N'hésitez pas à demander des liens et des rps aux nouveaux membres.
Privilégiez les Marvel , ils sont badass.
Bienvenue sur The Avengers on vous aime déjà.

Partagez | .
 

 We need to talk...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: We need to talk...   Dim 10 Juil - 11:47



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Les jours passaient et étonnement le quotidien parvenait à trouver ses marques. Lentement, à leur rythme. Chaque jours depuis un mois, ils avaient leurs petites victoires. Ces petits détails qui pour certains ne signifient rien parce qu'ils sont ''naturels'', parce qu'il devrait être normal de pouvoir agir ainsi sans se soucier des conséquences, sans éprouver le moindre malaise. Mais il a été prouvé a bien des occasions, que le Docteur Bruce Banner, et l'agent Natasha Romanoff n'étaient pas vraiment comme tous les autres. Si pour certains se promener avec pas grand chose sur le dos sans provoquer une gêne quelconque pouvait être ''normal'', pour Natasha cela avait demandé un peu de patience. Et si pour certains couples dormir ensemble était tout aussi logique, il était fort probable que ce cher Bruce avait du se confronter aux nombreux cauchemars qui hantaient les nuits de celle qui dormait maintenant à ses côtés. Il avait fallut autant de temps pour lui pour se familiariser avec l'absence de gêne de la petite russe que pour elle pour apaiser ses nuits.

Mais après un mois ils y parvenaient. Et tout cela marquait les nombreuses petites victoires de leur quotidien.

Un mois et les dégâts provoqués par le Hulk Gris avaient disparu. La maison semblait même évoluer au rythme de ses habitants. Nat parvenait à décrypter chaque jour un peu plus les silences de son amant, et lentement – pour lui – elle laissait son masque se fissurer, dévoilant celle qu'elle aurait peut être toujours aimé être. Un visage inédit qu'elle ne dévoilait qu'à lui.

Ce matin là – comme souvent – elle s'était réveillée avant lui. Le soleil brillait plus intensément que d'ordinaire, la chaleur de l'été probablement. Un instant elle était restée entre ses bras, avant de finalement se relever sans faire de bruit. La descente de l'escalier fut toute aussi silencieuse. Arrivée dans le salon, elle alluma la musique, et cette fois ce ne fut pas un air d'opéra qui envahit la pièce. La voix si particulière du célèbre chanteur des Rolling Stones se répandit au rythme d'un Sympathy for the Devil. Dans son tee-shirt trop grand et son short de pyjama, Natasha se mit à danser. Des pas rapides, d'une danse oublié, il était fort probable que personne ne l'aie jamais vu ainsi, mais qui hormis lui pourrait la voir à cet instant ? Ils étaient littéralement coupés du monde...

Et tandis que la musique annonce la fin du morceau Natasha prend la direction de la cuisine prépare ce qu'il faut pour le petit déjeuner tout en chantonnant d'une voix suave.

Un mois et le quotidien prenait lentement sa place, il avait une saveur douce et inattendue, une saveur à laquelle Natasha s'habituerait volontiers...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 11 Juil - 17:47

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Dès l'instant où Bruce Banner sentit que la jeune femme qui avait passé la nuit avec lui quittait ses bras, il eut ce réflexe parfaitement humain: il passa de la position couchée sur le dos à à plat ventre, les jambes écartées, la bras croisés sous l'oreiller et la tête bien enfoncée dedans. Il essaie d'occuper l'espace du lit dans sa totalité.

"Le quotidien nous a bouffé." C'est l'une des raisons pour lesquelles certains couples se défont. Si jamais cela arrivait à Bruce et Natasha, on pourrait dire qu'ils auront vécu heureux pendant de longues et parfaites années. Mais cela ne tient que du doux rêve pour l'instant... Pour l'instant.

S'il dormait d'un sommeil de plomb, Bruce n'aurait pas entendu les premières notes de musique depuis le rez-de-chaussée. Mais ce n'est pas le cas, il somnole un peu, et dès qu'il les entend, il trouve la motivation pour se lever car il sait ce qu'il se passe, et faire un tour rapide par la salle de bain, histoire de se rincer le visage.

Habillé d'un bas de jogging gris et d'un t-shirt violet - mais qu'est-ce qu'il a avec cette couleur!? - il entame la descente des escaliers. Toutefois, il ne va pas jusqu'en bas. Et voila pourquoi il a trouvé la force de se tirer du lit, bien que le soleil soit déjà levé depuis un moment. Pour regarder - non, pour admirer Natasha en train de danser. Il se demande encore ce qu'il fait là. Pas dans un sens où il s'apitoie sur sa condition mais plus pour remettre en question la chance qu'il a qu'une femme comme elle se soit entichée d'un homme comme lui.

Quand la musique des Stones se termine enfin - c'est qu'elle dure - Bruce est finalement en bas des marches. Ce quotidien, cette vie hors du monde est tout simplement géniale. Vie hors du monde... Pour une fois, ils souhaitent la même chose en même temps.

Quand ils étaient chez les Barton, c'est elle qui était prête à tout quitter pour lui, mais il n'était pas dans cette optique-là. Puis quand il lui indiqua que pour eux, le combat était fini après qu'il la libère de la geôle d'Ultron, elle l'avait embrassé... puis jeter dans une crevasse pour qu'il se change en Hulk et qu'ils aillent affronter les hordes mécaniques de la création de Banner et Stark.

Mais là, ils sont sur la même longueur d'onde. Mais il sait que les choses ne vont pas pouvoir rester ainsi. Pas avec ce qui se passe pour leurs semblables.

D'un pas souple sans pour autant discret, il se glisse derrière la jeune femme, en train de cuisiner. Cela fait partie des choses qu'il a appris à oser... Il sait qu'il ne la surprendra jamais. Qu'elle ne lui rentrera pas une prise de judo en sentant les deux mains du jeune homme glisser depuis ses hanches jusque su son ventre, alors qu'il dépose un tendre bisou sur son crâne, avant de mettre son visage à coté du sien et de regarder ce qu'elle fait.

- Bien dormi? questionne-t-il. Oui, on dirait vraiment qu'il a eu une vie normale toute sa vie.

Il hausse un sourcil en la regardant manier les ustensiles de cuisine. Il ne comprend pas ce qu'elle prépare, mais c'est pas grave. Et s'il a reconnu le morceau précédent - oui, il n'écoute pas que de l'opéra - le second ne lui dit rien. Ses connaissances en rock anglais demeurent limitée.

Il va encore oser quelque chose de parfaitement banal et normal.

- Tu prépares quoi?


Tout le monde connait ce film avec Bill Murray, où il revit la même journée tous les jours. Un jour sans fin. Et bien Bruce adorerait être le personnage qu'il incarne dans ce film, et vivre encore et encore les mêmes journées au coté de 'Tasha...



bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 11 Juil - 20:26



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Natasha ne prêtait plus vraiment attention aux bruits de la maison. Elle savait que Bruce était là, et avait acquis – après un mois – la conviction qu'il ne partirait pas. Alors ce matin là se fait léger et détendu. Quelques talents de danseuse plus tard, elle s'était retrouvé devant le plan de travail de la cuisine, et tandis qu'elle préparait une pâte, elle pu sentir des mains bien connues se poser sur elle.

Quiconque n'aurait pas fait le moindre bruit se serait effectivement retrouvé au sol après une prise de la Veuve Noire, assommé, peut être même un bras cassé, qui pouvait savoir. Mais les mains de Bruce elle sait maintenant les reconnaître les décrire. Comme elle peut décrire la force de son étreinte, ou le regard qu'il a le matin au réveil. Toutes ces petites choses qu'elle avait pris le temps d'observer. Un mois... Un mois pour reconnaître la chaleur qui l'envahie à cette sensation. Un mois qu'elle répond avec un sourire à ce geste, ferme les yeux à ce baiser. Un avant goût de paradis... A sa question elle esquisse un petit oui de la tête.

« Bien et toi ? » Comme ses nuits pouvaient être bien meilleurs depuis quelques jours, comme apaisées. Lorsqu'elle aperçoit enfin son visage près de du sien, c'est au coin de ses lèvres qu'elle l'embrasse, frôle sa joue du bout du nez, avant de continuer son ouvrage. La musique a évolué, mais Natasha elle reste contre son amant. A sa seconde question elle tourne la tête et sourit « Des gaufres, la pâtes est presque fini » et dans un sourire malicieux elle souffle « Tu crois pouvoir te décrocher le temps de m'attraper l'appareil ou on doit y aller en formation groupée ? »

La préparation du petit déjeuner se fait donc tranquillement, entre deux pas de danse, un baiser, et une étreinte. Finalement tout est posé sur la table. Cette fois ce n'est pas face à lui, mais près de lui que Natasha s'installe, installant parfois ses jambes sur les siennes, comme si chaque minute de ces jours passés devaient être collectés comme de précieux souvenirs.

Jus d'orange frais entre les mains, Natasha observe un instant Bruce avant de finalement souffler. « Je vais devoir aller en ville dans la matinée, le frigo va être vide. Je peux aller te chercher quelques vêtements au passage histoire de changer de ton tee-shirt violet » Regard espiègle et sourire aux lèvres tandis qu'elle continue son verre au bord des lèvres « Même si je dois dire que j'adore la couleur vraiment, je songe même à te le piquer la prochaine fois qu'il sort de la machine » Et après une gorgée « Tu devrais le surveiller de près » Son regard est rieur, remplit de bonne humeur.

