N'hésitez pas à demander des liens et des rps aux nouveaux membres.
Privilégiez les Marvel , ils sont badass.
Bienvenue sur The Avengers on vous aime déjà.

Partagez | .
 

 We need to talk...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Jeu 17 Nov - 23:26



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Voilà, ils y sont, à ce moment précis où la vérité franchie les lèvres, pour mieux exploser aux yeux de tous, pour rompre les quelques centimètres qui restaient entre eux. Ce n’est pas un jeu, ils ne sont pas là pour se faire des courbettes ou se faire du mal volontairement. Il s’agit simplement de cette vérité nue, belle parce qu’elle est dans son plus simple appareil. Le regard de Natasha ne laisse  aucun moment celui de Bruce. Parce que ces mots qu’il va prononcer, elle veut les entendre. Même si cela doit la condamner à la culpabilité. Mais il n’est jamais question de cela. Ce n’est pas de sa faute, ce n’est pas ses choix qui ont guidé ses actes à lui. C’est une triste réalité… Il avait fait un choix raisonné, cohérent avec ce qu’elle lui avait confié, avec ce qu’il savait de lui. Ils n’était effectivement pas dans la même catégorie mais cela importait peu à Natasha.

La crainte de le voir repartir effleure encore l’esprit de Natasha, parce qu’il le dit lui même, cela aurait pu arriver… Mais il ne peut, ne veut pas, et c’est un fin sourire qui s’échappe des lèvres de la demoiselle tandis qu’elle ferme les yeux. Mais ses derniers mots ne font que la faire arquer un sourcil. Pas digne ?  « Pas digne ? Parce qu’avec mon passif, ma vie tu crois que je suis digne de vivre tout cela, d’être à tes côtés ? Nous ne sommes jamais vraiment digne de ce que nous avons, mais je le prend… J’enlace cette vie qui est la notre aujourd’hui parce que je la désire plus que je ne pourrais l’imaginer… Je ne veux plus savoir si nous en sommes digne ou non, je la veux tout simplement...  » En douceur la rouquine se penche vers son amant pour l’embrasser. Une main qui effleure sa joue, remonte vers ses cheveux sombres pour s’y enfouir. Comme si par ce geste elle voulait balayer ces pensées, cette douleur passée. Et finalement c’est à lui de poser sa question.

Une question qui est loin d’être simple. Natasha avait suivi bien des ordres sans se poser de question. L’ordre le plus compliqué à réaliser ? Elle se replaça dans sa chaise et l’observa un instant silencieuse. « J’ai longtemps obéit sans me poser la moindre question. Pourquoi craindre l’issue puisque je faisais ce pourquoi on m’avait “programmé” ou formé. Pour la Chambre Rouge ? Je ne réfléchissais pas, ce n’était pas mon rôle de penser. Pour le S.H.I.E.L.D ?  j’étais persuadée que j’agissais pour le bien, alors pourquoi me poser des questions ? Et puis, en plein milieu d’un interrogatoire, Phil Coulson m’a appelé… » Elle l’observe avant de souffler «Si je n’ai jamais regretté cette rencontre, je m’en suis longtemps voulu de t’avoir sorti de cette vie que tu t’étais forgé. Je crois que cette mission, cet “ordre” de t’amener jusqu’à l’héliporteur fut le plus… Le plus compliqué à suivre, même si je savais que nous avions besoin de toi, que j’avais besoin de toi pour stopper Loki et sauver Clint de ce pseudo dieu et de lui même…  Je n’ai pas compté le nombre de fois où j’ai agis malgré moi, malgré ce qui est juste, parce que… Parce que je peine déjà à dormir, en me rappelant tout ce que j’ai vécu, tout ce que j’ai fait… Je ne suis pas une femme “bien” mes crimes sont à l’images de ma vie t quand j’y repense, je n’en aurai pas fait le tiers si j’avais dû peser le juste ou l’injuste de ce que l’on m’avait demandé… » Elle avait tant fait, depuis tant d’années, de décennies, elle ne pouvait pas compter le nombre de fois où elle ne l’aurait pas fait si elle y avait réfléchit à deux fois.

Son regard clair se pose sur Bruce, elle se mord un instant la lèvre inférieure, comme attendant une réaction, un signe de son dégoût ou de son rejet. Ou une toute autre réaction dans le fond. Et puis finalement elle souffle « Chez Clint tu disais que… Que l’on ne pourrait pas avoir tout ce qu’il avait avec Laura. Est-ce que… Si tu le pouvais d’une façon ou d’une autre tu aimerais fonder une famille ? » Après tout de nombreux avenirs étaient ou non envisageables…

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Sam 19 Nov - 16:03

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Le nombre de baisers qu'elle lui aura fait, par amour, par compassion, pour le réconforter, pour tout cela à la fois, au cours de cette discussion... Ce n'est pas pour déplaire au scientifique, loin de là! C'est juste que, venant de Black Widow, on pourrait s'attendre à autre chose qu'autant de démonstrations d'affection. Mais ça, c'est quand on n'a pas la chance d'être aussi proche d'elle que Bruce ne l'est.

La douceur de sa main, qui caresse son visage, et les mots qui précède cet élan, cette manifestation physique de ce qu'elle ressent à ce moment précis... C'est tout simplement agréable. Il n'y a rien à commenter, à dire de plus de cela. Si ce n'est que, s'il en avait le pouvoir, le physicien ferait tout son possible pour que les choses demeurent ainsi jusqu'à la fin de temps. Mais rien n'est aussi simple. Jamais.

Elle fait savoir à Bruce que de son coté, elle est prête. Prête à étreindre chaque cadeau, chaque bon moment à venir, sans savoir si elle en est digne ou non. Cela fait donc au moins un sur deux à avoir cette certitude, cette envie. Car de sons coté, Bruce, malgré l'écoute attentive de ce qu'elle peut dire, n'est pas encore certain de pouvoir faire cela. De ne pas se sentir coupable à un moment donné de prendre du bon temps, d'apprécier ce qu'on peut lui offrir après tout ce qu'il a pu faire. Peut-être lui apprendra-t-elle...

La réponse qu'elle lui fournit concernant la mission qu'elle a exécuté avec regret le surprend un peu. Visiblement, c'était le fait de l'avoir arraché à sa vie de Docteur clandestin à Calcutta, qui avait été le plus difficile à faire pour Natasha. Peut-être est-ce sa réponse maintenant. Maintenant qu'ils sont un peu plus que de simples connaissances de travail. Un peu plus qu'un paquet à récupérer pour le compte de Fury et du S.H.I.E.L.D et l'agent chargé de mener à bien cette mission. Peut-être que c'est parce qu'elle le connait mieux désormais que sa réponse le concerne un petit peu. Et cette réponse tire un petit sourire, à nouveau, au Docteur Banner. "Tu n'as pas à t'en vouloir pour ça. On ne me force pas à faire ce que je ne veux pas..." Cette affirmation n'est pas tout à fait vrai. A de nombreuses reprises, Bruce avait été embarqué dans des aventures, des folies, et ce, bien malgré lui. Mais là, à l'instant présent, cela n'a pas d'importance, et il ne veut pas qu'elle culpabilise pour quelque chose qui serait arrivé même si elle n'avait pas été chargée de faire tout cela.

Et alors qu'il la regarde du coin de l'oeil, il la voit se mordiller la lèvre inférieure, tandis que lui continue ses caresses, méthodiquement, mais pas de façon machinale, mécanique. Non, cela reste un geste empreint de... de douceur, d'affection. C'est pas un truc qu'il fait pour passer le temps, mais bien parce que cela semble leur faire du bien à tous les deux.

Enfin s'ensuit la question de Natasha, puisque maintenant c'est son tour. Et c'est sans ménagement qu'elle parle de ce qu'ils avaient abordé autrefois dans la ferme des Barton. Là, Bruce retire ses mains, et les joint, s'accoudant sur la table, au-dessus de ces fines jambes posées sur ses propres genoux.

- Je... Il cherche les mots convenables à prononcer. Je n'ai pas eu de model paternel. Et les rares souvenirs que je conserve de cet homme ne font pas partie des plus joyeux de mon enfance. Il parait que les enfants reproduisent ce qu'ils ont vécu avec leurs propres familles, une fois arrivés à l'âge adulte. Alors même si je n'étais pas... ce que je suis - inutile pour lui de revenir sur la créature dangereuse qui sommeille en lui - je ne sais pas s'il serait vraiment raisonnable pour moi d'avoir des enfants.

Il marque une petite pause, le regard dans le vide, avant de détourner la tête, fixant le sol de la cuisine.

- Mais si tu te demandes si... dans une autre vie, où nous ne serions pas ce que le destin nous a condamné à être, je souhaiterai fonder une famille, passer le reste de ma vie à tes cotés... Il tape de l'index sur la table devant lui, puis du majeur, et tous ses doigts se mettent à pianoter sur le meuble. Et c'est là qu'il lève la tête, le regard teinté d'un peu de joie et de tristesse. Joie, car il est content d'avoir trouvé une telle personne - même si techniquement, c'est elle qui l'a trouvé. Et tristesse, car il réalise que c'est le genre de choses, le genre de luxe qu'ils ne peuvent s'offrir. Il n'a même pas besoin de terminer cette phrase, tellement la réponse est évidente.

Il se racle alors la gorge, plaçant sa main devant la bouche. C'est maintenant son tour de poser une question, et il est obligé de réfléchir quelques secondes, n'ayant pas pris le temps d'en préparer une à l'avance. Il va devoir monter d'un niveau la "dureté" de ses interrogations, car la terrible Black Widow n'y va pas avec le dos de la cuillère. Ce serait lui faire affront de ne pas se montrer aussi entreprenant!

- Tu connais plus ou moins ma vie sentimentale... Ou plutôt mon "absence" de vie sentimentale... Mais toi, de ton coté... Avec combien d'hommes as-tu eu... Vas-y Banner, trouve comment finir cette question sans paraître pour le petit ami jaloux un peu lourd, et tu auras une part de tarte aux pommes. ... une relation plus ou moins suivie?

Quel sens de la formule! C'est incroyable! Vous êtes un beau nigaud, mais qu'à cela ne tienne, vous n'êtes pas encore au top en ce qui concerne ce genre de discussion où mettre les pieds dans le plat ou réveiller de vieilles blessures et tout autant un art qu'une bêtise sans nom...






You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Jeu 24 Nov - 21:12



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Ne pas à s’en vouloir ? Voilà une remarque simple, que Natasha aurait aimé savoir appliquer. Si elle en avait été capable ces dernières années, quelque chose avait cédé depuis quelques mois. Il fallait être honnête ? Et bien voilà ce qu’il se passait… Elle le laissait entrer, elle faisait tomber le masque de Black Widow pour ne plus être que “Tasha” et comme toute médaille à son revère, Natasha vivait ces derniers temps au rythme des démons qui venaient l’entraver. Les nuits devenaient plus compliquées parce que emplit de cauchemars. Mais au fond, elle n’avait jamais tant dormi que cela… Si quelques fois elle - au début - elle avait réveillé Bruce par ses cris ou son corps tremblant, aujourd’hui elle se levait dans un sursaut et parvenait à lui éviter un réveil. Mais faire sans culpabilité ? Voilà une mission qui relevait pour le moment de l’impossible. Bien sûr elle sourit, replace une boucle rousse derrière son oreille. Ô elle ne pouvait pas l’obliger c’était certains, et si il l’avait vu parler à quelqu’un d’autre, il n’avait jamais eu connaissance de l’ampleur du dispositif mis en place autour de lui. Eux aurait peut être pu, mais malgré tout elle en doutait.

