliver doucement, je dégluttis en voyant la par qu’elle me sert. En temps normal c’est presque trop mais en fait la j’ai vraiment trop faim, Cependant je fais preuve d’un peu de retenu avant d’attaquer.

- Tiens mange c’est bon pour ce que t’as, enfin surtout ce que t’as pas…
-Merci.

J’attends quelques intants avant d’attaquer avec appétit mon repas. Un peu plus et je pourrais en pleurer vu comme c’est bon, je soupire de bien être alors que je déguste mon assiette, me désaltérant de temps en temps avec la bière. On est bien loin de l’éducation noblio que l’on a eu tous les deux mais on s’en fout royalement, il n’y a personne à impressionner entre ses murs. Un silence agréable prend place, chacun de nous plonger dans nos pensées.

-Tu sais les rues sont pas sur avec les patrouilles et en plus de ça tu as l’air complètement lessiver. Tu devrais rester dormir ici, je n’ai pas de canapé mais il y a mon lit.

Je relève la tête en la regardant surpris ! c’est quoi cet invitation-là ? J’avale la bouchée que j’ai avant de la voir se dépêtrait dans ses explications.

- Non pas mon lit dans ce sens hein, ne te méprend pas, c’est juste que je ne dors pas dans mon lit quand je suis seule…enfin pas avec mon homme quoi... donc tu prendra mon lit et j'irais sur le bow-window.

Je rigole doucement avant de faire un mouvement de la main pour dissiper le malentendu.

- Oui je sais c’est bizarre… mais c’est juste par sécurité… quand je dors seule je fais souvent… des cauchemar et au vu de ce que je sais faire il vaux mieux ne pas avoir trop de chose qui craigne. Je me suis installer un petit coin sur le bow-window, j’ai mis une plaque en métal et j’ai un extincteur sous la main. C’est pas très orthodoxe mais au moins ça me permet d’éviter de changer de literie tout les quatre matin… Enfin bref, du coup tu peux prendre mon lit, mon homme ne doit pas passer ce soir de toute façon. Reprend-elle en jouant avec ses pates.

-Puisse qu’on en est au confidences literies, si dans la nuit tu entends un bruit sourd ou des paroles c’est que je suis soit tombé du lit ou deux je fais un cauchemars et il faut absolument pas me réveillé, on sait jamais comment je réagi. Souriais-je en buvant une lampé de bière.

Pourquoi tu as peur que je lui fasse du mal ?
Avec toi je ne sais jamais.
Elle je l’aime bien, elle est moins prise de tête.


Je souris devant la remarque de Shadow. C’est vrai Kieran va droit au but et ne se cache pas derrière des pseudos regrets et des crises de consciences. ET puis c’est marrant de se rendre compte qu’on est lié même si le lien papier ne sera pas effectif, ça je m’en fous. Mais ça fait du bien de voir un visage du passé qui ne juge pas mais qui au contraire essaye de comprendre, cela change. Cela permet de m’effondrer sans m’occuper des conséquences, sans que l’on me reproche d’être ce que je suis. Peut-être un jour je lui parlerai de Shadow, un jour peut être… Je finis calmement mon assiette ainsi que ma bière avant de me lever.

- Allez Hop viens m’aider, je veux bien te nourrir et t’héberger et tolérer tes descentes de toxico mais ne compte pas sur moi pour être ta petite femme au foyer… même si on est fiancé. Je ne suis pas ta copine et moi je n'hésiterais pas à te mettre une baffe sur le museau.
-Parce que tu crois que c’est ma copine qui s’occupe de faire la vaisselle et compagnie ? Je ne suis même pas sur qu’elle sache faire un plum pudding donc bon.

Je m’approche de l’évier en bougeant doucement mes oreilles de loup.

- Avoue tu regrettes déjà notre arrangement...
-Des le moment ou tu m’as mis un coup de rangers dans le museau ricanai-je. Mais je vais peut être revoir mon jugement si je peux encore manger des scones à mon prochain passage.
- Le minimum vital est demander à savoir nettoyé derrière toi… au risque de te faire cramer le bout des oreilles en cas contraire.
-Pas de risque ! je ne suis pas chez moi donc je fais attention et je tiens a mes oreilles.
- Allez nettoie, je sèche et je range ça sera plus simple, ensuite je te montrerais ou tu vas passer la nuit, c’est pas négociable tu ne rentres pas chez toi maintenant et avant que tu le dise… oui je suis bien une écossaise avec mon caractère borné.

Je mets au garde à vous immédiatement.

-Yes Lady !

Lentement je m’applique a récuré et a faire lustré la vaisselle la rendant plus brillante que possible avant de les faire passer a Kieran. Etrangement, je me sens bien de ne pas a avoir une chape de plombs sur les épaules. Je finis calmement la vaisselle avant de bailler a m’en faire claquer la mâchoire. Elle me guide alors vers une chambre lumineuse avant de me souhaiter bonne nuit. Par réflexe, je me laisse tomber sur le matelas avant de soupirer. Je retire rapidement les vêtements prêter et me glisse sous les draps, soupirant de bien être avant de me plonger dans les bras de Morphée, apaiser et en sécurité.


Code by Sleepy



Wolf inside my head
bienvenue à new york
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: Oh dear... is it dead ?   

 

Oh dear... is it dead ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DOA : Dead or Alive /!\
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Red Dead Redemption
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to the Game :: New York :: Manhattan :: Commerces :: The Last Drop-