Depuis ce fameux mois, Natasha restreint au minimum ses allers et retours sur New-York, inutile de donner à Ross l'occasion de lui mettre la main dessus. La dernière fois – peu de jours après la libération de Bruce – Natasha avait dû passer une nuit dans son appartement pour s'assurer de ne pas quitter la ville en plein couvre-feu. Elle espérait qu'il n'en serait pas de même cette fois, mais elle ne pouvait assurer de rien. Cette pensée assombrit un instant son regard. Elle n'aimait pas ces jours où elle devait partir même pour deux heures, même pour trente minutes. Elle avait l'impression que cette bulle qui était devenue la leur était soudainement rattrapée et éclatée par la réalité du monde extérieur. Mais comme si elle devait ne pas se laisser submerger en douceur elle se penche sur la table et l'embrasse en soufflant « Tu me diras si tu as besoin de quelque chose d'autre » Et hop un bout de gaufre piqué au passage, ni vu, ni connu...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 11 Juil - 21:42

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Trente jours. Trente jours complets sans le moindre incident. Aucune transformation. Pas une saute d'humeur. Rien. Rien qui ne soit venu troubler la quiétude de ce cher Docteur Banner. "Pareil." Une réponse en un mot. Mais il y a deux syllabes.

Quand elle lui demande s'il pense pouvoir se détacher, il fait des petits mouvements de gauche à droite avec sa tête, comme s'il était en train de peser les deux options. Il finit cependant par défaire son étreinte et se diriger vers le placard dans lequel le gaufrier est rangé. Oui, il avait fini par prendre ses marques dans cette maison qu'il ne considère toujours pas comme un "chez lui" malgré tout. Il sait qu'ici, c'est du temporaire. Qu'ils devront partir parce que les radiations qu'il émet en permanence attireront à un moment donné les soldats du général Ross.

Il s'installe ensuite à la place qu'il s'est un peu attribué. Après seulement un mois, il a déjà ses petites habitudes, comme un petit vieux.

Quand elle lui parle de sa virée future en ville, il ne peut s'empêcher de grimacer. Il n'est pas très bon menteur. Et quand elle fait une remarque sur son t-shirt, il tire sur le col, histoire de s'assurer qu'elle parle bien de l'immonde truc qu'il porte, mais qu'il aime bien.

- Il est très bien, non? la questionne-t-il presque avec sérieux. Je n'aime pas quand tu vas là-bas seule. Je pourrais t'accompagner cette fois, non?

Imaginons qu'elle ne revienne pas. Que Ross parvienne à lui mettre la main dessus. Que se passerait-il ensuite? Pour elle? Pour lui? Pour eux? Pour la population de New-York, car inutile de nier qu'il y aurait des conséquences désastreuses.

Il lui lance un regard accusateur quand elle lui pique un bout de gaufre. Sérieusement, ce sont des choses qui ne se font pas? Si? Bon... Il élude un peu la remarque sur le fait qu'elle lui piquerait son haut ou qu'elle pourrait lui ramener des trucs s'il en a besoin. Parce qu'il envisage sérieusement de ne pas la laisser partir seule.

D'ailleurs, cette discussion pourrait déboucher sur une autre plus épineuse qu'est celle de l'Epuration et des conséquences de cette chasse aux sorcières. Des risques qu'elle veut/doit prendre et des choix qu'ils se doivent de faire. Mais ils sont en train de passer un bon moment là, même s'il vient de lancer un... pas un pavé... un petit caillou dans la marre, en remettant en cause les plans prévus par l'Agent.

Ce doit être ça, le dimanche matin lambda des jeunes couples. Un petit déj copieux, alors qu'on traine en pyjama alors que la chaine diffuse... "My Sharona"? Cela fait une éternité que Bruce n'avait pas entendu cette chanson!

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 11 Juil - 23:44



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Ses jambes restent tranquillement posées sur celles de Bruce, du moins tant qu'elle ne fait que plaisanter au sujet de son tee-shirt. Comme si cette petite ''taquinerie'' pouvait leur faire oublier qu'elle doit aller en ville et que cette idée est loin de plaire à Bruce. Elle le sait, elle a vu cette grimace se peindre sur son visage. Elle non plus n'aime pas cette idée, mais ont ils vraiment le choix ? Mais avant de parler de cela ? Régler l'histoire du tee-shirt. Natasha elle se penche vers lui, repose ses pieds au sol pour glisser son index dans le col du Docteur, l'attirant à elle. « Il est parfait ce tee-shirt, du plus bel effet sur vous Monsieur Banner... » et au creux de son oreille « Mais je vous préfère encore sans... »

Oui si en un mois les progrès étaient nombreux, Bruce ne pouvait toujours pas empêcher Natasha de flirter. De le provoquer un peu, sans jamais dépasser cette ligne devenue rouge avec l'apparition du Hulk Gris. Et chaque occasion était bonne à saisir. Celle-ci en particulier. Une occasion qui ne s'éternise pas, puisque Bruce avoue de lui même ne pas aimer savoir Natasha seule en ville. La petite Russe elle pose un rapide baiser sur ses lèvres, pique un bout de gaufre avant de s'installer plus confortablement dans sa chaise, regardant son amant avec un sérieux infini. « Je n'aime pas y aller non plus tu sais... »

Quand à savoir si il pouvait y aller avec elle ? Il faut avouer que la première réaction de Natasha serait de dire non. Pas pour une raison très pragmatique du genre éviter un affrontement Ross / Hulk dans un quartier de New-York, mais pour une raison bien plus émotionnelle. Elle le sait en sécurité ici, elle sait qu'il va bien, que rien ne peut lui arriver, et que si il le faut il a tout l'espace nécessaire pour fuir sans jamais se faire attraper. Elle préférerait réellement qu'il reste là, comme elle sait qu'il lui en coûte de la voir partir là-bas seule. Sans assurance de la voir revenir, et sans qu'elle puisse lui dire, le prévenir. Coupé du monde...

La musique derrière eux ne semble même pas attirer l'attention de l'espionne russe maintenant en pleine réflexion. A son tour elle semble peser le pour et le contre de son choix final. Son regard se pose un instant sur sa gaufre. Elle craint de regretter l'une ou l'autre de ses décisions. Mais finalement, elle choisi. Lentement elle se lève et se place près de lui et pose un premier baiser sur son front avant de se faire une petite place sur ses genoux. Assise en amazone, ses bras entoure sa nuque. Son regard plonge dans le sien. Elle espère sincèrement ne pas se tromper. Mais après tout... Dans les deux cas ils courent un risque plus ou moins calculé. « J'adorerai marcher main dans la main avec toi dans les rues de New-York... Mais à une condition... D'accord pour le tee-shirt violet, mais tu veux bien abandonner ce jogging gris pour un autre style de pantalon ? » Petit sourire en coin et toujours cet air malicieux.

Oui Black Widow sait faire des compromis, et puis le sachant à ses côtés elle pourrait probablement mieux le protéger que lui seul ici. Et elle devait l'avouer, oui, elle avait réellement envie de pouvoir prendre son bras entre ses mains et marcher comme ça dans la rue. C'était peut être puéril, enfantin. Mais elle n'avait jamais eu réellement droit à cela, et cela restait dans la zone de tolérance de Bruce non ?

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mar 12 Juil - 21:11

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Bruce est incapable d'interpréter le langage du corps. A moins que les signes envoyés par l'autre personne ne soient on ne peut plus clairs. Analyser des données, des éléments, voir même des rêves, il peut éventuellement le tenter, car cela repose sur des connaissances et une certaine logique des choses. Mais là... Quand la rouquine retire ses jambes dans un mouvement fluide mais délicat, il se demande s'il ne vient pas de la froisser. Mais lorsqu'il l'entend lui souffler cette petite remarque charmante, il se rend compte que non, et ne peut s'empêcher de sourire.

Pourquoi l'aurait-il froisser? Aucune idée. Peut-être parce qu'il y avait cet espèce d'accord tacite entre eux comme quoi elle seule retournait là-bas. Ils n'avaient pas pris le temps de discuter de la chose en réalité, et dans l'esprit dérangé de Bruce, cela pouvait lui déplaire qu'il décide maintenant de l'accompagner...

Elle est maintenant sur les genoux du docteur, et si cette position pourrait, ou même devrait appeler à un peu plus de... d'engagement, dirons-nous de la part du physicien, il n'en est rien. Il ne peut pas. C'est encore trop dangereux pour qu'il laisse ses désirs dicter sa conduite. Son intellect est encore maître de ce qu'il peut se permettre de ressentir ou non. Mais c'est horriblement difficile.

Une bras de part et d'autre de la fine taille de la rouquine, il tente tant bien que mal de se couper des petits bouts de gaufres avec ses couverts. Peut-être parviendra-t-il à en manger un bout avant que la demoiselle qui le chevauche ne termine son assiette à sa place...

Et c'est en plongeant son regard dans celui du docteur qu'elle lui révèle qu'il serait possible qu'il l'accompagne la prochaine fois dans les rues de New-York, bien qu'elle émette une condition particulière!

- Qu'est-ce qu'il a ce jogging? Il est très b... Il interrompt sa phrase en plein milieu, lançant un regard espiègle à l'Agent Romanoff. Il va prononcer la même phrase que celle pour son t-shirt. Donc possible, probable même, qu'elle lui fasse la même remarque que précédemment.

Il s'interrompt donc, étouffe un petit rire destiné qu'à lui-même et enfourne sa première bouchée après le premier chapardage de la part de Black Widow.

Pas de sucre, pas de confiture, juste la pâte moelleuse à l'intérieur, mais craquante à l'extérieur. Et alors qu'il finit cette première salve, il fait un *Oui* de la tête, signe qu'il approuve totalement la recette de l'espionne.

- Cuisine est une matière à l'académie du S.H.I.E.L.D? tente-t-il de plaisanter. Oui, si les petits gestes du quotidien se font de plus en plus facile, le sens de l'humour du Doc', jamais bridé, laisse toujours autant à désirer.

Mais en toute honnêteté, pour l'instant l'alter-ego de Hulk s'en moque, et découpe une nouvelle petite bouchée du plat préparé par Natasha.

Allaient-ils vraiment se balader main dans la main à New-York, comme si de rien n'était? Pour l'instant, ils sont là, et profitent d'une nouvelle matinée ensoleillée loin de tout le bazar qu'est devenue la Grosse Pomme. Et ça, c'est ce dont le Docteur a besoin, même s'il ne l'avouera jamais clairement.