Sous sa main, sa jambe reste immobile, profitant de ses caresses. Elle l’observe jouant avec ses lèvres du bout des doigts, son regard vert teinté de bleu et d’or ne le quitte pas. Comme si ce jeu, ce rêve, peu importe ce que c’était, aller se stopper si elle lâcher ses yeux noirs. Elle finit par poser une question et la réponse et bien, elle la touche, elle le savait emplit de secrets, se doutait que sa vie n’avait pas été simple, en avait lu certain détail… Mais là c’était autre chose, quelque chose de plus intime, de plus personnel qu’un dossier ne pouvait pas dévoiler. Si elle est déçue ? Non elle n’a pas ce luxe puisque toute cette vie, ces pseudos projets n’auraient été que hypothétiques. Et puis rien ne s’inscrit réellement dans le marbre… Même si cette réalité reste cruelle, et devient un dilemme insolvable. Si ils n’étaient pas ce qu’on a fait d’eux ils ne se seraient peut être jamais croisé, et n’auraient pas envie de d’imaginer une autre vie… Et à l’inverse, dans cette vie où ils sont ensemble, les projets semblent être des Mont Everest. mais elle ne se permettra pas de faire cette remarque, et c’est avec douceur que ses doigts viennent rejoindre les siens pour glisser sur ses phalanges. Tout commentaire, reste alors superflu...

Puis vient son tour à lui, sa main quitte la sienne avec la même douceur et se replace sur la tasse comme pour gagner un peu de chaleur. Et c’est surprise qu’elle l’entend. Elle ne sait pas si il y a de la jalousie dans cette question, Natasha n’a jamais été douée pour décrypter ce genre d’attention à son égard. De la curiosité ? Peut être, quoiqu’il en soit, elle a promis d’être sincère et à bien y penser… « Quatre… Ils sont quatre à avoir compté ou compter encore pour moi… » Ses doigts jouent sur la tasse comme si elle refaisait le compte. Et finalement elle souffle. « Le premier quand j’étais adolescente et en pleine formation. On a déjoué le Kremlin avant d’en être puni, j’ai été mariée au second, de force par la Chambre Rouge… Le troisième était une mission que je n’ai pas suivie... » Et comme pour le rassurer ou s’expliquer elle ajoute « C’était avant que Clint ne me trouve… Le dernier je suis allée le récupérer dans une cellule du gouvernement. Je suis avec lui depuis… et ça me plaît. » De sa main elle fait un petit moulin et souffle « Il y a dû avoir autant d’histoire d’une nuit, mais la solitude, ou plutôt la peur d’être seule me poussait à tenter de la rompre… » D’un œil elle observe sa tête, tente de voir si elle peut y lire du dégoût ou de la colère, une forme de jugement si il y en a une… Après un court temps, elle finit par reporter sa tasse à ses lèvres.

Natasha en fixe le contenu comme si la solution se trouvait là, et finalement elle ose murmurer cette question qui lui brûlait les lèvres… « Pourquoi moi ? » Ce n’était pas une question d’égo ou d’être flattée mais… « Je ne suis pas un ange, je ne suis pas la plus avenante des personnes. Me confier ou m’approcher est un vrai combat je le sais. Mais toi tu es là, patient, à essayer de voir ce qu’il y a derrière des années de meurtres, derrière cette image de femme dans une combinaison noire. Tu as vu mes combats, ce que je sais faire, et maintenant tu endures mes cauchemars ou mes pleurs… Mais tu es là, et ce que je lis dans tes yeux quand je me lève le matin, j’aime ça mais… Chaque matin je me pose la même question quand je te regarde dormir ou boire ton jus de fruits… Pourquoi moi ? » Il y a cet étrange trait dans sa voix, de celui qui couvre une voix déjà rauque, et lui donne l’impression d’être une autre. Dévoilant un peu plus ses blessures...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mer 30 Nov - 15:16

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Qu'est-ce qu'il attendait? Quel type de réponse pensait-il obtenir? Est-ce qu'une femme avec son physique, ce sourire, ce visage, ces yeux clairs, cette chevelure de feu devait forcément avoir des centaines d'amants? Ou alors la part d'elle qui la caractérise comme étant une espionne Russe, tueuse professionnelle, espionne... Tout ceci la rendait virtuellement insensible, et inapte aux choses de l'Amour, et donc une absence totale de vie sentimentale aurait été plus logique?

En fait, la réponse qu'il obtient est vraiment... Banale. Et c'est ça qui le surprend le plus en fait. Qu'elle ait finalement vécu comme un peu tout le monde, en somme. Et malgré lui, il sourit. Il espère intérieurement être le dernier qui lui posera ce genre de question. Même s'il ne prendra jamais la peine de formuler cela à voix haute. Il ne se rend pas forcément compte que cette absence de manifestation d'affection puisse être pesant à la longue. Elle est patiente avec lui, mais jusqu'à quel point?

C'est maintenant au tour de l'Agent Romanoff, qui n'est en fait ici que Natasha, de poser sa question. Et si Bruce a pour habitude d'être un peu discret sur ce qu'il peut éprouver pour elle, elle vient mettre à mal cette façon de faire. Il a presque un sursaut en entendant la question, qui le désarçonne véritablement. Il se repositionne sur sa chaise, essayant de garder un semblant de contenance face à elle, bien que ce soit mal parti. Ses mains se joignent, le bout de chaque doigt tapotant son homologue de la main d'en face.

Il finit par prendre la parole, l'air grave.

- Parce que Mariah Hill n'était pas disponible. Et que Fury était insensible à mes charmes.

Oui, il avait dit qu'il ne ferait plus ce genre de chose, mais ce silence qui risquait de durer une éternité le temps qu'il trouve la formulation parfaite aurait été encore plus stressant. Alors il se permet un trait d'humour. En deux temps, histoire de faire durer le plaisir. Conscient que ce genre de réponse ne pouvait être prise au premier degré - du moins l'espérait-il - il fallait donc qu'il fournisse l'explication véritable.

- Je... Comment dire? Dans l'équipe, Steve me voyait comme un atout stratégique. Thor comme un élément sur qui il pouvait compter pour faire autant de dégâts que lui. Tony... c'est Tony. Clint aimait bien me taquiner. Alors je ne remets pas en question les sentiments qu'il pouvait avoir à mon égard, en terme de camaraderie, voir d'amitié. Mais... tu as été l'une des rares à t'être demandée comment "moi", le vrai "moi" - si tant est que cette part de mon être existe encore - se sentait. C'est avec cette attention particulière que tu me portais que j'ai commencé à... me poser des questions sur le type de relation qui pouvait s'installer entre nous, même si à l'époque, je en pensais pas que l'on en arriverait là.

Il marque une pause, regardant son reflet déformé dans la grosse cuillère sur la table. Il n'a pas l'impression de rougir outre-mesure, donc il se permet de continuer.

- Et en toute sincérité, je ne sais pas. Mais quelqu'un peut-il simplement donner une raison de l'amour qu'il va porter à une autre personne? Je veux dire... Si on aime quelqu'un pour sa gentillesse, on peut trouver quelqu'un de plus gentil. Et cela marche pour tout. Intelligence, beauté, argent, charisme... Tout autant de facteur qui pourrait conditionner l'amour, mais qui finalement ne sont pas si important. On aime les gens, sans être capable d'expliquer pourquoi...

Bon, on pourrait croire que sa réponse est une façon de botter en touche, de ne pas dire pourquoi elle, et pas une autre. Mais c'est vraiment ce qu'il pense. On ne peut pas dire "pourquoi" on aime quelqu'un. Si c'était des paramètres que l'on s'impose... N'importe qui pourrait prendre la place de l'être élu.

Espérant que sa réponse était suffisante pour satisfaire la curiosité de la jeune femme qui partageait ce moment spécial avec lui, et à qui il recommençait à faire de douces caresses sur le mollet, il se lance alors dans sa propre interrogation.

- Que s'est-il passé, vraiment, à l'aéroport? Quand les équipes de Cap et Tony se sont affrontés? Qui a fait quoi? A qui?

Lire des articles dans la presse, entendre des rumeurs, pirater des banques de données pour obtenir des informations, c'est bien beau. Mais avoir une version de la part de quelqu'un qui était sur place pour comprendre, connaitre les choses réellement... Cela n'a pas de prix.

Ce n'est vraiment pas la vision des choses de Natasha qu'il veut, mais bien une énonciation des faits, simple et objective. Effectivement, ce n'est pas super intime comme question, ni même personnel, mais on ne chasse pas le naturel curieux d'un scientifique.




You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Jeu 1 Déc - 20:44



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Bien sûr elle savait que cette question n’était pas simple, qu’il n’y avait pas de réponse préprogrammée, de solution toute faite. Elle savait au fond qu’elle mettait Bruce au pied d’un mur difficile à abattre. Mais qu’importait, elle voulait entendre quelque chose venant de lui, peu importe ce que cela serait. Même ce trait d’humour qu’il tente et auquel elle sourit. L'image fugace d’un Fury éperdument amoureux de Bruce mais trop timide pour lui avouer traversa son esprit, mais c'est presque naturellement qu'elle préféra ignorer celle de Mariah faisant du charme à celui qui partageait sa vie.

La réponse apportée par Bruce fut semblable à ce que la rouquine avait imaginé. Dans cette ébauche d'explication il n’y en avait pas réellement parce que, au fond, ce que l’un et l’autre partageaient ne pouvait pas s’expliquer. Bien sûr elle avait toujours tenu compte de la dualité qui l’animait mais l’attachement qu’elle éprouvait pour l’un et l’autre n’était ni calculée, ni feinte. Pour le reste ? Cela s’était fait naturellement. Parce que petit à petit cela s’était présenté à eux. En douceur elle s’accouda à la table et l'observa silencieuse. Au fond avait elle besoin d’entendre autre chose ? Non, probablement non. Cette réalité si simple, était tout ce qu’elle voulait, tout ce à quoi elle aspirait. Cette simple pensée lui permis de clore un instant ses yeux. Un simple geste qui devait l’aider à balayer ses démons, ces voix hurlantes qui encombraient son esprit.

Cette main qui l’effleure de nouveau a quelque chose de rassurant. Un contraste avec cette question posée. Son regard clair se pose alors sur lui. Un résumé sans avis personnel. Des faits dans leurs plus simples appareils voilà ce que voulait Bruce, elle le savait. Elle ? Il fallait qu’elle replonge dans cet instant. Ce moment précis où elle a su que la voie qu’elle avait emprunté n’était pas viable. «  Steve voulait… Il avait besoin d'un hélicoptère pour aider un ami… James » et comme si cela était nécessaire elle souffla « Le Soldat de l’Hiver… Je n’ai jamais eu l’occasion de lui demander où ils devaient aller. Mais une chose était certaine Tony voulait les stopper avant que Ross, toujours lui, ne s’en mêle. » Le contexte posé elle répondit enfin à sa question. Que s’était il passé?  Qui avait fait quoi et à qui ? Et tout cela n’allait pas être glorieux… Des doigts se saisirent de la cuillère qui se trouvait là et commencèrent à jouer avec. « Nous nous battrons les uns contre les autres… Je crois avoir vu Wanda et Clint faire sortir des voitures d’un parking pour qu’elles échouent sur Tony, Le Roi du Wakanda voulait tuer James. Tony avait trouvé un gamin du Queens doté de pouvoirs. Il s’est retrouvé à  tenter de stopper Sam et James. Je me suis battue contre Clint et Wanda m’a expédié contre un escalator pour l’aider… Je crois que te faire le catalogue de ce que nous avons fait nest vraiment pas des plus… Tout ça a mal fini… J’ai pris conscience que tout cela ne mènerait à rien. Que l’on jouait le jeu de Ross… Ce qu’il faut retenir ? Vision a voulu stopper Steve et James qui atteignaient le Quinjet,, Wanda a voulu les aider. Rhodes l’a neutralisé… Je les ai aidé à fuir en ralentissant T’Challa, le fameux Roi… Je pensais que ça s’arrêterait là… Naïvement. Mais Tony, Rhodes eux savent voler. Tout comme Sam. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Mais Vision s’est trompé de cible ou Sam l’a trop bien évité. Rhodes a reçu une attaque qui ne lui était pas destiné… Il a fait une chute de plusieurs dizaine de mètre d’altitude et aujourd'hui… Au dernière nouvelles il n’était pas en bon état… »

Que pouvait elle ajouter de plus ? Toute cette histoire encore maintenant sonnait comme un mauvais rêve, une erreur pour eux tous, et elle savait que certains dommages seraient irrévocables. James Rhodes était la preuve de tout cela. Sa main se posa un instant sur son visage, elle se frotte les yeux comme pour chasser ces souvenirs, ces images qui la hantait encore. Et pourtant elle n’avait fait que énoncer des faits et rien d’autres. Elle pris le temps de l’observer, silencieuse, quelques minutes comme si elle lui laissait le temps de poser d’autres questions si il en avait besoin ? Son regard le balaye et finalement elle se racle la gorge. Une mèche derrière son oreille et elle finit par souffler « Avant que Yelena ne te retrouve, qu’est-ce que tu faisais ? Où es tu allé après la Sokovie ? » Combler les trous, les vides, se figurer ce qu’il était devenu pour mieux savoir, pour mieux le comprendre…

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Dim 4 Déc - 14:33

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Il écoute avec attention chaque information qu'elle lui transmet. Cette bataille, à laquelle il n'a heureusement pas participé, était significative d'un mal plus profond qui devait ronger les Avengers bien avant cette divergence d'opinion. Mais tout ceci ne relève que de théories farfelues que tente de mettre en place Bruce, un peu comme s'il était psychanalyste. Alors qu'il n'est pas ce genre de docteur. L'explication de l'agent Romanoff prend fin, et un court silence s'installe. Silence pendant lequel Bruce se concentre sur cette jambe posée sur lui.

Quand la jeune femme se racle la gorge, il lève les yeux vers elle, et il la voit donc remettre une mèche de cheveux derrière son oreille. Ce petit geste, qu'elle fait souvent, avait de le don de le faire fondre. Ce n'est pas grand chose, mais cela avait un de ces effets sur lui...

Et tombe alors une question à laquelle il pouvait s'attendre. Quel fut donc son périple entre le moment où il a quitté la Sokovie, et le moment où l'Agent Belova est venue le cueillir au Cambodge. Avant de répondre, Bruce déplace avec délicatesse la jambe de Natasha, puis se lève, pour aller chercher encore de quoi boire et manger. Non pas que son récit allait prendre des heures, mais c'était pour ne pas se couper en plein milieu de son histoire. Il se permet donc de la resservir en boisson et tartines, avant de se lancer dans son conte.

- Dans un premier temps? J'ai vraiment beaucoup voyagé, vivant tel un sans-abri. J'avais l'impression d'être revenu à la case départ, comme lorsque je tentais d'échapper à Ross, peu de temps après mes premières transformations. Il ne s'est rien passé de vraiment... Intéressant, sur cette période. Si ce n'est que je me suis mis à réfléchir. A comprendre que ma place n'était peut-être pas à l'écart de tout. Que le bien que je pouvais faire en tant que Banner était peut-être supérieur au mal que je pouvais faire en tant que Hulk. Je suis donc allé voir Tony avant que tout ne s'envenime. Il m'a offert un logement, des vêtements, et une place dans son équipe scientifique, comme si rien ne s'était passé ou que rien n'allait se produire.

Il marque une pause, reprenant par la suite le fil de ses idées.

Malheureusement, les choses ne restent simples jamais bien longtemps avec moi. Même si pour le coup, c'était pas directement ma faute. Le démon... le... Rider... de Emma Blaze... J'étais présent quand il est devenu hors de contrôle. Pour éviter qu'il n'arrive des choses qu'elle aurait regretté le reste de sa vie, j'ai... fait ce que j'avais à faire. Et Hulk, avec l'aide d'autres héros, sont parvenus à mettre le Démon en déroute. Malheureusement, exposé à ces flammes démoniaques, le monstre que j'avais moi-même lâché avait à son tour perdu les pédales. Plus que d'habitude je veux dire. Et il aurait rasé une ville si une nouvelle coalition de Héros ne l'avait pas mis K.O.

Il regarde Natasha. Après quoi, Tony et moi sommes parvenus à un accord. Je restais à la Tour des Vengeurs, afin d'aider dans les domaines scientifiques qu'étaient les miens, mais uniquement depuis ma cellule. A plusieurs dizaines de mètres sous le niveau du sol. Je dis cellule, mais j'avais tout le confort souhaitable. Emma a même pu le constater quand elle est venue me présenter ses excuses. La pauvre, elle s'en voulait pour des choses qu'elle ne contrôlait pas. Il lance un regard espiègle à Black Widow. Cela ne te fait penser à personne?

Hum... Alors normalement, je devais rester enfermé dans cette cellule, mais comme tu le sais, la normalité ne fait en rien partie de nos vies. Une sorte de pseudo-déesse - je ne sais pas comment la qualifier autrement - m'a libéré, pensant faire une bonne action. Je te raconte pas la trouille qu'elle a eu quand je me suis changé en Hulk parce que... C'est un peu gênant à dire... Mais j'étais jaloux. Que les passants la regardent. Elle exerçait sur les gens une sorte de... Elle pouvait nous forcer à l'aimer... Et le résultat ce que je me suis changé en monstre, en plein Manhattan, encore.

Quand j'ai repris mon apparence normal, j'étais en Chine. Jamais avant Hulk ne m'avait mené aussi loi. Là-bas, j'y ai rencontré un agent du S.H.I.E.L.D. dont le nom m'échappe aujourd'hui. Elle pouvait faire trembler le sol, et m'a parlé des Inhumains, je crois bien. D'ailleurs, il faudrait que je trouve un moyen pour entrer à nouveau en contact avec elle... Elle semblait si... perdue... Et je parle ne connaissance de cause. Ensuite j'ai marché vers le Sud, jusqu'à arriver au Cambodge où une famille m'a accueilli... Et tu connais la suite.


Il baisse finalement la tête, son regard fixant les tartines. Il sait qu'il a fait une énorme bêtise, mais que pouvait-il faire d'autre?

- Je suis réellement désolé de ne pas avoir repris contact avec toi, quand je suis revenu. Mais je ne savais pas quoi dire. Pas quoi faire. Je ne pensais même pas que tu puisses vouloir encore m'adresser la parole. Pas après ce que nous avions fait, lui et moi.

Il saisit un couteau à bout rond, ainsi qu'un bout de pain grillé. Il tartine alors la tranche de pain soigneusement avec du beurre avant de la déposer devant la rouquine, dont il attendait la réaction. Mais avant qu'elle ne fasse mine de quoi que ce soit, il lance alors une question, comme si le jeu courrait toujours.

- Tu m'en veux?

Oui, c'est ça, la question qu'il pose. Ce n'est plus vraiment dans le cadre de la partie, c'est plus un truc avoué à demi-mot, un truc du genre "Comment te sens-tu maintenant que tu sais que j'étais revenu mais n'ai pas pris la peine de te contacter? Et as-tu souffert de mon départ, d'ailleurs?" mais qu'il ne peut se permettre de prononcer. Pas comme ça. Pas maintenant. Ni jamais en fait.



You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 5 Déc - 0:07



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Il y a toujours un moment, ce moment précis où l’on se dit que l’on aurait dû s’arrêter, ne pas aller plus loin. Que cette question est la question de trop. Celle que l’on aurait pas dû poser. Parce qu’elle va trop loin, parce que cette réponse là, on ne voulait pas l’entendre. C’est exactement ce qu’éprouve Natasha à cette seconde. Si elle se montre attentive au début, serre sa tasse chaude entre ses mains, la suite… La suite tombe comme un coup de massue Ces mots là, cette explication là : elle n’y croit pas.

Ô qu’il soit parti et aie voyagé ça elle n’a aucun mal à le croire. C’est ce qui est arrivé ensuite. Alors pendant tout ce temps Tony savait qu’il était là, lui avait donné un logement, des vêtements ? Non ce n’était pas vrai, elle n’y croyait pas, mais la suite de son discours n’en est que la preuve. Le sourire qu’elle esquisse à cette pseudo question sur sa ressemblance avec Emma n’est que purement mécanique. Son regard le balaye comme si en plein milieu de toute cette histoire il allait lâcher un “Je t’ai eu c’était une blague!” Mais rien ne vient et ce poids au fond de sa gorge ne fait que s’accentuer. Plus aucune réaction ne transparaît sur son visage, immobile elle le fixe et l’écoute. Ses mots raisonnent à ses oreilles comme si elle avait rêvé chacun d’eux. Inlassablement elle se répète que ça ne peut pas être vrai, qu’il ne  les prononce pas.

Et puis il s’excuse, dit ne pas savoir ce qu’elle aurait dit en le revoyant, remet de nouveau cela sur le compte de ce que lui et Hulk avaient fait. Et alors qu’il pose cette simple question, qu’il prononce ces trois mots, qu’il lui demande si elle lui en veux, elle ? Elle sent sa tasse lui échapper des mains. Et à l’image de ce verre qu’elle avait brisé lors de leurs retrouvailles la tasse échoue au sol, non sans avoir déversé une partie de son liquide sur sa jambe dénudée. Il lui faut un temps pour réaliser, comme si son esprit était littéralement anesthésié. C’est sans un mot qu’elle se relève, et marche malgré elle sur un débris. Rien de bien profond, elle sait que cela ne restera pas ancré sur sa peau bien longtemps. Son silence peut paraître effrayant, déstabilisant. Mais si Natasha avait su faire preuve d’un réel lâché prise la première fois qu’elle avait avoué ses sentiments à Bruce, là il y avait eu trop d’informations, trop de révélations… Appuyée sur le rebord de l’évier, elle baisse la tête et disparaît sous ses cheveux roux. Ses mains s’agrippent à la parois pour contenir ses sanglots. Si elle lui en veut ? Non, mais elle a atteint la zone fragile où sa dignité mérite d’être à l’abri des regards.

C’est toujours machinalement qu’elle se saisi d’un tissu propre qu’elle passe sous l’eau, mécaniquement qu’elle essuie les tâches sur son short, le liquide qui a coulé sur sa jambe, passe sans ménagement sur les brûlures superficielles que cela a engendré. Mais elle ne voit même pas ce qu’elle fait, les yeux trop embués. C’est dans cette scène presque irréelle qu’elle finit par murmurer. « Comment je pourrai t’en vouloir ? C’est tout ce que je… » Elle reste dissimulée sous ses cheveux, reposant le tissu. L’air manque, quelque chose qu’elle n’avait probablement jamais connu, elle qui avait toujours été si forte, elle que l’on avait éduqué avec tant de violence et de haine. Est-ce qu’ils avaient raison ? Est-ce là tout ce à quoi elle avait le droit ? Tout ce qu’elle méritait ? Elle ferme les yeux et sent une larme couler, avant de souffler « J’ai  tout imaginé de ces mois où tu étais loin, j’ai essayé de me dire que tu allais bien, que tu étais partie parce que tu en avais besoin, que j’avais échoué quelque part… Que j’avais eu tord de croire que… Je me suis dit que je payais le prix de ce choix, de t’avoir poussé dans le vide, que Hulk et toi… Vous.... Que j’avais eu tort de faire ça, ne pas me saisir de ce moment… Bêtement je me suis mise à surveiller le courrier parce que Fury m’avait dit que tu m’enverrai une lettre des Fidji ou d’ailleurs. Ce n’était qu’une blague stupide à laquelle je me suis mise à croire…  Je… Je me suis mise à imaginer chaque jour ce que tu pouvais faire, j’ai cherché où tu pouvais être…  Et tu étais là ? A quelques mètres de moi ? Chaque fois que je suis allée dans cette Tour tu étais là… Ce… Je… » Soudainement elle manquait d’air, ne parvenait plus à respirer ou à parler. L’idée qu’elle aurait pu empêcher Yelena de le retrouver lui traversa l’esprit avec violence. Enfouir son visage entre ses mains devient alors la seule option valable, son corps est secoué par un sanglot qu’elle tente encore de contenir. Il était le dernier de sa liste, sa simple idée l’avait aidé à rester debout mais tout cela ? « Je ne t’en veux pas… » Au fond c’était tout ce qu’elle méritait… Et sans un mot elle s’assoit à même le sol, disparaît entre ses mains, et dans son esprit les mots de Taras, de ceux qui l’avaient éduqué raisonnent encore et toujours… Au point qu’elle s’en bouche les oreilles.