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mer 13 Juil - 12:43



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Installée sur les genoux du Docteur, mais parvenant à respecter cette distance qui lui était nécessaire – un vrai travail d'équilibriste – Natasha observe Bruce tenter de garder son calme en entament sa gaufre. Sourire au coin elle, l'observe essayer de se servir de ses couverts malgré sa présence, comme si rien ne pourrait l'arrêter. Sourire qui se fait plus malicieux encore lorsque Bruce entame une phrase qu'il ne termine pas. Ou plutôt qu'il termine dans un petit rire. La demoiselle incline légèrement la tête, regard rieur, elle attend des mots qui ne viennent pas. Et tandis que Bruce rit pour lui même elle se mord la lèvre inférieure en soufflant « Oh tu ne veux pas finir cette phrase ? Pour me faire plaisir allez... Je rêve de dire la suite... » Et c'est en se penchant à son oreille qu'elle souffle « Parce que je te préfère aussi sans mais ça c'est un secret entre toi et moi... » Il ne fallait pas croire que Nat' n'irait pas jusqu'au bout de ses pensées, c'était mal la connaître.

C'est bien plus calme qu'elle le laisse déguster sa gaufre, observant ce petit oui de la tête. Interrogative, ses mains glissent de sa nuque à son torse, comme pour lui laisser davantage de marge de manœuvre. Et intriguée attend qu'il s'explique. A sa question elle ne peut retenir un rire. Oui en un mois, et même bien avant, elle avait appris à percevoir l'humour de Bruce, s'y montrait sensible. « Hum non, c'était une option, mais tu sais comme je peux être une élève appliquée ». Voyant qu'il se régale avec son petit déjeuner, Natasha décide de le laisser profiter tranquillement. Elle sait qu'être là sur ses genoux peut être source de quelques ''tourments'' et lui demande énormément de contrôle. Autant ne pas trop le provoquer. La petite Russe dépose donc un baiser sur ses lèvres avant de regagner sa place, remettant ses jambes sur celles de Bruce. Délicatement elle se saisit de sa tasse et souffle dessus.

Silencieuse elle l'observe. Un regard mélange de tendresse et d'une inquiétude à l'idée de le savoir au beau milieu de New-York en pleine épuration. Une gorgée de thé. Ils étaient recherchés elle le savait, aller là-bas était des plus dangereux, pour lui, pour elle, pour eux... Et pourtant... Pourtant elle devait récupérer quelques affaires, faire ces quelques achats qui leur permettraient de vivre "mieux"... Elle pourrait peut être tenter de contacter Coulson, ou Steve, Peut être... Nouvelle gorgée... Peut être qu'ils pourraient prévenir Steve que Bruce était là... Puis une autre... Peut être qu'ils  pourraient ne rien dire du tout, rester là, changer de ville pour faire ces courses. Oublier qu'ils ont été des Avengers ? Non... Elle ne peut pas se résoudre à cela. Elle a déjà fait de mauvais choix, elle ne veut pas recommencer. Délicatement elle pose sa tasse sur la table et glisse sa main jusqu'à celle de Bruce, entrelace ses doigts aux siens le temps de poser un baiser sur le dos de sa main avant de la relâcher. Dans ces moments là, certains démons la rattrapent bien plus vite qu'elle ne le désire, dans ces moments là elle les balaye d'un revers de la main. S'accrocher à ces brefs moments, à ces bonheurs simples c'est tout ce qui lui reste. Dans ces moments là son sourire se fait étrangement plus sérieux, même si son regard lui ne change pas.

Du bout des doigts elle entame sa gaufre, et tandis qu'elle l'observe profiter de cette matinée, elle dresse déjà des plans dans son esprit. Cherche dans quel quartier aller pour pouvoir s'échapper plus vite, quels endroits sont les plus sûrs pour eux. Mais à croire que tous ont les défauts de leurs qualités et les qualités de leurs défauts. Tous sont potentiellement dangereux, tous sont sécures à leur manière. Un non de la tête plus tard, elle balaye ses pensées et glisse ses doigts fins entre ses cheveux pour en replacer une mèche derrière son oreille. Et comme pour chasser ses doutes elle finit par demander dans un sourire « Dîtes moi Docteur Banner... Avez vous déjà fait de la moto ? » Quand elle se rendait en ville c'est toujours ce moyen qu'elle préférait. Plus rapide, elle pouvait se faufiler. Mais cette fois, elle devrait peut être changer quelques habitudes...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Ven 15 Juil - 1:19

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Cette façon qu'elle a de bouger. De parler. De le regarder. Comment la définir? Même les petites boutades à double sens qu'elle glisse dans la conversation... Tout chez elle est agréable. A écouter. Sentir. Regarder. Toucher. Comme ces deux jambes, à nouveaux installées sur celles du docteur Banner.

D'une main, Bruce mange le petit-déjeuner préparé par Natasha, alors que de l'autre, il caresse avec délicatesse la peau douce de la rouquine. Des petits mouvements lents, qui vont de la cheville au genou. Peut-être un peu plus haut, mais pas bien loin, avant de repartir en sens contraire. L'odeur du thé qui émane de la tasse qu'elle tient entre ses mains vient jusqu'aux narines du physicien. C'est une odeur agréable, douce, relaxante presque.

Il la regarde, alors qu'elle semble être en train de réfléchir. Elle doit concocter un plan pour leur permettre d'entrer et de sortir de la Grosse Pomme sans faire trop de vagues. Il est nécessaire qu'ils aillent dans cette ville parce que... Ils ne peuvent pas faire comme si tout était normal. Comme s'ils avaient simplement gagner le droit de vivre loin de la folie instillée par les partisan de l'Epuration. Elle remet une mèche de ses cheveux en place. Ce petit mouvement qu'elle fait avec tant de grâce à le don de le faire fondre, bien qu'il ne laisse rien transparaître. Mais en dépit des apparences, il demeure humain, et comme tout un chacun, il trouve chez l'être aimé des petites choses qui le rendent... dingue - mais dans le bon sens du terme!

Elle finit par lui demander s'il a déjà fait de la moto. Là, il pose ses couverts et essuie sa bouche avec la serviette déposée à coté de son assiette. Il la regarde, faisant la moue avant d'entamer une réponse.

- De la moto, Agent Romanoff? Une seule fois. Vous savez, je ne faisais pas partie des garçons cool au lycée. Ni avant. Ni après d'ailleurs... Mais il y a eu cette fois là... Un groupe de... d'amis, on va dire, m'attendait. Il fallait que je les rejoigne absolument. Il y avait une fille parmi les gens de ce groupe. Il fallait que je l'impressionne. Alors j'ai utilisé une moto pour les retrouver. Et une fois sur place, j'ai fait ce que je sais faire de mieux...


Et là, il mime un petit coup de poing de sa main libre - car l'autre continue de faire des petites caresses délicates sur la jambe de Black Widow, depuis la cheville jusqu'au creux du genou.

- Ce fut la seule et unique fois, si je me souviens bien.

Il se souvient du manque d'aisance qu'il avait. Du fait qu'il n'a pas utilisé la béquille pour faire tenir la moto, mais l'avait négligemment posée contre une carcasse de voiture. Et de ce qui s'est passé après. De la fureur qu'il avait laissé l'envahir. Non pas pour impressionner qui que ce soit, mais bien parce que c'était nécessaire. Il s'en souvient très bien.


bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 18 Juil - 0:20



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Installée là près de lui, il y a des petits gestes qui ne trompent pas, qui dévoilent l’attachement que l’on porte à l’autre et valent bien plus que des mots. Cette main qui effleure sa peau, ces gestes lents en disent bien plus.  Natasha a finit par comprendre certains d’entre eux, à y lire ce qu'il voulait lui dire. Et puis elle doit le reconnaître, sentir la chaleur de sa peau contre la sienne a quelque chose de rassurant, de doux, même quand ses pensées se font plus tourmentées. Alors que du bout des doigts elle découpe des morceaux de gaufres. Son regard trouve malgré tout le moyen de sortir de ses sombres pensées pour se poser sur lui et ses lèvres esquisse un sourire aussi tendre que ses caresses

À la réponse de Bruce, la demoiselle arque un sourcil, semble ne pas comprendre tout de suite où il veut en venir. Et puis il parle de ce groupe d'amis, de cette fille qu'il voulait impressionner. Une pointe de jalousie pourrait presque se lire dans le vert de ses yeux. Elle sait qu'il y a eu d'autres femmes avant elle, même si elle se doute que depuis l'arrivée de Hulk dans son existence les choses ont du plus que changer. L'idée qu'elle ne sait pas depuis combien de temps son amant est ainsi habité lui effleure l'esprit alors que Bruce – dans son explication – frappe dans le vide. Alors elle sourit, comprend qu'il parlait d'elle, des Chitauris, de New-York et de son arrivée en moto... Si elle pouvait appeler cet engin ainsi. Un réel sourire amusé se dessine sur son visage. Tandis qu'elle glisse un morceau de gaufre entre ses lèvres. « Je suis certaine qu'elle a été des plus impressionnée, cette arrivée a dû être du plus bel effet... Les filles adorent ce genre d'arrivée, surtout quand le gars tombe au meilleur moment. C'est le coup de la demoiselle en détresse » Sourire amusé derrière son jus d'orange, et de nouveau elle se penche vers lui, sourcil légèrement relevé et regard espiègle. « J'ai adoré cette arrivée vraiment... Par contre la moto était un peu bruyante, mais je crois que Cap l'a récupéré malgré tout... »

Son sourire reste là un instant, sur son visage, comme si les questions qu'elle se posait avaient été chassées par ce souvenir qui n'appartenait qu'à eux. Mais au fond il n'en est rien. Alors encore une fois elle les chasse rapidement, aussi vite qu'elle le peut « Envie de retenter l'expérience ? La moto sera un peu plus rapide, le bruit un peu différent, et vous ne serez que passager, mais je vous promet que vous ne le regretterez pas... » De nouveau ce verre à ses lèvres mais son geste est stoppé et d'un ton léger « Mais promis j'ai un casque pour vous, votre fabuleux cerveau sera sauf promis ! » Et si sa main à lui continue de l'effleurer, c'est presque naturellement que cette jambe si suavement sollicité vient effleurer celle de Bruce, comme cherchant le contact de sa main à tout prix. Une sensation qu'elle aime éprouver, qui balaye tout sur son passage.