Cette fois elle ne posera pas de question, elle n’en a pas la, plus la force. Toutes ces décennies a être si forte, à paraître si sûre d’elle, si détachée. Le tout balayé par une simple vérité...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 5 Déc - 11:15

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Il y a des instants qui semblent durer une éternité. Le petit laps de temps qui s'écoule entre la question de bruce et la réaction de Natasha en fait partie. Quand il la voit reverser sa tasse, quand il voit le liquide chaud couler sur cette jambe dénudée, il cherche à aider la jeune femme, mais presque mécaniquement, elle quitte la position qu'ils tenaient tous les deux depuis de longues minutes, sans exprimer la moindre douleur.

S'il prenait le temps d'y réfléchir, Banner réaliserait que ce qui se passe est encore pire que ses plus mauvais cauchemars. Car là, tout de suite, maintenant, ce n'est pas Hulk qui vient de blesser Natasha. Non, c'est lui. Lui et lui seul qui vient de la secouer au point qu'elle en a laissé tomber sa tasse au sol. De son coté, Bruce baisse la tête, la laissant s'activer. Il ne sait pas s'il doit s'approcher, la réconforter, lui dire à nouveau qu'il est désolé?

Alors qu'elle se nettoie grossièrement, elle demande comment elle pourrait lui en vouloir... Mais Bruce n'est pas complètement idiot. Il peut se mettre à sa place, ne serait-ce qu'une minute, et comprend tout à fait que cette révélation la perturbe, la mette même en colère. Elle a couru pendant plusieurs semaines après quelqu'un qui se tenait juste sous son nez. Et d'autres étaient au courant, en plus... Elle s'inquiétait pour lui et lui... Il faisait sa vie, essayant d'écarter de son esprit la possibilité qu'ils se revoient, et que des choses nouvelles se créent entre eux, car il avait honte d'être parti la première fois.

Et elle prend la parole. Et chaque mot qu'elle prononce frappe comme un coup de poignard en plein coeur. Ce n'est peut-être pas le but recherché, mais aux oreilles de Bruce, tout ce qu'elle dit sonne comme des reproches. Des reproches justifiés. Le scientifique a enfin suffisamment de courage pour tourner la tête, juste au moment où elle fait de son mieux pour contenir un sanglot. Et ce sentiment qui le traverse est tout bonnement horrible. Mis à part ce petit mouvement de la tête, son corps n'a toujours pas bougé d'une millimètre. Il ne sait pas... Il n'a jamais eu à faire cela. Il ne sait même pas si elle lui en veut, en fait.

Cette énigme trouve une réponse quand, en s'asseyant à même le sol, elle lui affirme que ce n'est pas le cas.

C'est trop. Trop pour Bruce. Il trouve finalement la force de se lever. De sa main gauche, il repousse la chaise sous la table, convenablement, ses yeux regardant les diverses choses encore présentes sur la table. Doit-il partir? Oui, elle vient de lui dire qu'elle ne lui en veut pas... Mais peut-être préfère-t-elle affronter ces révélations qui se sont faits trop nombreuses seule, le temps de rassembler ses esprits, de rationaliser tout cela un peu, peut-être? Il fait mine de bouger, de s'éloigner, mais... En silence, telle une ombre, il vient se placer à coté d'elle, et à son tour, se laisse glisser contre le mur pour finalement s'asseoir à coté d'elle sur le sol. Leurs cuisses se frôlent.

Il inspire comme s'il s'apprêtait à dire quelque chose... Mais rien ne sort. Il lève donc son bras droit, songeant à le déposer autour des épaules de la rouquine, mais ici encore, la peur de faire une bêtise, ou d'attiser une colère contenue l'empêche de mener à terme cette périlleuse entreprise.

Elle se bouche les oreilles... Bruce opine alors de la tête, pensant comprendre qu'elle ne veut plus l'entendre parler. Alors il prend appui pour se relever, ne songeant pas le moindre instant que cette réaction, ce mouvement qu'elle a et qu'elle maintient puisse avoir un lien avec son passé - même si la situation est directement induite par ce qu'a pu faire Bruce après la Sokovie. "Je ne voulais vraiment pas que les choses tournent ainsi... Je suis sincèrement désolé pour ce que je t'ai fait... Ce n'est pas une excuse mais, j'avais trop honte pour revenir, comme si de rien n'était..."

L'a-t-elle seulement entendu, il ne sait pas. Il reste encore quelques secondes en appui, attendant une éventuelle réaction de sa part. Espérant, même, une réaction. N'importe quoi de sa part, qui soit plus... consistant que ce simple "Je ne t'en veux pas".



You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 5 Déc - 20:20



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Chaque seconde qui passe glace son corps et son esprit. L’absence quelqu’elle soit lui est insupportable. Savoir qu’il fut si loin et pourtant si près, le savoir là à quelques mètres et être éloignée de lui. Elle regrette presque de s'être levée et d’avoir rompu le seul contact qui aurait pu lui faire un minimum de bien. Bien sûr qu’elle voit sa silhouette, s’approcher, l'ombre de cette main qui souhaitait l’entourer,  la réconforter. Mais dans ce brouhaha qui envahit son esprit elle réalise qu’elle n’a rien si ce n’est froid à l'âme et au corps.

Ses mots ? Oui elle les entends parce que sa voix résonne avec plus de puissance que les horreurs lancées par ceux qui ont œuvré sur son esprit par le passé. Il s’excuse une nouvelle fois mais dans son esprit il n’a pas à demander pardon. Les choix sont fait et c’est ainsi. Il ne faut jamais demander pardon. Et alors qu’elle le voit prêt à se relever, prêt à partir elle se refuse à cette suite. A ce vide absolu que serait son départ. Sans un mot d’abord sa main se saisit de son bras. Et dans un mouvement trop rapide pour qu'il ne puisse le stopper elle vient plaquer son visage contre son dos, l’entoure de ses bras et s’agrippe à son torse comme si elle allait se noyer. « Reste…  » C’est le seul mot qu’elle parvient à prononcer depuis quelques minutes.

Ensuite ? Ensuite il y a cet aveu fragile qu’elle ne prononcera probablement pas une seconde fois. Une faiblesse qui se veut éphémère et pourtant bien réelle. Tellement ancré dans chaque gène dans chaque pore de sa peau que l'ignorer n’est plus une possibilité pour elle. Plus à cette seconde… « Ne m’abandonne pas je t’en supplie… J’ai survécu jusqu'au moment où je t’ai retrouvé… Je n’y arriverai pas une seconde fois... » Il avait fallut cette simple vérité pour qu’elle se rende compte que jusqu'à présent elle s’était tout simplement noyée dans des angoisses qu’elle pensait être en mesure de défier. Mais aujourd'hui elle comprenait. Ce que la Chambre Rouge avait mis tant d’acharnement à briser ? Les Avengers, Bruce plus particulièrement avait tout balayé sur son passage. Et dans cette maison coupée du monde sans combinaison, sans son armure et son bouclier personnels elle n’était rien de plus que cette femme qui lui avait avouer avec les seules forces qu’elle possédait, combien elle l’aimait… Un aveu qu’elle faisait de nouveau. Une faiblesse intolérable pour des hommes comme Taras. Mais qu’elle voulait maintenant embrasser.

Ses doigts fins se retiennent à lui au point que ses jointures en blanchissent. Il est tout ce qui lui reste. Tout ce qu’elle a dans ce monde en perdition. Ce refuge n’en est plus un sans lui. Elle a vécu trop de décennies seule. Et maintenant qu’elle a goûté à cette vie à deux on la lui reprendrait pour repartir à zéro?  « Reste… » le seul mot qu’elle parvient encore à prononcer… « Reste  »  presque une supplique, telle une enfant comme si ces erreurs passées elle les endossait seule… « Reste » parce qu’il est tout ce qu’elle veut à cette seconde, non tout ce sont elle a besoin…  

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mar 6 Déc - 15:06

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Il l'avait dit tout à l'heure. Il avait formulé la chose à voix haute, de façon claire et intelligible. Et Black Widow avait mis en doute son affirmation. Et pourtant, force est de constater que: oui, Bruce Banner est un idiot. Son immaturité relationnelle, son incapacité à lire entre les lignes pour comprendre ce dont a réellement besoin Natasha à ce moment précis pousse la rouquine à devoir le formuler elle-même. Et même d'y ajouter une manifestation physique, juste au cas où les mots ne soient pas suffisamment clairs.

Les mains du scientifique viennent se coller par-dessus celle de l'espionne, non pas pour essayer de se défaire de cette étreinte qu'elle exerce sur lui, mais bien pour la renforcer, alors que ses propres doigts se mêlent à ceux de l'agent Romanoff. Il se laisse alors tomber - de pas très haut, vu qu'il ne s'était pas vraiment levé encore - et reste donc assis, dos à elle, sur le sol de cette cuisine.

Il baisse la tête, ses yeux se posant sur ces quatre mains jointes sur sa poitrine. A un certain point, il devient difficile de dire quel doigt est à qui. Un peu comme si lui et elle ne faisaient qu'un. Et si ses yeux sont concentrés sur ces membres, il n'en reste pas moins attentif à ce qu'a pu dire Natasha. Dire qu'il la force à nouveau à se dévoiler, à révéler des choses qu'elle n'aurait pas à dire si Banner était un peu plus "ouvert" sur le monde qui l'entoure, s'il était un peu plus conscient des besoins d'autrui, et de 'Tasha en particulier. Mais il semblerait que la route de la compassion et de la compréhension soit encore longue est parsemée d'embuches.

Avant de l'emprunter, cette fameuse route, il était là. Avec elle. Il ne bouge pas, si ce n'est pour serrer ces mains fines et délicates qui l'ont retenu avec force. Elle vient de le prier par trois fois de rester. Quatre, si l'on prend le premier mot prononcé alors qu'il prenait son élan pour quitter les lieux. Et devant autant de détermination, il ne pouvait pas se murer dans un silence lourd et pesant. Ce ne serait pas juste.

- Je... J'ai mal compris ce que tu voulais. Oui, autant lui dire clairement. Je pensais que tu voulais un peu de temps pour toi. Que je m'éloigne le temps que tu... intègres les informations que je viens de te révéler. Elle sentira alors la cage thoracique de Bruce se gonfler, alors qu'il prend une profonde inspiration, lui qui cherche le calme et le courage de dire ce qui suit. Je n'ai pas la moindre envie de m'en aller.

Ouf, c'est dit. Oui, nous sommes très loin de la déclaration passionnée qu'elle avait pu lui faire la première nuit qu'ils s'étaient retrouvés ici. Mais sur l'échelle émotionnelle du Docteur Banner, nous étions à un beau niveau.

Ses poings continuent de se serrer alors que ses yeux se ferment. Elle n'est pas dans son champ de vision. Seule sa voix peut l'atteindre. Et les paupières closes, il accordera toute l'attention requise aux mots que la jeune femme s'apprête à prononcer.



You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Jeu 8 Déc - 19:41



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Qui aurait pu croire en cet instant ? Qui aurait pu envisager ou ne serait ce que imaginer cet instant ? Celui où Natasha, celle que l’on nommait Black Widow, cette espionne que l’on disait sans coeur, froide, calculatrice, manipulatrice, se retrouve accrochée au torse de Bruce avec toute la force qui lui reste. Celle d’un désespoir qu’elle a appris à ensevelir sous cette belle assurance qui est la sienne. Sous ce désir puissant d’être la meilleure, la plus forte. Mais à cette seconde alors qu’elle le supplie presque de rester, de la sauver d’elle même, il n’y a rien d’autre qu’un être humain, un de ceux ravagé par le temps et les blessures qui vient de trouver le seul et unique refuge qui pouvait lui rester sur terre. Un refuge qui n’est ni une maison, ni un endroit mais un être fait d’os et de chair. Celui là même qu’elle retient et supplie de rester… Lui qui se relevait et allait la laisser à un néant insupportable car trop longtemps vécu.

Mais c’est sans un mot qu’il vient glisser ses mains sur les siennes, sa chaleur à lui l’envahit alors avec cette douceur et cette force qui lui est propre. Ressentir cela de nouveau est un soulagement qu’elle ne peut expliquer qu'elle ne peut pas qualifier parce qu’il occupe tout son esprit, chacun de ses sens. Si lui resserre ses doigts sur ses fines mains ? Elle, elle fait de même, resserre cette prise sur lui entremêler ses doigts aux siens qu’ils se fondent les uns autres et ainsi s’assurer qu’il ne l’abandonnera pas. Peu importait le silence qui régnait alors. Qu'il ne dise rien ? Ce n’était pas si grave. Il la gardait contre lui ne la rejetait pas. Ils avaient tous mentis c’est tout ce qui comptait…

L à encore, il semblerait pourtant que Bruce ait déjoué de nombreux pronostics. Il lui explique pourquoi il allait partir. A ses mots la demoiselle esquisse un signe de tête négatif, le visage toujours enfouie contre son dos. Elle sent ce mouvement de respiration, profond qui fait bouger ses bras au même rythme. Et finalement à cet aveu qui vaut tout le reste Natasha relève la tête. Elle l'observe en silence. Du moins elle regarde ce dos qui s’offre à sa vue.  

Si lui a fait l’effort de s’expliquer. Elle lui doit au moins la même chose. « Ceux qui m’ont élevé m’ont toujours assuré que je n’avais aucune place dans ce monde… Je n’avais pas de famille, mes parents sont..  Ils ne sont plus de ce monde..  Je n’avais pas d’amis personne qui tenait un minimum à moi. Alors j’ai cru à leurs paroles. C’était ainsi… » Elle se rassoit sur le sol et si ses mains glissent légèrement elles ne le lâchent pas pour autant.  « Je ne pourrai pas avoir ma propre famille alors à quoi bon espérer… C’était plus simple d’être ce qu’ils attendaient de moi… » Sa voix se fait plus basse et sa tête se repose contre lui. « Si je t’ai demandé pourquoi moi… C'est parce que chaque matin quand je me lève, quand je te vois dormir… Je me dis que je ne devrais pas avoir le droit à ça, à toi… Pourtant je te regarde tu es là endormi, tu vas bien… Je ne t’ai fait aucun mal...Tout ce que j’ai fait ce sont des choses qui hantent mes nuits… Au point que parfois j’ai l’impression que c’est notre vie à deux qui est un rêve… Je… J’ai laissé passer cette chance une fois… Si tout s’arrête maintenant… Je ne pourrai pas… Mais ces voix hurlent encore, me disent que je ne suis rien de plus que cette araignée dont ils m’ont donné le nom… Qu’ils ont toujours eu raison, que tout ça c'est… J’essaye de les faire taire en vain.. » Elle relâche la pression de ses mains semblent soudainement plus proche de la poupée de chiffon que de cette espionne si redoutable. « Savoir que tu étais là… Est-ce qu’ils avaient raison ? Que je ne te mérite pas ? »

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 12 Déc - 14:37

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Alors qu'il allait partir, Natasha l'a retenu d'une étreinte puissante mais délicate. Et lui fournissant l'explication concernant ce départ précipité, induit par une mésentente de la part du scientifique, il sent désormais ce visage appuyé contre sa colonne vertébrale faire "non" de la tête, lui confirmant qu'il était bien dans l'erreur.

S'ensuit alors, une nouvelle fois, un aveu de la part de Miss Romanoff. Quelque chose à laquelle peu de gens pourrait s'attendre, venant d'une personne aussi froide au premier abord. Et pourtant... Pourtant... Au cours de la discussion, à plusieurs reprises, elle a révélé des fragments d'elle-même, qui, une fois assemblés, donne une personnalité complexe, mais surtout meurtrie, pour qui on ne peut avoir que de la compassion - ce qui tranche pourtant bien avec ce que les gens lambdas seraient prêts à accorder à La Veuve Noire version espionne meurtrière internationale.

Bruce n'est plus serré par ces petites mains délicates. Elles sont toujours sur lui, et ses propres mains les recouvrent. Mais il n'y a plus de tension, plus de force dans ces membres qui semblent presque désarticulés. Et les mots qu'elle prononce...

L'alter-ego de Hulk n'est pas quelqu'un qui a une haute estime de lui-même. Il sait qu'il a fait des choses bien, d'autres plus mauvaises. Mais en écoutant la rouquine qui se tient tout contre lui, il se rend compte qu'il existe sur Terre des personnes dont l'opinion qu'elles ont d'elles-même ne valent pas plus que celle qu'il a de lui. Jamais il n'aurait pensé entendre un jour quelqu'un se demander s'il mériterait sa compagnie... A lui? Lui, qui a engendré plus de catastrophes - soyons francs - que de succès? Hulk, Ultron, sans compter le reste?

Et pourtant, elle était là. Assise dans cette cuisine qui est à nouveau silencieuse alors que le scientifique cherche une réponse à lui fournir. Car, ironiquement, sans le faire exprès - il n'est pas possible de calculer aussi bien son coup quand on est dans cet état de tension sentimentale - elle vient de poser à nouveau une question. Comme si le petit jeu, qui au départ se voulait innocent, reprenait entre eux.

Le Docteur Banner finit donc par s'asseoir à ses cotés - la position qu'il tient à la longue finirait par lui donner des picotements désagréables dans les cuisses. Et cette fois, c'est sans hésitation aucune qu'il glisse un bras autour des épaules de la jeune femme, avec délicatesse et douceur.

Sa langue claque contre son palais, alors qu'il se lance enfin.

- En toute franchise? Non, tu ne me mérites pas. Il penche la tête vers elle, appuyant sa tempe contre le sommet du crâne de 'Tasha. Tu mérites largement mieux, souffle-t-il avec un sourire. Il sait que ce n'est pas forcément le moment de relancer le sujet "Je suis plus dangereux/monstrueux que toi et je suis le moins méritant dans cette relation qui me convient pourtant parfaitement" et que c'est encore moins une chose dont il peut se permettre de sourire.

Mais il est absolument primordial que la pression redescende d'un cran. Qu'ils redeviennent ce petit couple qui s'amusait il y a encore quelques instants. Car l'atmosphère qui s'est installée depuis ces dernières minutes... Personne n'aimerait être à leurs places. Vraiment. Voila pourquoi il essaie de changer la donne. De faire en sorte que cette jeune femme qui vient de se confier à lui retrouve la gaité - aussi difficile à percevoir fut-elle - qu'on pouvait lui trouver dans le regard.

- Dis-toi une chose. Une seule. De toutes les personnes que tu croiseras dans ta vie. Je... Enfin... Il est probablement la plus forte. Personne ne le dépassera en terme de puissance brute. Et en tant que... porte-parole officiel de ce gentil Géant Vert, nous affirmons qu'ils se trompent sur ton compte. Et s'ils essaient de me.. nous... contredire, on peut régler cela sur un ring.

Tout ceci n'avait rien de bien scientifique, bien entendu. Ce n'était que de belles paroles destinées à faire qu'elle se sente mieux. Mais pour autant, il y croyait. La Natasha qu'il avait rencontré à l'autre bout du monde était bien différente que celle créée par la Chambre Rouge. Et celle qui avait trouvé refuge dans le creux de son épaule était encore quelqu'un de différent. Quelqu'un de vrai, de sincère, avec des sentiments, des envies, et qui méritait, comme tout un chacun, une vie "normal" et paisible.

Enfin, autant qu'il était possible compte tenu des circonstances et de leurs activités spécifiques.



You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 12 Déc - 16:18



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Se sentir ainsi étreinte, la sensation de son bras autour d’elle, pouvoir trouver refuge au creux de son épaule, s’y nicher même. Ce simple geste l’empêche de suffoquer, lui redonne le peu d’air qui lui manquait. Elle pourrait rester là des heures, contre lui. balayant d’un seul geste les fantômes qui hurlaient sans cesse à son esprit. Contre son épaule, contre lui elle pouvait trouver un semblant de calme. Sa respiration se faisait plus calme. L’une de ses main retrouva sa place sur le torse de Bruce, se retenant de nouveau à lui. Cette nécessité toujours de sortir la tête de ce brouillard imposant.

Le silence qui s’était instauré et dominait la situation ne fut rompu que par ce simple petit bruit dont le docteur Banner avait le secret. Ce petit claquement de langue qui avait le don d’attirer l’attention de Natasha. Ses yeux verts teintés de bleus se posent alors sur lui. Intriguée, silencieuse, elle l’écoute répondre à cette petite question qui n’était pas si simple. Et cette phrase lui serre la gorge, elle aurait pu hurler si il n’y avait pas eu ce geste qui lui assurer que sa phrase n’était pas finie. Sa tête qui vient se poser contre la sienne lui assure que quelque chose d’autre va suivre. Et tandis qu’il sourit, elle ferme les yeux, balayant de la paume de la main une larme qui avait osé s’aventurer sur sa joue.  « Tu te trompes… Tu es parfait pour moi… » Ce n’était pas le petit jeu de celui qui avait tord ou raison, Mais une simple réalité : l’une et l’autre n’était que des âmes malmenées, et se trouver l’un et l’autre semblait être la plus simple balance… Le meilleur des équilibres.

Et dans ce petit discour qui veut la rassurer, Natasha relève la tête pour le regarder, son front contre le sien, son regard étrangement plonger dans le sien. Si quiconque aurait prononcé un “merci”, Natasha elle esquisse un faible mais sincère sourire avant de souffler « Gentil Géant Vert ? Vraiment ? Tu sais je lui répéterai ça… » Elle se réfugie contre son épaule, Inspire profondément, comme parvenant enfin à retrouver son calme. Et c’est avec un fin sourire qu’elle relève la tête avant de souffler « Je crois que c’est à toi… »

Natasha était ainsi les aveux de faiblesses étaient rares, le retour à la normal devait avoir lieu parce qu’il ne pouvait en être autrement. En sécurité entre ses bras, elle savait que le plus difficile devait être passé, et ses mots lui avaient assurés qu’il ne voulait pas partir. Que craindre de la suite au final ? Il devait continuer cet instant, ce moment qui n’appartenait qu’à eux. Quoi de mieux qu’une nouvelle question pour éluder cet instant de trop…

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mar 13 Déc - 8:54

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Il est certainement la personne la plus mal placé pour réconforter les autres. Bien que son oreille attentive sonne comme une invitation, et que son attitude faussement détachée et calme donne l'impression qu'il peut tout gérer... Il n'est toutefois pas "ce genre de Docteur", comme il l'avait précisé à Tony Stark il y a de ça quelques années, juste après que le richissime playboy n'ait affronté le Mandarin... Enfin, celui qui avait orchestré l'attaque de son domicile, etc... car le Mandarin en lui-même n'était qu'une blague.

Et bien malgré tout cela, il parvenait à trouver les mots qui faisaient que la rouquine dont il venait d'entourer les épaules de son bras droit retrouve son calme, une respiration moins haletante. Elle lui révèle même qu'il est parfait pour elle. Combien d'hommes sur la planète rêveraient d'entendre une personne comme elle révéler ceci? Ce n'est pas qu'une question de beauté, de charisme ou d'aptitude... C'est... C'est un tout qu'il faut prendre en considération et que Bruce ne peut qu'apprécier, du fait de ses propres expériences personnelles.