Le temps d'une pensée elle se dit qu'elle aimerait s'arrêter en ville avec lui, profiter de la soirée. Le voir dans un costume, mettre une de ces robes qui saurait le rendre fou. Ils seraient allés dîner dans un de ces restaurants qu'elle a pu voir. La nuit aurait – ensuite – été à eux. Elle l'observe en silence et finalement sourit de nouveau. Ils pourraient avoir tout cela ici aussi. Il suffirait d'organiser cela. Après tout ils l'avaient mérité non ?

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Lun 18 Juil - 17:59

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


La façon dont ils se comportent tous les deux, comme si les choses étaient tout à fait normales. Comme s'ils ne formaient qu'un couple lambda, qui s'est évadé de la ville et des tourments causés par les tumultes urbains afin de profiter des bienfaits de la nature au sein d'une résidence secondaire.

Si c'était le cas, les caresses du scientifique se feraient plus câlines, et cela ferait un moment que la nourriture disposée sur la table n'y serait plus justement. La table servant alors de terrain de jeu pour ces deux tourtereaux... Mais il n'en est rien. Et même si la complicité qui s'est installée entre eux plait sincèrement à Bruce, il sait qu'il ne peut se permettre plus. Pas pour l'instant. Pas en sachant ce qui risque d'arriver... Et ce même si le petit mouvement de jambes de la rouquine rendrait dingue n'importe quel homme sur la planète. Lui ne peut se perdre, lâcher prise. Ce n'est en soi pas un problème, il a fait ça toute sa vie. Contenir ce qu'il ressent, encore et toujours. Même si depuis un mois, il y a du mieux.

Il ne peut s'empêcher de lâcher un rire franc quand elle parle de la situation qu'ils ont vécu lors de l'attaque des Chitauris, et de l'entrée pseudo-héroïque de Banner, sur son destrier - à l'article de la mort.

Il la fixe dans les yeux quand il lui affirme "Elle n'a jamais donné l'impression d'être une demoiselle en détresse..." C'était vrai. Comme il est vrai que l'on ne sait pas ce que peuvent ressentir les gens, au plus profond d'eux-mêmes. Que tout n'est qu'une histoire de façade. C'est valable pour lui, elle, Tony, Steve, tout le monde... Mais quand même. Demoiselle en détresse n'était pas la première chose à laquelle on pense quand on parle de l'Agent Natasha Romanoff.

Quand cette dernière parle de la moto et de qui l'a gardé, le bon docteur se permet encore de faire de l'humour. "Il a toujours aimé les vieilleries..." Bien qu'il sache que ces "vieilleries" comme il vient de dire, sont en fait une source de souvenirs, des madeleines de Proust pour un homme qui s'est éveillé dans un monde qui n'est pas... plus le sien. Son présent est le passé de tous les autres. Même si les choses sont évidemment plus compliquées que cela.

"Si c'est toi qui conduis, pas de problème", répond-il à la proposition de l'espionne Russe. Ce n'est peut-être pas le moyen le plus discret, mais c'est assurément le plus rapide et efficace à leur disposition. Bruce n'a jamais été populaire... Donc n'avait pas des tas d'amis. Donc pas trop de chances pour pouvoir faire de la moto, étant donné que lui n'était pas trop porté sur la chose.

Il boit un verre de jus d'oranges. Pas de café, pas la peine de se mettre les nerfs avec une boisson amère. Il dépose le verre de sa main libre, vu que l'autre continue ses petits va et vient. Il se surprend à contempler la rouquine en face de lui pendant un temps qu'il ne lui est pas possible de calculer. Une seconde? Dix? Vingt? Plus? Aucune idée. Il baisse simplement la tête en soufflant un "Désolé", quand il se rend compte que ce qu'il faisait pouvait être inconvenant.

Sa main se fige d'ailleurs. Là, posée sur la fine cheville de danseuse de la jeune femme. Il se sent bien, mais pour autant il n'est pas encore à cent pour cent à l'aise avec cette intimité qui s'installe. Il garde toujours dans un coin de sa tête le danger potentiel qu'il représente. Même si Natasha a su développer un lien avec le monstre en lui, rien n'indique que sous un coup de sang les choses ne puissent pas dégénérer... Pas ici, ils sont trop bien pour ça. Mais n'importe quand ailleurs... C'est un peu comme si un énorme boulet froid était enchainé à l'âme même de Banner.

Il ne souhaite pour autant pas qu'une mauvaise ambiance s'installe parce qu'il ne sait pas gérer les relations humaines. Alors il relance la discussion, posant ses mains de part et d'autre de son assiette, reprenant ses couverts pour manger.

- Tu veux qu'on décolle quand?

Comme s'ils étaient en train de planifier les courses au supermarché du quartier, tel un couple normal qu'ils ne formeront jamais en fin de compte.

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mar 19 Juil - 17:37



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Combien de temps pourrait elle rester là ? A profiter de cette matinée ? De ces sensations, de cette conversation tranquille, qui les coupe un plus du monde qui les entoure ? Combien de temps pourrait elle faire tenir cette bulle d'oxygène avant qu'elle n'explose ? Combien de temps pourrait elle rester là à rire ? A combien de temps auraient ils droit ? Sans savoir quel délai leur est accordé, Natasha profite de chaque seconde, de chaque geste, de chaque mot depuis un mois. De chaque rire... Son rire, comme elle aime l'entendre, il y a quelque chose de drôle, de spontané, il fait raisonner cette voix grave et douce qu'elle aime entendre. Il est rare et doux...

Son sourire se dessine sur ses lèvres pulpeuse tandis qu'il assure qu'elle n'a jamais été une demoiselle en détresse. Si il savait comme à cette seconde elle se sentait démunie, combien elle avait été heureuse de son arrivée. Des faiblesses que peu de monde lui connaît, dont elle ne parle pas parce que c'est mieux ainsi. Parce qu'elle préfère cette image de femme forte à celle de pauvre petite chose. Parce qu'elle préfère garder certaines fêlures encore un peu pour elle. Et puis il y a cette remarque sur Steve, à laquelle la demoiselle ne s'attendait pas vraiment. Et c'est réel éclat de rire qui – peut être pour la première fois – s'échappe de ses lèvres. « Pauvre Steve... Que veux tu le vintage c'est toute sa vie ! » Elle sait bien que Bruce ne pense pas à mal en plaisantant au sujet du Captain, tout comme il sait qu'elle aussi ne lui veut aucun mal en quelques mots.

Son rire se termine par ce même geste, ces doigts qui glissent dans ses cheveux roux pour replacer une de ses mèches encore un peu folle du réveil. Quand Bruce assure ne rien craindre si c'est elle qui conduit, la petite Russe esquisse un oui de la tête, avant de finalement reprendre le cour de son petit déjeuner. Tandis qu'il boit son jus de fruits Natasha elle sirote son thé, bien installée. Son regard se porte ailleurs, par la vue depuis la fenêtre. L'idée d'en faire une baie vitrée lui traverse la tête quand elle croise le regard de Bruce. Naturellement elle lui sourit, avant de l'entendre s'excuser et replacer ses mains sur sa table comme un enfant pris la main dans le bocal à bonbons. Surprise elle ne dit rien et lui sourit discrètement, un sourire doux et encourageant, avant qu'il n'enchaîne avec une nouvelle question.

Mais Nat' n'est pas du genre à se laisser berner ainsi. Si elle ne lui en veut absolument pas, elle ne voit pas non plus pourquoi elle devrait être privée de ces petites caresses fortes agréables au réveil. Et tandis qu'elle lui répond c'est avec amusement qu'elle vient tapoter la cuisse du Docteur Banner avec son pied. Des petits coups doux, en rien méchant, avant qu'elle ne l'effleure jusqu'au genou. Et tandis qu'elle réclame gentiment elle répond avec cette même douceur. « Hum, le temps de finir ce petit déjeuner et de prendre une bonne douche. » Replaçant sa jambe sur celles de Bruce, elle se retourne pour regarder l'horloge « Deux bonnes heures au plus tard si ça te va ? En y allant ce matin, il y aura moins de foule, mais suffisamment de monde pour s'y fondre. »

Prévoyante, il était hors de question de se retrouver coincés par une foule terrible, tout comme il était hors de question d'accrocher une cible à leur dos...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mer 20 Juil - 15:32

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


L'intelligence. La stratégie. La logique. Toutes ces notions sont différentes et pourtant liées. Toutes ces notions sont nécessaires pour qu'un Agent d'une force de maintien de la paix internationale soit capable d'aller sur le terrain sans prendre plus de risques que nécessaire. Toutes ces notions, ces qualités, Natasha en disposait.

De son coté, Bruce n'était pas en reste, mais se mêler à la foule n'a jamais fait partie de ses plans. Il a passé le plus gros de son temps à chercher les meilleurs moyens de fuir les grosses zones peuplées. S'en écarter un maximum. N'être qu'un spectateur de ce monde qui craignait la part sombre qu'il abrite en lui. Qui craignait, et qui craint encore. Car ce n'est pas en oeuvrant avec les Avengers - même en sauvant la Sokovie ou New-York - que l'on efface les méfaits que l'on a pu commettre. Car oui, pour Bruce, ce que fait Hulk relève de sa responsabilité. Après tout, il l'a créé. Comme Ultron, d'ailleurs.