En l'entendant dire cela, la main au bout de son bras qui tenait Black Widow se met à lui caresser l'épaule du bout des doigts, et un sourire vient à nouveau illuminer son visage. La suite des événements? Il n'en a pas la moindre idée. Il songeait à se lever quand elle s'en sentirait capable, et commencer à ranger les éléments du petit-déjeuner aurait pu être une chose à faire. Mais l'espionne russe coupe le scientifique dans son élan, en soufflant discrètement une petite remarque qui le concerne lui, et son alter-ego.

- Il est gentil avec toi, la plupart du temps...


Oui, il sait que Hulk est une facette de lui-même, et que par conséquent, le monstre ressent certaines des émotions de Banner. Ils sont comme "alignés" pour certaines choses. Et l'affection porté à mademoiselle Romanoff en fait partie. Bon, il faut juste faire abstraction de leur première rencontre, sur l'Heliporteur du S.H.I.E.L.D, mais sinon, globalement, le Colosse de Jade n'a jamais cherché à lui faire du mal. Pour l'instant...

C'est avec une surprise non dissimulée que Bruce entend Natasha relancer le jeu. Ce qui est un peu surprenant, vu ce qu'il vient de se passer, non? Néanmoins, Bruce ne juge pas, et garde pour lui ses pensées concernant tout cela, et que peut-être, ils pourraient passer à autre chose. Si c'est ce dont elle a envie maintenant, il ne va pas lui refuser. Elle a tout de même pleurer à plusieurs reprises par sa faute. Pas directement, il est vrai, mais quand même.

Se grattant le menton avec les doigts de sa main libre, il trouve enfin ce qu'il va pouvoir lui demander.

- Quand on aura fini ce petit jeu, que souhaites-tu faire? Aller en ville?
Sait-on jamais, peut-être que l'envie d'aller faire un tour lui aura pris au cours de la discussion.

Une question innocente, qui pourra l'aiguiller sur la marche à suivre pour la suite des événements. Et surtout, un truc bateau, pour que tout redevienne plus... décontracté.



You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mar 20 Déc - 21:34



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Il en avait toujours été ainsi. Natasha ne savait pas faire autrement. Dissimuler ses faiblesses sous des masques tous mieux accrochés les uns que les autres. Révéler ses craintes étaient la preuve - si il en fallait encore une - de la confiance totale que plaçait Natasha en Bruce. De celle qui ne se confie pas si facilement. Belle parce qu’elle est unique. Et là au creux de son épaule, entourée par ce bras puissant, aimant, et sous la caresse de ses doigts, elle se sent suffisamment en sécurité et en confiance pour poser ses armes à terre. Personne n’aurait pu prévoir cela et au fond il en était mieux ainsi. Ses yeux se sont un instant fermés comme si un poids énorme avait quitté ses épaules. Comme si tout cela pouvait maintenant relever du souvenir.

La facilité avec laquelle elle reprend le contrôle n’est pas une preuve de faiblesse ou de mensonge. Ils sont une preuve de force, mais aussi de cette vilaine habitude qu’a la Veuve Noire : lutter contre ce laisser-aller naturel à tout être humain. Non elle refuse de se laisser envahir par ce qu’elle ne peut pas contrôler. Alors, même si retrouver son souffle est un effort, même si ses yeux sont encore rouge, elle tente en vain de reprendre le cour de ce qu’ils faisaient. Comme si ces vérités et tout ce qu’elles engendraient étaient le prix à payer pour une liberté, pour un avenir dont elle ne pensait pas être digne. En acceptant les premières elle avait ainsi le droit au second.

Mais Bruce ne semble pas vraiment être dupe. Ou du moins si il accepte de reprendre ce petit jeu, sa question est de nouveau évasive. Plus légère, permettant ainsi à Natasha de retrouver son calme, son souffle et des esprits. De lui même il parle de la fin de ce jeu, de ce qu’il pourrait y avoir ensuite. Natasha prend le temps de la réflexion, d’un petit haussement d’épaules. Et finalement, après un nouveau silence, elle parvient à répondre. « Je serai plus pour un petit tour dans les environs. Au calme. Je n'ai pas envie d’affronter le tumulte de la ville maintenant... » En douceur elle vient poser des jambes au-dessus des siennes, comme se calant mieux entre ses bras, contre lui. « Peut-être une bonne douche aussi… Ce sera bien mérité Un sourire se dessine au coin de ses lèvres avant qu’elle ne demande à son tour Tu as une dernière question ou tu veux que l’on s’arrête là ? »

Natasha savait parfaitement entendre les mots que l’on osait pas dire, ces petites phrases qui ne disent pas grand chose mais veulent tout dire à la fois. Elle avait entendu l’appel derrière les mots, la question que cachait cette question. En douceur ses doigts s’entremêlent à ceux de son amant, jouant avec en attendant sa décision. 

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mar 3 Jan - 16:49

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Ils étaient là, l'un contre l'autre, assis dans cette vaste cuisine. Et la rouquine venait de caler ses jambes sur celles du scientifique, renforçant cette sorte de symbiose qui s'était installée.

Ils venaient, l'un comme l'autre, de se confier comme jamais ils ne l'avaient fait avant. Enfin, Bruce ne pouvait être certain que de son cas, même s'il avait du mal à imaginer Natasha Romanoff se confier de la sorte à d'autres personnes sur autant de sujets divers. Possible que des personnes connaissent telle ou telle révélation... Mais toutes celle qui ont été faites ici? Peu probable.

Attentivement, le physicien écoute donc la dernière réponse à ce jeu qui s'est lancé un peu malgré eux, qui ne semblait être qu'une blague de rien du tout au départ. "Un tour dans les environs?" reprend donc Banner quand Black Widow lui parle de ce qu'elle préfèrerait faire. Haussant un sourcil, joignant à cela un mouvement d'épaules, la mine qu'il affiche alors semble indiquer que cette idée ne lui déplait en rien.

Quand elle parle de la douche, il baisse simplement les yeux, cherchant du regard n'importe quoi à fixer afin de ne pas... Bref, il y a des sujets qu'il préfère encore éviter. Il acquiesce d'un mouvement de la tête, confirmant que ce petit plaisir sera bien mérité. "Je rangerai pendant que tu monteras..." Rate-t-il encore une occasion, comme dans la maison des Barton, lors des événements relatifs à Ultron? Possible. Probable. Mais il garde encore dans un coin de son esprit le danger qu'il représente quand il se laisse aller à certaines pulsions.

Suite à quoi, la jolie russe prend une nouvelle fois la parole pour demander si ce jeu continue ou non... Et là, accompagnant sa réponse une nouvelle fois d'un mouvement de la tête, il dit simplement "Non, ça ira. Non pas que je n'ai pas d'autres questions, mais je pense que nous avons déjà appris beaucoup de choses l'un sur l'autre, non?"

Ce n'est là pas une question pour relancer le jeu. C'est plus un ressenti sur la situation qu'ils vivent actuellement. Quelque chose que ni lui ni elle - certainement - ne pouvait imaginer. Oser rêver, dans certaines conditions, car malgré les larmes versées au cours de leur dialogue, de belles choses ont été dites, de lourds secrets ont été révélés. Et ils se connaissent maintenant bien mieux. Mieux qu'avant. Mieux qu'aucun autre Avenger ne l'est connait actuellement.

Le regard du Docteur Banner se porte sur ce corps qui se tient tout près de lui. Une femme en apparence fragile qui dispose pourtant d'une telle force. On ne parle pas de physique, même si elle excelle dans tout ce qu'elle entreprend, mais d'une force de caractère, d'une volonté si grande qui tranchent toutes deux avec cette enveloppe si plaisante à regarder.

Un peu le contraire de Bruce si l'on prend le temps de se pencher sur la comparaison. La force de Bruce est brute, purement physique... Et il a échoué sur différentes expériences, comme le sérum du super-soldat... Ou avec Ultron. Bref, ils se ressemblent, et pourtant tout les oppose. Une parfaite application du "Qui se ressemble s'assemble" et de "les opposés s'attirent".







You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Sam 21 Jan - 10:42



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Dans cet instant de calme absolu, il y a là quelque chose de naturel. Qui prouve, encore une fois, que ces deux âmes en errance ne l’était pas vraiment. Qu’elle s’attendaient peut être. Qu’à elle deux elles forment un équilibre juste et finalement pas si précaire. La facilité avec laquelle elle se glisse entre ses bras, avec laquelle elle s'apaise contre lui. Avec laquelle elle comprend maintenant ses silences. Tout n'est finalement que équilibre.

La suite du programme est finalement fixé, ce sera une promenade dans les environs, dans ce calme qui n’appartient qu’à eux. Il leur fallait au moins cela. Bien sûr elle demande un peu plus, sous des mots qu’elle ne prononce pas. Rompre cette étreinte est un choix qu’elle ne veut pas faire. Dont égoïstement ou non, elle n’a pas envie. Mais elle s’attendait aussi un peu à cette réaction là. Ce regard fuyant qui cherche un appui pour se donner du courage. Elle sait, maintenant, ce que ce regard signifie. Elle sait que sa réponse n’est pas celle qu’elle attend. Le choix qu’elle ne voulait pas faire se pose alors à elle. Rester contre lui et au même point, où se relever et risquer… Risquer d’être seule dans cette salle de bain, de se laisser envahir par le silence. Tout n’est qu’une question de risque.

Prendre des risques… C’est tout ce qui a piloter la vie de Natasha depuis… Depuis toujours. Aussi loin qu’elle sen souvienne la stabilité, sa vie même n’avaient jamais été une priorité. Pourquoi cela devrait il changer maintenant ?  

 Son buste se penche légèrement vers l’avant, son front se pose contre la tempe de Bruce avant que finalement elle ne murmure un « Je nai pas peur de lui… Et je n’ai pas envie de te savoir là, alors que j’ai envie de rester contre toi... » sa main blanche et étonnement froide se pose sur sa joue comme pour attirer son visage vers elle, son nez effleure le sien, avant qu’elle ne murmure en douceur « Qu’est-ce que tu risques à essayer encore une fois ? Le craindre ne fait que le rendre plus fort… Alors que je voudrai juste être avec toi, rien de plus…  » Elle sait que chaque étape, chaque instant qu’ils partagent est calculé, presque millimétré pour ne pas déclencher plus qu’il ne doit, parce que la patience est leur seule arme face à ce qu’ils ne maîtrisent pas, face à l’imprévisible et à des êtres qui s’en nourrissent. Mais après ces heures à dévoiler les parts les plus fragiles comme les plus sombres d’une vie qu’elle n’a jamais vraiment, ni voulu, ni maîtrisé, elle ne veut plus de la solitude froide qui avait été jusque là sa seule maîtresse.

Elle sait que ce qu’elle lui demande est un effort au moins, si ce n’est plus important que celui qu’il lui a demandé à elle en la faisant avouer ce passé oublié. Alors à cette seconde, alors qu’elle effleure cette joue mal rasée qui est la sienne, tandis qu’elle ferme les yeux, elle sait quel choix est le sien. Ou il vient avec elle, ou elle restera là, plusieurs minutes, plusieurs heures si il le faut. Mais de nouveau elle a besoin de temps, de sa présence, pour dompter le passé, ce qu’elle a été et ce qu’elle devient.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Sam 21 Jan - 16:29

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


La colère... C'est facile à dompter. A enfouir sous une épaisse couche de niaiserie factice. De garder le silence et de demeurer impassible quand les choses qui vous arrivent ne vous conviennent pas. Mais l'amour. La passion. Le désir. L'envie. Toutes ces choses que l'on peut ressentir pour quelqu'un... Ce n'est pas aussi simple à dissimuler.