Le petit mouvement du bout du pied que fait l'Agent Romanoff... C'est typiquement le genre de choses qui pourrait faire chavirer n'importe quel couple dans une situation un peu moins conventionnelle. Mais encore une fois, Bruce Banner, le pragmatique et presque distant Bruce Banner, fait abstraction de ce frisson qui parcourt tout son corps pour lui aussi porter son regard sur l'horloge. Deux heures devant eux. Cela leur laisse largement le temps de finir de manger. De débarrasser la table et de ranger. Nettoyer un peu également. Faut dire que la cuisine maison, bah c'est bon. Mais on salit un peu en pratiquant. Et ils auraient aussi le temps de se changer et de se préparer.

Et peut-être même de parler un peu. Alors que la main du docteur reprend ses petits mouvements répétitifs mais délicats, il songe à la meilleure manière d'aborder le sujet. Comment lui dire qu'ils ne peuvent pas rester ici - pour d'autres raisons que le fait que Ross leur tombera dessus à un moment où un autre. Ils doivent se battre. Ils en peuvent pas abandonner leurs camarades. Ils doivent faire entendre raison à Tony. Même si Bruce est certainement la personne la plus mal placée pour aller contre les accords de Sokovie. D'une certaine manière, il les approuve, mais c'est toute la folie qui s'est emparée du pays par la suite qui le met en... colère? Oui, un peu, mais il n'y a pas de risque qu'il devienne vert aujourd'hui. Pas si les plans mis en place par Natasha se déroulent comme elle le prévoit.

- Très bien, ponctue simplement le physicien, après l'annonce du programme à venir.

Le regard plongé dans son verre de jus de fruit au trois quart vide, il semble en pleine réflexion. Pas perturbé, mais juste en train de réfléchir. Pas de bataille intérieur en ce moment, à croire que ses petits "colocataires" le laissent tranquille. Non, juste il se demande sous quel angle ils vont pouvoir tenter de désamorcer la situation qui se trouve être plus que compliquée entre les Résistants et les partisans de l'Epuration.

Son regard se perd un peu dans le liquide orange. Pour combien de temps? Aucune idée, encore une fois. C'est une véritable manie, cette perte de notion du temps. Un peu comme le mauvais gout en matière de vêtements...

Ses yeux se lèvent donc vers la rouquine, qui replace à nouveau l'une de ses mèches rebelles. Elle fait cela avec tant de grâce... Elle représente tout ce que "lui" n'est pas. Et alors qu'il finit son verre et le pose sur la table, il prend à nouveau la parole.

Et il prononce alors les mots... Les quatre petits mots qui, une fois entendu par n'importe quel interlocuteur, glacent le sang, le coeur et l'esprit. Quatre petits mots que personne n'aime entendre.

- Il faut qu'on parle...

Comment rendre un moment agréable, digne des meilleures grasses mat' du dimanche matin, en un pur moment d'effroi? Comment rendre l'atmosphère lourd et pesant en une fraction de seconde? Voila comment.

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mer 20 Juil - 21:48



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



En un mois une communication muette semble s'être mise en place entre Natasha et Bruce, des petits gestes que l'un et l'autre savent interpréter, comme autant de regards échangés entre eux. De silences laissés en suspends. Sans que pour autant l'un et l'autre ne s'en inquiète. Les silences disent parfois bien plus que les mots. Natasha est la première à le savoir. Alors c'est un sourire doux qui se dessine sur ses lèvres lorsqu'elle sent de nouveau les caresses de Bruce sur sa jambe. Installée là à manger sa gaufre la rouquine semble même s'être un peu mieux calée sur sa chaise.

Ô bien sûr elle sait que ce répit est de courte durée, que très vite – plus vite qu'elle ne l'imagine même – la réalité, les soucis, les troubles, les rattraperont. Mais elle se refuse d'y penser pour le moment. Comment elle le sait ? En observant Bruce. Il semble soudainement si absorbé par le reste de son jus de fruits qu'elle sait que quelque chose occupe son esprit. Ce regard n'est pas celui de d'habitude. En fait si il a ce regard de profonde réflexion, comme si il allait aborder un sujet qui ne plairait pas à Natasha. Elle refuse de le voir au début. Ou plutôt éloigne cette option d'elle. Deux heures. Ils ont deux heures pour profiter, pour faire ces choses que tout le monde fait. Pourquoi envisager les conversations sombres qui risquent d'entraîner des doutes, des peurs, des douleurs ? Non elle ne veut pas, pas tout de suite. Intérieurement elle prierait presque pour que Bruce oublie cela aussi. Mais elle sait, au fond d'elle même elle sait que Bruce ira jusqu'au bout de cette idée. Parce que c'est ce qu'elle aurait fait elle aussi.

Et voilà, quelques petits mots lâchés, des mots qui auraient pu lui faire peur si depuis un mois elle n'avait pas créé cette intimité si particulière avec le bon docteur. Et même si un frisson la traverse elle n'a pas peur de ces quelques mots, elle craint la suite un peu. Si il lui disait qu'ils devaient partir ? Que son idée n'était pas la bonne ? Avec ces quelques mots, tout traverse son esprit. Natasha se redresse alors légèrement, mais sa jambe ne quitte pas la main de son amant, elle refuse de rompre le contact, peu importe ce qui viendra ensuite. Sa gaufre terminée, elle prend sa tasse entre ses mains. Elle esquisse un petit oui de la tête. Maintenant elle ne peut plus reculer.

« Bien sûr, de quoi veux tu parler ? » Bien sûr il n'allait sûrement pas parler du temps qu'il fait ou du pantalon qu'il va devoir choisir pour leur tour en moto...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Jeu 21 Juil - 17:19

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Même s'il est conscient que ce qu'il vient de dire pollue un peu la situation calme et agréable de cette matinée, il ne réalise pas forcément à quel point ces mots peuvent être... "compliqués" à entendre.

Compliqués, parce qu'en général, ce qui suit n'est jamais une discussion agréable. Qu'importe le contexte, c'est toujours ainsi. Au moins, ce qu'il vient de prononcer n'offusque pas la rouquine au point qu'elle en retire sa jambe, qu'elle rompe le contact physique pour s'apprêter à un dialogue qui peut s'avérer houleux.

Elle semble être prête à entendre n'importe quoi, même si elle doit se douter que ce qui va suivre ne sera pas une discussion légère et sans importance. Ce n'est pas ce qui se passe quand quelqu'un indique "qu'il faut qu'on parle".

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.
- Boileau

C'est tellement juste. Car l'esprit du scientifique, bien qu'il sache de quoi il veut parler, est un peu fouillis. Il ne sait pas par quel bout attaquer. Il y a tellement de choses dont il veut s'entretenir avec elle. Si un spectateur extérieur à la scène adepte de l'humour noir voyait cela, il commenterait "Ils ne vont pas parler d'enfant, ça c'est sûr!"

Et effectivement ce n'est pas ce dont il veut parler. Le mieux pour lui, c'est de revenir au point de départ.

- Les accords de Sokovie... Tu étais pour... Qu'est-ce qui t'a... Pourquoi? finit-il par conclure, d'un seul coup. Il ne sait pas comment aborder le sujet sans donner l'impression de porter un jugement, alors qu'il souhaite juste comprendre. Comprendre pourquoi elle était du coté de ces accords dans un premier temps. Et pourquoi elle s'est finalement opposée à cela. A l'Epuration par la suite.

Oui, cela fait un mois qu'ils sont "ensemble" - physiquement. Mais encore jamais auparavant, Bruce n'avait eu le courage d'aborder cet épisode douloureux et particuliers de la vie des Avengers. Episode auquel il n'a pu prendre part. Par égoïsme? Par lâcheté?

- Tu penses vraiment que Tony n'est pas dans le vrai?

Après tout ce qu'il a subi en tant que prisonnier du Général Ross, il se permet d'émettre des doutes sur le fait qu'il faille nier en bloc l'utilité de cette vendetta, de cette chasse aux sorcières que l'on impose au êtres surhumains. Il faut dire que son point de vue peut éventuellement se comprendre. Il sait ce qu'une puissance incontrôlée et incontrôlable peut faire comme catastrophes. Il en a été le témoin. L'acteur. Et ce, plus d'une fois.

Donc s'il veut savoir elle était pour la signature des accords, c'est pour mieux comprendre pourquoi et comment elle peut désormais s'opposer à ce qui se passe dans le pays. Car on dirait que leurs points de vue respectifs pourraient diverger à un certain moment.

Tout en parlant, la main de Bruce ne se déplace plus. Elle reste là, comme inerte, posée sur la cheville de l'Agent Romanoff.
bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Jeu 21 Juil - 20:49



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Au fond, il y a une part de soulagement. Même si elle sait la question épineuse, même si elle ne sait toujours pas ce que pense Bruce de tout ça. Il faut l'avouer, parler des accords de Sokovie, du pourquoi elle a accepter de signer avant de partir. Elle pourrait presque dire qu'ils ne vont parler ''que'' de cela. Tellement de scenarii en si peu de temps lui étaient passés par la tête. Elle s'était imaginé le pire, en espérant une conversation plus légère. Parler de Sokovie, de ses choix, elle acceptait sans mal de le faire.

Pour preuve sa jambe n'a pas quitté celles de Bruce, son regard ne s'est pas fait plus menaçant ou plus sombre. Natasha reste elle même, même si elle sait que tout cela est important pour Bruce. Et si avec certains elle pouvait se permettre de moduler le fond de sa pensée, avec lui elle veut jouer franc jeu, lui donner ses vraies raisons, il en fera – ensuite – ce que bon lui semble.

Il avait fallut du temps à Natasha pour être en accord avec elle même, pour être sûre de ces fameuses raisons. Alors quand il commence par lui demander pourquoi elle a accepté de signer, Natasha replace sa tasse entre ses mains. Et quand il parle de Tony, de son point de vue sur lui, elle replace une mèche derrière son oreille. Elle a attendu ses questions pour mieux y répondre ensuite. Une gorgée de thé, et finalement la petite Russe se décide à parler.

« J'ai signé les accords pour plusieurs raisons. Je ne dis pas qu'elles sont justes ou intelligentes. Je pense que je n'avais pas pris toutes les données en compte à cet instant. Je ne pensais pas non plus que l'on tomberait dans de telles extrémités. » Elle prend une première inspiration, son regard se pose alors sur Bruce. Toujours ce détachement naturel, mais qui ne passera jamais pour un manque de respect. « Nous avions commis des erreurs en tant qu'Avengers. Notamment contre Rumlow... Crossbones... Je pensais sincèrement que nous devions ''racheter'' la confiance de ceux qui en étaient venus à nous craindre... » Son regard se pose une première fois sur le liquide ambré se trouvant dans sa tasse « Et puis Ross avait été clair, si on ne signait pas, nous pouvions prendre notre retraite. » Un fin sourire s'esquisse, mais cette fois il laisse paraître sa mélancolie « Je te l'avais dit, j'ai fait ce rêve, où j'étais devenue une Avenger, où j'étais plus que ce que la Chambre Rouge avait voulu faire de moi. Je voulais préserver ça, continuer à rêver encore un peu. Mais ce rêve se fait à plusieurs, en équipe... Alors je voulais la préserver elle aussi » Relevant la tête, son regard se perd sur l'horizon... Cette fenêtre serait vraiment mieux en  baie vitrée avec vu sur la forêt... « Et puis j'ai vu que Steve se rebellait, j'ai compris qu'il ne serait pas le seul. Que Tony finirait lui seul... Je me suis dit que je le connaissais suffisamment, que je l'avais vu dans ses heures les plus sombres... Dans ses meilleurs moments aussi... Que je pourrais lui faire entendre raison puisque même Pepper était partie. Je pensais avoir créé avec lui... Avec chacun de vous, quelque chose de suffisamment fort pour qu'il comprenne que j'étais là pour lui... » Si à cet instant la main de Bruce s'est immobilisée, Natasha n'y prend plus garde. Perdue dans ses pensées, dans ses regrets. Elle n'avait pas réussi... « J'ai salement échoué... »

Quant à savoir si Tony avait tord ou raison, la demoiselle haussa légèrement les épaules « Je ne sais plus si il a tord ou raison, je sais juste que tout cela va trop loin pour moi. Que l'on fasse du mal à ceux auxquels je tiens. Qu'on les enferme... Je ne peux pas accepter cela. Je suis allée trop loin dans des idéaux qui n'étaient pas les miens à la base pour soudainement redevenir une ''coupable''. J'ai embrassé une destinée qui n'aurait jamais dû être la mienne, je ne veux pas faire machine arrière. Je crois qu'à force de rêver, je ne fait plus la différence avec la réalité... J'aime sincèrement ce que Black Widow est devenue, ce que toi, Steve, Clint, même Tony vous m'avez apporté. Je ne veux pas renoncer à tout ça parce qu'un seul et unique homme a décidé que vouloir le bien de tous en étant un peu différent n'était finalement pas si bien. Je ne veux pas d'un homme qui impose la terreur en disant faire le mieux pour les citoyens. J'ai servi des hommes comme lui... Ils ont fait de moi et d'autres des armes aveugles et muettes. Je ne veux pas recommencer, je ne veux pas que l'on inflige à d'autres ce que j'ai vécu. Et si pour cela je dois me rebeller alors je le ferai... »

Malgré elle, sur cet aveu qui allait bien au-delà de ce qu'elle aurait pu prévoir, une larme coule le long de sa joue. Tant de regrets, de choses qu'elle gardait pour elle même. Et finalement en quelques questions Bruce lui permettait de se libérer de son fardeau.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Sam 23 Juil - 15:02

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


L'un des rares sujets épineux abordés depuis qu'ils vivent dans cette maison isolée est désormais lancé. Et c'est sans heurt que les premières réponses arrivent. D'une oreille plus qu'attentive, Bruce écoute les mots prononcés par Natasha. Et alors qu'elle parle, qu'elle explique pourquoi elle a signé les accords de Sokovie, il fait des petits mouvements de la tête, de haut en bas, comme pour acquiescer silencieusement. Il reste silencieux, car il n'a pas envie de la couper dans les explications qu'elle donne, et qu'elle finisse par perde le fil de ses pensées.

Et aux yeux de Bruce, cela ne reste que des explications, faites simplement dans le but qu'il puisse mieux comprendre une situation, des événements auxquels il n'a pu participer. Auxquels il aurait dû participer. C'est facile, avec le recul, de donner son ressenti et de dire ce que l'on aurait fait dans telle ou telle situation. Le fait est qu'il peut y avoir une grosse différence entre ce que l'on pense faire et ce que l'on fait vraiment quand on est confronté à un cas aussi délicat que ce que les médias ont nommé "la Civil War".

Les raisons pour lesquelles Natasha a préféré suivre Tony se tiennent. Il a toujours eu besoin d'un garde-fou. Pour un temps, Banner avait été cette personne-là, jusqu'à ce que sa propre curiosité scientifique le pousse à créer Ultron... et que les catastrophes mondiales connues de tous se produisent par la suite.

Elle prononce le nom de Ross. Même là, Bruce ne frappe pas de poing sur la table, et insultant ce militaire moustachu de tous les noms. Le simple geste qu'il fait qui trahit son agacement, c'est de pincer ses lèvres en baissant la tête, posant son regard sur la peau pâle de la rouquine.

Quand elle parle de l'épuration, du fait que cela va trop loin... Bruce est encore partagé à ce sujet. Il y a certainement des choses qui ne peuvent pas et ne doivent pas être faites. Pas à tous les surhumains recherchés. Mais dans son esprit un petit peu déséquilibré, il se dit que ce qu'il a subi, il le méritait. Et qu'il n'est certainement pas le seul. Et que le monde était bien plus sûr quand il était le prisonnier de Ross plutôt que maintenant.

Natasha fait allusions aux "autres"... Des "armes aveugles". Ce n'était pas des paroles en l'air. Bruce avait croisé la route d'une autre Black Widow. Une blonde qui disposait de pouvoirs surhumains et d'une absence de conscience qui la poussait à tuer dans discernement. C'était elle qui avait fait en sorte que Bruce se rende au Général Ross sans faire d'histoire - oui, pour Bruce, il reste le "Général" Ross, et non pas le Secrétaire d'on ne sait quoi. Il faudra qu'il touche un mot de cette rencontre entre l'Agent Belova et lui-même au Cambodge, à un moment à Natasha... mais ce ne sera pas maintenant.

Quand son regard quitte la cheville de Nat', c'est pour jeter un petit coup d'oeil vers son visage, rapide, histoire de... Mais c'est là qu'il voit une larme couler sur la joue de la jeune femme. Et à cet instant très précis, il sent comme une lame glacée lui transpercer le coeur. Il se sent si mal d'avoir "pousser" la demoiselle à se confier et d'en arriver à pleurer qu'il en retirer même sa main de là où elle était posée. En de nombreuses occasions, il s'était senti mal à l'aise - et la dernière fois où ce fut remarquable, c'est quand le Hulk Gris était apparu pour la première fois il y a tout juste un mois - mais là, c'était probablement le plus gros sentiment de malaise qu'il avait pu ressentir.

Il cherche les mots à prononcer, quoi dire pour la réconforter, mais les sons ne franchissent pas le seuil de ses lèvres. Il ne parvient qu'à souffler un "Je suis désolé", avant de finir par se lever, se dégageant ainsi du contact qu'il avait établi avec la rouquine.

Mais il ne fuit pas. Bien qu'encore immature en ce qui concerne les relations personnelles, il sait qu'il peut... qu'il doit faire mieux. Alors il revient vers elle, et vient s'accroupir, juste à ses cotés. Là, il pose une main sur la joue de jeune femme, avec une délicatesse qui contraste superbement avec la poigne sauvage dont peut faire preuve Hulk, et c'est du bout du pouce qu'il essuie la larme.

- Je suis désolé, je ne voulais pas...

Si vous vous posez la question: oui, il se sent coupable. Encore et toujours. Et il sent aussi son coeur s'emballer. La peur? Le stress? Aucune idée, mais cette sensation qu'il éprouve en la voyant simplement... pas bien. C'est indescriptible et désagréable au possible.

Il n'a même pas envie de faire de l'humour pour tenter d'instaurer un climat moins tendu. Il vient de jeter un pavé dans la marre, et à la première difficulté, il se rétracterait? Non, il ne peut se le permettre. Des yeux, il cherche le regard désormais humide de 'Tasha, et sans vraiment le faire exprès, histoire de maintenir son équilibre, il pose une main sur la cuisse de la demoiselle. Il ne relève même pas cette position à la limite de la convenance, car là, il a la tête sur complètement autre chose.

D'autant qu'il détient maintenant les explications qu'il désirait. Qu'il comprend un peu mieux la suite des événements... Et elle? A-t-elle des questions? Y a-t-il des choses qu'elle souhaite savoir sur son compte? Ce qu'il aurait fait à sa place? Est-ce qu'il aurait affronté Tony dès l'annonce des accords?

- Tu... Je...

Il cherche ses mots. Il ne sait pas comment il peut faire pour améliorer un peu la situation, là. Il ne sait pas sur quoi la lancer. Il ne sait pas quoi faire - il sait toutefois ce qu'il ne peut pas se permettre. Il reste donc à coté d'elle, espérant que sa simple présence suffira à la réconforter, alors qu'il n'est pas sûr en réalité de pourquoi elle semble désormais... si triste?

Elle ne peut pas s'en vouloir pour la situation. Elle ne peut pas considérer que c'est parce qu'elle a échoué avec Tony que les choses ont pris un tournant si tragique. Personne ne peut arrêter Tony quand il a une idée en tête. Quand il s'est fourré un truc dans le crâne, il ne se le met pas ailleurs! C'est ça qu'il devrait lui dire, mais il n'ose pas. Il n'ose plus. Comme si le fait de ne pas avoir réagi avant, l'avoir laissé vider son sac au point qu'elle en fasse couler une larme ne lui accordait plus le droit d'affirmer ces choses qui pourraient effectivement lui faire du bien.