Ils viennent d'échanger pendant de longues minutes des secrets. Des secrets plus ou moins lourds, des secrets plus ou moins surprenants. Il était maintenant temps de faire autre chose. Oui, mais quoi? Dans un murmure, elle vient de lui affirmer qu'elle n'avait pas peur de lui. "Lui" désignant cette part de Bruce, qui, animée par un désir à la limite de la bestialité, avait été un danger plus que conséquent lorsqu'il est arrivé dans ce lieu pour la première fois.

Depuis, il n'avait plus osé quoi que ce soit vis-à-vis de Natasha. Il y avait bien évidemment quelques gestes, quelques signes d'affection qui pour beaucoup sont banals, mais qui représentent tellement pour Bruce Banner. Mais jamais rien de plus que cela.

Passant sa langue sur sa lèvre inférieure, il laisse échapper un court soupir avant de répondre.

- Ce que je risque? De te faire du mal...
prononce-t-il avec un sourire qui trahit son agacement. Il sait qu'elle est consciente de tout cela. Et il admire le fait qu'elle continue de s'enticher d'un home qui pour l'instant n'est pas... capable de lui donner ce qu'elle veut.

Encore que... elle parle simplement d'être avec lui, pour le moment. Alors que ce soit ici, pas forcément super bien installés sur ce carrelage de la cuisine, ou bien sous un jet d'eau chaude dans la douche à l'étage, finalement, quelle différence.

A nouveau, il ne sait où poser les yeux. Avoir entendu la voix de l'Agent Romanoff lui murmurer ces quelques mots, là, tout proche de son oreille... "Je..." Faux départ.

Il n'est pas certain de comment il doit amorcer la chose. Et pourtant, où est le problème? Ce n'est pas comme si il ne savait pas ce qu'elle a envie de faire: elle vient clairement de le lui dire! Alors qu'est-ce qui cloche chez ce garçon, dont la maturité sentimentale semble être simplement... compliquée.

"On y va?" questionne-t-il donc, d'un air timide.

C'est un grand saut en avant pour lui. Complètement focalisé sur ce qui se passe actuellement, il occulte parfaitement les voix des différents monstres qu'abrite son âme. Celles qui l'encouragent, comme celles qui lui font des reproches, lui affirmant qu'il fait une erreur, et que Joe reviendra. Oui, Joe, c'est le nom que le Hulk Gris, qui personnifie cet aspect de Bruce. Il s'est donné un nom. Il pense pouvoir se créer une vie. Vie qu'il attrapera à bras-le-corps dès qu'il en aura l'occasion. Mais pour l'instant, le présent ne se porte pas sur lui.

Mais bien sur Bruce, Bruce qui entreprend enfin de vivre sa vie comme un être humain. Amadoué par la charmant minois d'une espionne Russe qui a su voir plus que le monstre qu'il est.





You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 30 Jan - 17:36



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


Elle ne peut s’empêcher de regarder son visage, elle voit son sourire, agacé, elle connaît ce visage, ce regard. Elle sait que les “mais” les “attends” ne serviront à rien. Qu’il n’y a rien à négocier quand il dit de telles phrases. Alors elle lui explique, lui dit la vérité. Ce qu’elle attend de cet instant, de ce moment entre eux. Elle ne ment pas, ne joue pas avec lui. Elle sait cet instant trop important pour lui mentir, pour ne pas lui dire la vérité. Calée contre lui, sa tête près de la sienne elle ne peut, ne veut rien dire. Elle sait ce choix là trop important… Elle reste là immobile, sa tête contre son épaule, elle ne peut murmurer qu’un simple « Je sais » . Elle a donné ses arguments, le reste n’appartient qu’à Bruce.

C’est pour cette raison que, encore à cet instant, elle ne dit plus un mot. Elle se doute qu’il doit peser le pour et le contre. Le silence est donc sa meilleure arme. Son plus grand risque aussi. Et pourtant, pourtant ce n’est pas elle qui le rompt, mais bien lui. Un premier mot. Un petit “je” qui attire son attention. Natasha plonge alors son regard dans le sien, l’observant à ces trois petits mots. Une impression de soulagement s’empare de son coeur tout comme une autre sensation, quelque chose semblable à de la gêne. Non pas celle que l’on éprouve après un regret, mais celle que l’on lie aisément à de la timidité. Ces simples petits mots ramènent Natasha à une seule évidence : elle ne s’est jamais dévoilée ainsi. Dans une plus stricte intimité, dans une confiance aveugle. C’est une première fois et c’est cette idée qui provoque cette même gêne. Natasha n’a jamais vu son corps comme certaines femmes peuvent le voir. Il n’est pas un “temple” ou quelque chose de sacré. Elle s’en est servi plus d’une fois, pour ses missions, parce qu’elle le devait. La Chambre Rouge n’y avait rien mis de sacré, ce n’était qu’une marchandise comme une autre. Alors oui soudainement l’idée que lui va la regarder, va la voir, lui rend ce que d’autres lui ont volé.   

Surprise, elle le regarde mais sourit avec douceur. Pose ses lèvres au coin des siennes avant de souffler avec douceur, dans un murmure « Allons-y oui… » Elle se relève alors lentement, ne lâche pas ses doigts qu’elle a entremêlé aux siens. Elle attend qu’il se relève et avec la même douceur l’entraîne vers l’étage et la salle de bain. Étrange instant où le silence plane, où elle ne sait pas vraiment quoi dire, si il y a quelque chose à dire. Cette sensation étonnante de ne pas savoir quoi faire elle qui avait d’habitude tant d’aisance dans ses mouvements, tant de confiance dans ce corps. Cette fois elle se retrouvait désarmée. Sa main replaça une mèche rousse derrière son oreille avant qu’elle ne vienne la poser sur son torse. Un pas, un simple pas et elle se hisse sur la pointe des pieds pour l’embrasser. Soulagée qu’il ait accepté de répondre à cette demande, d’être là avec lui tout simplement.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mar 31 Jan - 13:47

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Alors qu'ils se lèvent, la rouquine choisit de ne pas lâcher la main du scientifique, comme s'il pouvait y avoir une chance qu'il change d'avis, qu'il décide de fuir les lieux, de la fuir elle. Pourtant, il suit, presque docilement, la marche calme qui les conduit donc jusqu'à la salle de bain.

Et ils se retrouvent donc dans cette vaste pièce, à la décoration épurée. Et le silence qui y règne souligne combien l'un et l'autre, bien qu'ayant envie d'être là, tout de suite, maintenant, ressentent tout de même un vague sentiment de gêne. C'est elle qui fait le premier pas, en faisant ce petit geste charmant - replacer une mèche de cheveux derrière son oreille - dans un premier temps, suivi d'un baiser. Un baiser doux, délicat, qui donne cependant la chaire de poule à ce cher Banner, un frisson électrique parcourant l'ensemble de son corps.

Reculant sa tête un tout petit peu, il affiche alors un sourire presque imbécile, puis son regard se porte vers les robinet de la douche. Se décollant entièrement de l'espionne russe, il va donc vers cette arrivée d'eau, et commence à faire couler.

- Que ce soit à la bonne température...

Et là, il se met dos à elle. Par pudeur, sans doute, qu'elle puisse faire ce qu'elle a à faire sans se sentir épiée. De son coté, Bruce retire ce haut qu'il portait, et le plie avec attention et soin. Il est tenté de regarder ce que fait la jeune femme, évidemment, mais il ne s'y risque pas. Au lieu de cela, il passe une main dans son épaisse chevelure sombre, se grattant par la même occasion le sommet du crâne.

Le bruit de l'eau change, indiquant que quelqu'un s'est finalement glissé sous le jet propulsé par le pommeau de douche. Il n'est plus possible de faire machine arrière maintenant, même si l'idée traverse l'esprit du docteur une fraction de seconde. Surtout quand son regard se porte sur la poignée de porte, non loin de lui. Ce n'est pas une question d'envie - enfin si, dans une certaine mesure - c'est juste que... C'est... Bruce Banner. "Compliqué jusqu'à la fin" devrait être inscrit sur sa pierre tombale.

Néanmoins, il va à son tour sous le jet d'eau brûlant. D'ailleurs la chaleur dégagée par cette eau qui coule sur eux a déjà commencé à masquer de buée les différentes surfaces vitrées de la pièce - miroir, paroi de la douche, etc....

Un petit sourire en coin affiché sur le visage, il regarde alors dans les yeux clairs de la demoiselle, mais ne dit rien, ne fait rien. Pour l'instant. Non, pour l'instant, il profite du moment. Du bien-être que procure cette sensation d'eau coulant sur lui,  mais aussi de cette satisfaction, ce bonheur, de réaliser qu'elle ne se joue pas de lui. Ni avant, ni maintenant. Ni jamais?




You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Dim 12 Fév - 22:20



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »


C’est étrange comme les gens peuvent être différents selon les situations auxquelles ils sont confrontés. Prenons l’exemple de Nat’. Féroce guerrière si il en est, femme fatale pour certains, main de fer dans un gant électrique pour d’autres. Et bien prenez cette même femme et plaçait là dans une situation qu’elle ne connaît que peu voir pas : un moment parfaitement intime avec un homme qu’elle aime, il n’y a là aucune nécessité de survie, aucun besoin d’être sur ses gardes. Son instinct de survie est parfaitement au calme. Rien ne semble pouvoir troubler ce moment là.  Et bien c’est là, à cette seconde précise qu’il est possible de comprendre qui est Natasha Romanoff. Qu’il est possible de comprendre toute l’ampleur de ce qu’elle cache. C’est à cette seconde, qu’elle devient parfaitement décryptable.  Qu’elle retrouve toute sa fragilité volée.

Alors oui, une partie d’elle remercie Bruce de faire preuve de tant de douceur, de patience. Ces petits rien qui rassurent et rendent ce moment plus particulier encore. C’est avec un sourire qu’elle l’observe démarrer l'eau de la douche. Cette pudeur lui est étrangère et pourtant comme elle l’apprécie. Il y a quelque chose de rassurant dans cette normalité. Ses vêtements tâchés de thé rejoignent le linge sale, ses cheveux roux remontés en un chignon, elle prend une légère inspiration que même Bruce - avec le bruit de l’eau - ne pourra pas entendre. Et c’est délicatement qu’elle entre et se glisse sous l’eau chaude de la douche. Une eau qui balaye ses démons et plaque des long cheveux roux le long de son dos. Quelques secondes et finalement c’est au tour de Bruce d’entrer.   

Comme elle, il semble prendre son temps. S’adapte à cette situation nouvelle. Et ce n’est que après quelques secondes, une minute tout au plus. Que Natasha se remet en mouvement. Brise cette douce torpeur en s’approchant de lui. Ses mains glissant lentement le long de son bassin tandis qu’elle vient se nicher au creux de ses bras. Sa tête se posant sur son torse. Un simple « Merci » franchit ses lèvres. Parce qu’elle a bien conscience de l’effort que cela représente pour lui. Du contrôle qu’il soit soudainement exercer sur lui même. Et comme promis Natasha respecte ses mots. Elle ne demandera pas plus, ce ne sera pas elle qui fera un mouvement de plus pour l’heure. Elle veut qu’il puisse trouver son tempo, son propre rythme, comme tous ces petits gestes qu’ils sont parvenus à accomplir l’un envers l’autre. Et cela semble leur avoir plutôt réussi. Alors oui si cet instant doit se résumer à cette étreinte, il est tout simplement délicieux, rassurant… Au point qu’un faible soupire traverse ses lèvres.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 13 Fév - 9:28

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Il y a des années, Bruce avait révélé à ses co-équipiers comment il faisait pour contenir le monstre en lui. Quel était son secret. "Je n'ai jamais cessé d'être en colère", voila ce qu'il avait dit. Plutôt que de tenter d'étouffer cette rage - pure perte de temps, soyons francs - il avait choisi de la canaliser, de la diriger, d'en faire ce qu'il pouvait - à défaut de ce qu'il voulait.