You won't like me when I'm angry...

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Sam 23 Juil - 17:23



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Au fond elle remercierait presque Bruce de ne pas être intervenu, de l'avoir laissé parlé tout du long. Elle ne sait pas si elle aurait pu continuer si cela aurait été pour affronter des critiques ou des questions de toutes formes. Pourtant, comme mal à l'aise, peut être honteuse, elle n'ose pas recroiser le regard de Bruce. Elle qui n'a pas pour habitude de pleurer si aisément, elle sent ces larmes qui coulent le long de ses joues. Elle refuse qu'il voit cette faiblesse là. Elle tente même tant bien que mal de rester silencieuse. Mais elle sait que le liquide lui même ne peut pas se cacher. D'ailleurs elle entend Bruce s'excuser, ne comprend pas forcément pourquoi. Et quand elle retourne son regard vers lui, elle le voit se lever.

Son regard le suit en silence. Quand il s'accroupit à ses côtés elle tente un sourire qui se veut quelque part entre touché et tentant de convaincre que ça irait. Mais la chaleur de sa main sur sa joue, la caresse de son pouce, la pression de sa seconde main sur sa cuisse. Tous ces gestes que l'on avait jamais vraiment eu pour elle... C'est presque un soulagement, une autorisation. Celle de pouvoir ressentir, de pouvoir se sentir humaine. Un instant elle ferme les yeux, ne parvenant pas encore à croiser le regard de Bruce. Un regard qu'il cherche, elle le sait. Et finalement elle se permet, elle ose le laisser plonger dans son regard vert remplit de larmes qui ne parviennent pas à couler. Elle tente de prononcer un mot, rien qu'un, mais c'est peine perdue. Alors c'est Bruce qui parle pour elle. S'excuse, alors qu'elle aurait peut être dû le faire ? La petite Russe esquisse alors un non de la tête. Elle avait accepté cette conversation il n'avait pas à demander pardon. Mais elle sait que ce signe pourrait le perdre, le tromper alors elle pose sa main sur la sienne, effleure cette main qui a caressé son visage, essuyé sa larme. « Ça va... Je suis désolée, je ne voulais pas... » Ne voulait pas paraître faible ? Ne pas paraître fragile ? Ne pas pleurer devant lui ? Ne pas craquer ? Il y a un peu de cela oui... « Je n'ai jamais parlé de tout ça... De la Chambre rouge, de ce rêve que j'ai fait avec toi, avec tous les Avengers... Tu es le seul à savoir tout ça... »

Natasha n'est pas une femme idiote. Elle sait que Bruce ne doit pas forcément comprendre les raisons de son trouble, le pourquoi de ses larmes. Elle s'était vaguement excusée auprès de Steve parce qu'elle regrettait vraiment de ne pas s'être rebellée dès les premières lignes de cet accord. Elle voulait s'assurer qu'il accepterait son aide aujourd'hui. A lui elle n'avait dit qu'une partie de tout cela. A Bruce ? Elle se confiait sans réelles limites, parce que ce qu'elle voulait créer avec lui devait être le plus loin possible de tous ces mensonges. La déclaration qu'elle lui avait fait un mois auparavant était le début de ce qu'elle espérait pouvoir accomplir à ses côtés. Elle ne voulait pas s'arrêter là aujourd'hui. Elle lui devait au moins cela... « Tu sais quand j'ai suivi Tony dans ces accords, quand tout a implosé entre nous tous... Au fond de moi j'étais soulagée... » Son regard se posa sur lui, savoir qu'il restait là sans la toucher. Il y avait quelque chose de presque chevaleresque pour elle. « Le fait que tu ne sois pas là... Tu n'avais pas à prendre parti, je n'avais pas à prendre le risque de devoir m'opposer à toi... » En douceur elle glisse sa main entre ses cheveux sombres, et pose son front contre sa tempe. Elle respecte cette distance qu'il instaure entre eux. Pour sa protection à elle ou à lui peu lui importait au fond.

Un instant elle ferme les yeux, inspire légèrement. Qu'aurait elle fait si Bruce avait été là ? Cela resterait une question sans réponse, elle ne voulait pas y répondre, parce qu'elle avait peur des conséquences de ses propres actes. Et pourtant... Pourtant elle devait être honnête avec lui... Alors elle se redresse, garde sa main sur la sienne, effleure le dos de sa main de son pouce « Bruce je... Il faut que je te dise quelque chose... Je ne veux pas que tu t'inquiètes, mais je dois te l'avouer... Aujourd'hui j'ai fait un choix... En venant te chercher notamment.. » Elle prend le temps d'une respiration et continue « Si je voulais aller à New-York seule c'est parce que maintenant nous serons deux à être activement recherchés... Avant j'ai aidé quelques personnes, c'étaient de ''petits actes de résistance''. Mais maintenant... C'est une déclaration de guerre que j'ai lancé. Je suis désolée... Parce que je t'implique dans tout ça malgré toi, peut être que tu aurais préféré être à Calcutta ou ailleurs à l'abri. » Son regard replonge alors presque difficilement dans celui de son amant. « Je te demande pardon, parce que ceux qui nous font face... Certains sont nés à cause de moi... Je ne mens pas quand je dis que je ne veux pas que d'autres vivent ce que j'ai vécu, pourtant je sais. Je sais qu'il est trop tard. Je sais que mon rêve est égoïste parce que si, vous, vous m'avez sauvé de moi-même, il a entraîné la création d'autres monstres, d'autres cauchemars qui sont, si ce n'est pire, au moins égaux à ceux que j'ai provoqué par le passé... » Et alors qu'une nouvelle et unique larme coule de nouveau elle souffle « Et le pire dans tout ça c'est que ne je changerai ces choix pour rien au monde. Parce que sans eux.. Je ne serai pas là, avec toi, à me dire que j'ai de la chance. A me dire, que même si tu ne veux pas, ou ne peux pas, le reconnaître pour l'instant, tu me rends heureuse chaque jour depuis un mois... » Toujours cette distance respectable entre eux, le contact de sa main contre la sienne « Bruce je... J'étais honnête tu sais. Si dans deux heures tu veux que l'on quitte le pays, que l'on parte loin de tout cela, je le ferai avec toi... »

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Dim 7 Aoû - 19:01

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Il ne sait vraiment plus où se mettre. Il souhaitait juste discuter. Comprendre. Et il est en train de faire pleurer la femme qui a risqué sa liberté pour le libérer de la prison de Ross.

Quand elle prend la parole, Bruce ne sait pas s'il va se décomposer ou si un sentiment de profond soulagement va l'envahir. S'il était plus démonstratif, son coeur sauterait littéralement hors de sa poitrine. Mais comme à son habitude, il reste quasiment stoïque. Et c'est avec attention qu'il écoute les nouveaux mots que prononce la jeune femme. Et là, il comprend. Il comprend qu'entre eux, quelque chose ne va pas. Quelque chose "pourrit" la relation qu'ils essaient de construire. Alors Bruce se redresse, échappant à la poigne de la demoiselle, dont la main s'était glissée dans sa tignasse noire.

Il ne la touche plus. Il la regarde de haut, et son regard semble si... inquisiteur. Il ne s'est pas écarté d'elle. Il est simplement planté là, à ses cotés, en train de faire turbiner son esprit scientifique afin de comprendre des notions bien plus abstraites... Et le premier son qu'il laisse échapper est un petit sifflement, un "Pfff..." qui semble être parfaitement désagréable.

Mais il n'en est rien. Il utilise sa main droite pour se recoiffer, si l'on peut dire que l'on se recoiffe en faisant un geste aussi nonchalant. Et c'est alors qu'un sourire vient fendre ce visage si fermé.

Et de son autre main, il saisit celle de l'espionne russe, et la force à se mettre debout, se rapprocher de lui.

- Je suis flatté de savoir que je suis le seul à connaître certains détails de la vie de la meilleure espionne du monde...


Avec son pouce, il caresse le dos de la main de la rouquine, faisant ainsi passer un message bien plus doux que son attitude d'il y a quelques instants ne pouvait laisser présager.

Il baisse alors la tête, afin de mettre ses yeux à la hauteur de ceux de sa partenaire, et il murmure par la suite, le regard rieur "Moi non plus, je ne voudrais pas avoir à m'opposer à moi..."

Puis il se redresse, et prend une profonde inspiration. Et ce qu'il s'apprête à faire, c'est à marquer dans un petit carnet, car c'est une entreprise périlleuse pour lui... Il utilise alors ses deux bras, pour la serrer contre lui, et lui donner un câlin. Quelque chose de réconfortant - selon lui - et agréable.

Et alors qu'il desserre son étreinte, il la fixe dans les yeux. "Je te serai toujours reconnaissant d'être venue me sauver. Mais il faut que tu comprennes qu'entre Ross et moi... Au-delà de la situation actuelle... Il a un différend avec moi. Il m'en veut... personnellement. Et c'est pourquoi il me traque sans relâche depuis que je me suis injecté le sérum que j'avais créé."

Il humecte ses lèvre, puis continue. "Tu ne me mets pas en danger parce que tu es venue me libérer. Mais je te mets en danger, pour la même raison. Et c'est ce qui me..." Il marque une pause. "Disons que l'on ne peut pas se reprocher tous les deux la même chose... On risque de ne pas aller très loin en faisant cela" affirme-t-il alors dans un sourire.

C'est ça qui "pourrit" ce qu'ils essaient de construire. Ce sentiment de culpabilité mutuel. Il ne faut pas que cela se passe ainsi. Pas entre eux. Pas s'ils ont envie de traverser ce qui va arriver.

Il ne revient pas sur la partie où elle parle des autres monstres... Car elle n'est pas responsable de cela non plus. Et qu'il pense - à tort peut-être - que la situation est redevenue plus conviviale. Enfin, peut-être pas conviviale. Mais moins tendue.

"Je ne veux pas que tu te sentes mal pour quoi que ce soit me concernant. Si jamais je dois changer quelque chose, je possède en moi la force de le faire. Et si je suis encore ici... C'est que je n'ai pas envie de partir. Où que ce soit.