Il pouvait donc déclencher une transformation sans effort, même si redevenir humain lui demandait bien plus, tant sur un plan mental que physique. Mais pourquoi parler de colère, dans un instant, dans une scène, qui ne s'y prête vraiment pas? Pour mettre en avant combien l'amour, le désir, le genre de choses que l'on ressent quand l'on étreint la personne à qui l'on tient... Pour montrer combien ces sentiments sont plus forts qu'une rage débridée.

Il a beau se concentrer, respirer lentement, il y a des signes, des choses qui ne trompent pas. Entendre Natasha souffler un petit soupir... C'est comme la voir replacer l'une de ses mèches de cheveux derrière son oreille: c'est enivrant. Limite "plus".

Les yeux clos, il tente tout de même de profiter de l'instant. Penser à autre chose ne serait rien de moins qu'une insulte à tous les efforts qu'ils ont fait, à toutes les choses qu'ils ont enduré pour en arriver là. La dernière fois qu'il avait eu ce genre de relation avec quelqu'un - si l'on met de coté la mésaventure avec Joe Fixit, le Hulk Gris quand il est arrivé dans ce refuge - cela remonte à des années. Avant qu'il ne disparaisse après les événements en Sokovie. Avant que les Avengers se forment pour affronter Loki. Cela date d'une époque où il était simplement "Banner le fugitif", recherché par le Général Ross.

Et les choses ne s'étaient pas super bien passées cette fois-là. Non pas qu'il s'était changé en une créature avide de corps-à-corps, mais il avait tout simplement rien pu faire. Son rythme cardiaque s'emballait, alors plutôt que de prendre un quelconque risque, il ne s'était tout simplement rien passé.

Là? C'est différent. Sur tous les points. Toutefois, même s'il a confiance en elle, il ne se permettra rien de plus que cette étreinte. Réconfortante, agréable, annonciatrice de choses qui pourraient être tellement plus... mais il n'a pas autant confiance en lui qu'en la Veuve Noire. C'est pourquoi il ne jouera pas avec le feu pour l'instant.

Habituellement, il a toujours une petite blague à souffler, une ânerie à dire. Mais pas là. Non, là, il essaie de grappiller tout ce qui est possible. Au cas où un jour la situation changerait, il pourrait emporter ces souvenirs avec lui. Il demeure donc silencieux, immobile. Incapable de trouver cet équilibre qu'il parvient à avoir pour contenir le Hulk "normal".


You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 20 Fév - 19:00



We need to talk...


« We make these memories for ourselves.
Where our eyes are never closing.
Hearts are never broken. »


Rares étaient moment où ces lieux avaient été si silencieux, si calmes. Comme si soudainement tout, de nouveau, disparaissait dans cette forêt alentour. Il n’y avait peut être rien de surprenant quand on sait qui se trouve là, quand on connaît ces deux personnalités. Et pourtant. Pourtant c’est bel et bien un moment particulier, qui n’appartient et n’appartiendra qu’à eux. Parce qu’elle a cette confiance aveugle en lui et lui cette foi innommable en elle. Parce qu’au creux de ses bras elle se sait unique et en sécurité. Parce que lui la sait patiente et bienveillante à son égard. Attentive aussi.

Chaque battement de son cœur est écouté avec douceur. Chaque regard est surveillé. Comme si par ce simple biais elle savait. Elle le savait sur une corde raide, prêt à chuter. Dans un équilibre précaire qu’il ne parvient pas à trouver. Mais si elle n'insiste pas, elle ne cédera pas non plus. Ce sentiment étrange bien présent lui susurre que si elle cède maintenant si elle plié face à ses angoisses ils n'iront jamais au-delà. Non la patience est la meilleure conseillère et Natasha Romanoff n’en manque pas. Bien au contraire. 

Sa tête reste posée contre son torse. Ses mains sur son dos, c’est un corps délicat qui l’entoure lui et l’enveloppe. Pourtant il s’en dégage une telle force. Comme pour le guider, lui donner le rythme dans ce moment peu habituel, sa respiration se fait lente, calme. Une douce mélodie qu’il peut suivre, sur laquelle se caler sans craintes.  Ses yeux se ferment un instant. Toujours ce silence qui n’est brisé que par le bruit de l’eau.. Combien de temps cet instant dure-t-il ? Combien de temps reste-t-elle ainsi immobile ? Personne, pas même elle, ne peut le savoir. Et au fond est-ce vraiment si important ? Après ces souvenirs rappelés, après ces larmes et les craintes, les peurs, après les rires et les aveux, pourquoi ne pas laisser se vider le ballon d’eau chaude si cela peut refermer sur eux une bulle que nul être ne saurait faire exploser ?

Pourtant il y a là quelque chose de très humain, à cette seconde, à cet instant. Cette proximité créée qui malgré elle, ou peut être à cause d’elle, appelle à en vouloir un peu plus. Juste un peu, avoir ce petit plus. Et au fond c’est peut être aussi un peu la preuve qu’ils sont comme les autres : humains. Alors il y a cette légère impulsion, ce mouvement de pieds qui la fait se hisser contre lui, ses mains ne quittant pas son dos. Son regard plonge en douceur dans le sien « Tu me fais confiance ? » Bien sûr elle sait. Elle sait que ce n’est pas en elle qu’il n’a pas confiance, que l’élément auquel il ne croit pas c’est lui-même. Mais ils ont déjà fait ce petit pas en plus, pourquoi pas un second ? Alors en douceur ses lèvres viennent à sa rencontre, se posent avec délicatesse sur les siennes. Son nez effleure même le sien dans une lente inspiration. Une douceur dont elle a toujours fait preuve, parce qu’elle sait cet instant fragile, peut être même éphémère. Qu’importe au fond puisqu’elle garda ce précieux instant au fond d’elle, qu’il fera parti de ces moments qu’elle se rappellera lors des jours plus sombres...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 518
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mer 22 Fév - 14:13

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Qui aurait pu prédire que les choses se passeraient ainsi? Pas seulement à cet instant précis, mais que, d'une rencontre dans un bidonville naitra une histoire... d'amour? Cela fait presque ridicule de parler de la relation entre ces deux êtres si différents en utilisant ce mot. Car, pour l'un comme pour l'autre, ce n'est pas le genre de truc que l'on s'imagine possible en portant pour la première fois le regard sur eux.

D'un coté, nous avons une espionne russe, qui a été forcée de commettre des actes abominables, et qui a elle-même vécu des choses horribles. De l'autre, un scientifique traumatisé par une enfance détruite, doté d'une rage dévastatrice.

Comment croire, comment penser qu'une alchimie serait possible? Est-ce que de son seul oeil valide, Nick Fury avait vu arriver ce genre d'évolution? Peu probable. Il est peut-être partout, il entend et voit tout... Mais il n'est pas devin. Si? Quoi qu'il en soit, la magie de ce moment-là était bien réelle.

Un moment qui demeurait pour Bruce inaccessible jusqu'à il y a peu. Leur dernière tentative s'étant soldée par un formidable échec ayant donné naissance à un nouvel Hulk. Mais là? Il se maîtrisait. Ce qui est compliqué dans ce genre de contexte où un simple contact, une simple caresse peut... "déclencher" des réactions physiques que l'on aura du mal à contrôler.

Silencieux, il écoute l'eau s'écouler depuis le pommeau de douche. Eau qui vient les éclabousser, puis couler lentement jusque dans le bac. La première chose qui vient rompre cette mélodie aquatique, c'est la voix de Natasha, qui lui demande si il a confiance en elle. Elle sait ce qu'il va lui répondre. Que la confiance qu'il a placé en est indéfectible. Que c'est uniquement en lui, qu'il n'a pas confiance. Tout ceci, elle le sait déjà.

Alors plutôt que de paraphraser, que de tourner autour du pot, de dire des choses qui voilent la vérité, il fait une seule et unique chose, alors qu'elle vient de réduire la distance entre eux, plongeant son regard dans le sien.

Un simple mouvement de la tête. Un "oui", qui vient répondre silencieusement à la question posée. Quelque chose d'inédit, pour lui comme pour elle. Jusque-là, si l'on oublie l'épisode fâcheux avec Joe Fixit, le Hulk Gris, ils ne s'étaient jamais permis d'aller aussi loin. Reste à voir si les choses vont dégénérer ou non.



You won't like me when I'm angry...
bienvenue à new york
Natasha Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 820
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Dim 19 Mar - 16:34



We need to talk...


« We make these memories for ourselves.
Where our eyes are never closing.
Hearts are never broken. »


Entrer dans cette zone inconnue, dans cette limite avec laquelle ni l’un ni l’autre n’a plus jamais voulu jouer depuis “l’incident Joe Fixit”. Savoir que tout est possible et en même temps dangereux. Savoir qu’il est là si proche, et garde pourtant un telle distance est comme une lente torture, quelque chose qu’elle a supporté suffisamment longtemps pour ne pas, maintenant, oser tenter quelque chose. La mélodie de l’eau, de leurs respirations, semblent donner un peu plus d’élan à son audace. Au bien sûr elle sait que ce n’est pas une question de confiance. Il croit en elle, il lui a dit, mais elle sait que ce qu’elle s’apprête à faire est plus “dangereux” que ce qu’ils vivaient jusque là. Dangereux pour elle, pour lui, pour cette paix qu’ils ont trouvé, pour cet équilibre qu’ils ont bâtit à deux, pourtant elle s’en voudrait de ne pas avoir tenté sa chance, d’avoir “manqué cette fenêtre” là.

Si Natasha est une femme d’action, passionnée, elle sait aussi garder le contrôle. De ses pensées, de ses gestes aussi. C’est donc avec lenteur qu’elle l’avait embrassé, avec lenteur qu’elle s’était approchée ou hissée sur la pointe des pieds. Alors c’est sur le même rythme que sa main droite glisse entre les cheveux de Bruce, qu’elle laisse la seconde se poser sur son torse. Bien sûr que son esprit veut plus, qu’elle serait bien incapable de se satisfaire de cela. Mais elle sait aussi comme l’équilibre de Bruce est précaire. Comme elle doit mesurer chacun de ses désirs malgré cette passion qui lentement la dévore, la consume. Une contradiction vivante. Capable du meilleur comme du pire, du plus passionnel et du plus doux. Guerrière et amante, femme et soldat. Le contrôle ? On le lui a imposé à grands renforts d’exercices, de tortures aussi. Alors oui, si stopper là est une nécessité pour lui, elle sera en mesure de s’infliger cela aussi. Parce que le perdre serait plus difficile encore que de s’arrêter à cet instant…

Renoncer à la sensation de son torse contre sa peau, à la sensation de ses lèvres sur les siennes, elle saurait le supporter. Renoncer à cette main qui a glisser jusqu’à son dos pour mieux se retenir ? Elle saurait l’endurer oui. Une simple pause, reprendre son souffle pour mieux retrouver ses lèvres ? Elle pourrait ne plus y songer. Mais rythmer son cœur sur le sien, sentir sa présence, le voir évoluer à ses côtés, hésiter ou lui sourire. S’endormir entre ses bras. Tenter inlassablement d’accrocher un peu de normalité ? Non ça elle ne peut pas imaginer ne pas l’avoir, ne pas vivre ce quotidien. Tout vaudra alors mieux que de le perdre. Même si cela signifie ne pas pouvoir aller au-delà de cet instant, de ce “simple” baiser, Sentir son dos sous ses doigts, ses cheveux se glisser contre sa main. Sentir sa respiration ou la chaleur de ses lèvres. Toutes ces victoires au goût de vies à deux. Elle ne sacrifiera pas cela pour un peu plus. Tout dépend maintenant de lui et de cette part plus sombre, de ce qu’elle sait être un combat entre Bruce et Joe Fixit...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



Keep my heart

beating like a drum


bienvenue à new york
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: We need to talk...   

 

We need to talk...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Welcome to the Game :: Le reste de la Terre :: USA-