A cause de Ross, j'ai passé ma vie à fuir. J'en ai assez. Qui plus est, des gens ont besoin de nous. On ne peut décemment pas leur tourner le dos."


Et il fait un petit clin d'oeil, avant de murmurer à nouveau "Je suis le plus chanceux de nous deux."




You won't like me when I'm angry...

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Sam 13 Aoû - 23:56



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



L'espace d’un instant son cœur s’arrête dans sa poitrine. Combien de battements rate-t-elle alors qu’elle le voit se relever, qu’il se détache d’elle dans ce sifflement qui lui glacerait presque le sang et l’âme. L’espace d’un instant l’idée que ce doux rêve va prendre fin sur ces aveux lui traverse l’esprit. Ils auraient au moins gagner cela… Un mois, un petit mois avant qu’elle ne gâche tout, comme toujours...Et si lui ne s’est pas éloigné d’elle, elle a enfouit son visage entre ses mains. Sensation que les rôles se sont inversés, qu’aujourd’hui c’est elle qui essaye de se cacher dans les moindres recoins qu’elle pourra trouver. Même si cela ne se résume qu’à l’espace que peut créer ses mains. Et quand il attrape sa main, quand il l’oblige à se relever, elle croit sincèrement que le pire est à venir. Mais rien ne se passe, du moins rien de ce qu’elle pensait. Surprise par ses mots, elle reste muette, inexpressive alors que ses yeux ce posent sur ce pouce qui la caresse. Elle reste là, observatrice de ce qu’il se passe, les yeux fixent, et la bouche à peine entrouverte comme pour lui permettre malgré tout de respirer. C’est comme si soudainement il lui permettait de respirer de nouveau, et si elle ne rit pas à sa remarque sur son auto-affrontement, ce n’est pas parce qu’elle ne trouve pas ça drôle, c’est simplement parce qu’elle reprend son souffle, qu’elle sent de nouveau son cœur battre. Et c’est un regard translucide, voilé de larmes qui s’accroche désespérément à celui de Bruce.

C'est presque comme une poupée que Natasha se laisse faire, sent les bras de Bruce se refermer autour d’elle dans une étreinte qui lui rend presque la vie. Alors seulement elle se remet en mouvement, referme ses bras autour de lui, s’agrippe presque avec la force du désespoir à son dos, sa tête enfouit contre son torse. Là elle se sait en sécurité, là elle se sait à l’abri de tout. Mais aussi vite qu’elle s’est retrouvée contre lui, Bruce recule son étreinte, et cette fois le regard de Natasha est plus attentif, moins voilé, la raison semble lui être revenu alors que Bruce lui explique. Si elle ne comprend pas tous les tenants et les aboutissants de cette histoire, elle sait qu’il lui dit la vérité. Et quand il lui assure que c’est lui qui la met en danger, elle peine malgré tout à le croire, même si elle sait qu’il a raison, que tout cela la met en danger. Disons qu’alors ils se retrouvent sur le même pied d’égalité. Elle ne peut que acquiescer lorsqu’il assure qu’ils ne peuvent pas se tenir responsable, culpabiliser pour les choix qu’ils ont fait et qui met en danger l’autre. Et lorsqu’elle le voit sourire, lui doit presque la voir soupirer de soulagement. Jamais elle ne lui avait vu un tel regard, et le revoir sourire, c’est comme revoir respirer un être que l’on a cru perdu.

A ce qui s’apparente à une déclaration, Natasha reste son regard plongé dans le sien, elle a presque un sourire qui se dessine lorsqu’il lui assure qu’aujourd’hui il ne veut plus fuir, Un sourire se dessine sur ses lèvres - enfin - et elle se hisse sur la pointe des pieds. Ses bras quittent son torse, pour venir enlacer sa nuque. Elle acquiesce lorsqu’il assure que l’on a besoin d’eux, et tandis qu’il assure être le plus chanceux des deux, elle glisse ses doigts entre ses cheveux bruns « Nous sommes tous les deux chanceux Bruce...  » Elle pose un rapide baiser sur ses lèvres, se niche contre lui et finit par souffler « Plus jamais tu ne me fais ce regard là par pitié… J’ai cru que... » Qu’avait elle réellement cru ? Elle ne lui avouerait peut être pas. Comme retrouver sa respiration peut être compliqué à cette seconde, et pourtant elle sait qu’il a raison. « Si tu es sûr de ton choix… Je serai là Bruce... »

Un instant elle reste là, immobile, profite de cette étreinte avant de relever la tête. Elle repense à ce qu’il lui a dit, et finalement ose demander. « Tu as dit que… Que Ross t’en voulait personnellement… Parce que tu t’es injecté le sérum ? » Son regard était intrigué et pourtant il pouvait voir qu’elle ne le poussera pas plus si il ne veut pas en parler. Sa curiosité n’avait d’égal que son attachement pour lui et ce qu’elle voulait en dernier lieu était bien de réveiller de mauvais souvenir.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



I try to tell you

That I need you


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mar 16 Aoû - 0:12

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Alors qu'il se tient là, tout proche d'elle, et qu'elle lui témoigne son affection avec de tendres baisers, il n'a aucune idée de l'émotion qu'il vient de provoquer chez la rouquine. Pour lui, son attitude n'avait rien de distante ou d'anormale. Non, c'était juste du pur Bruce Banner.

Ce n'est que lorsqu'elle lui demande de ne plus jamais faire "ce" regard, qu'il comprend que sa façon d'être, de bouger, de s'exprimer... Que ses petits tics peuvent être mal interprétés, même par elle. Surtout par elle en fait, puisque d'une, elle est la seule personne avec qui il passe du temps depuis plus de trente jours, mais de deux, parce que c'est la seule personne avec qui il se permet de se lâcher un peu - sur un plan émotionnel et communication.

Il cherche son regard un instant, demandant "Que croyais-tu?". Mais il réalise finalement combien la façon dont il venait de se comporter pouvait s'avérer maladroite. Il écarquille les yeux sous l'effet de cette révélation à retardement, et la serre un peu plus fort contre lui "Désolé... Je me suis mal... Je veux dire... Tu croyais vraiment que..." Il étouffe un rire gêné, et l'étreint à nouveau.

Le silence qui suit n'est rompu que par la question que se décide finalement à poser Black Widow. Et là... C'est le moment épineux où l'on aborde le passé respectif de chaque amant. Passé que l'on aimerait voir rester là où il est mais que par pure envie de se montrer honnête avec l'autre, on finit tout de même par déterrer.

Mais avant d'aborder ce chapitre de sa vie telle qu'elle était avant, Bruce aide Natasha à se rassoir, alors que lui-même revient se placer à ses coté, confortablement assis devant son reste de gaufre. Il ne sait pas trop comment entamer son histoire. Autant commencer par le début... Il racle un peu sa gorge avant d'attaquer.

"Cela remonte à avant mon.. ma mésaventure. Tu sais, j'ai passé une grande partie de ma vie seul... Que ce soit à l'école, au collège, au lycée... Je n'étais pas très populaire... Et les choses ne se sont pas arrangées lorsque j'ai poursuivi mes études et me suis spécialisé dans les radiations Gamma.

Cette science n'était pour certains que théories farfelues ou un danger potentiel. Pour moi, c'était la clé d'un avenir plus doux pour la plupart des gens de cette planète. Et pas beaucoup de personnes avaient ma vision des choses. Afin de pouvoir continuer mon travail sur ces radiations, j'ai accepté un contrat avec l'armée. C'est là que j'ai rencontré Ross. Il vivait dans les bâtiments de la base militaire avec sa fille... Betty."


Là, il lève les yeux vers Natasha, et affiche une petit grimace. Il n'est certainement pas nécessaire qu'il entre dans les détails. Elle a compris que Betty et Bruce étaient devenu un peu plus que de simples connaissances.

"Il n'a jamais pu accepter qu'elle s'entiche d'un gars comme moi. Et à partir de ce jour, il a mis un point d'honneur à faire de ma vie un enfer. Et cela n'a fait qu'empirer quand j'ai essayé ma propre formule du sérum du super-soldat sur moi-même... Donnant naissance à tu-sais-qui..."

Là, Bruce se sert un petit verre de jus d'oranges, et prend une gorgée, dans le simple but de laisser un peu de temps à Natasha d'ingérer les informations qu'il vient de lui révéler. En soi, il n'y a rien de fou ou d'alarmant. C'est juste que... Oui. Banner a eu une vie sentimentale. Il y a longtemps, mais elle a existé.




You won't like me when I'm angry...

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mer 17 Aoû - 12:34



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Quel aveu pourrait elle faire ? Quand il lui demande ce qu’elle a cru, elle ne peut que plonger son regard dans le sien, le chercher. Et peut être pour la première fois depuis qu’il la connaît, Bruce doit pouvoir voir une certaine anxiété sur les trait de Natasha. Oui elle a eu peur, et passer au-delà de ce sentiment s’avère plus compliqué que prévu. Elle préfère ne pas répondre à sa première question, ce qu’elle a cru ? Elle n’en est pas certaine elle même et reste persuadée que ses mots dépasseraient sa pensée si elle osait lui dévoiler la vérité. Mais Bruce est un homme intelligent il comprend sans mal ce qui a pu semer le trouble dans cet esprit qui se revendiquait si fort. Natasha ne peut alors qu’esquisser un petit oui de la tête, se laissant blottir tandis qu’il riait presque nerveusement. Presque rougissante elle enfouit son visage contre son torse, comme voulant disparaître.

Mais bien vite, la demoiselle parvient à reprendre le dessus sur ces sentiments confus et que trop rarement éprouvés. Il faut dire que les explications de celui qui la garde contre lui a de quoi attirer certaines questions. Après tout elle ne savait que peu de chose de lui. Du moins de son passé, comme l’inverse pouvait être vrai. Alors l’entendre parler d’un passé commun avec Ross qui irait bien au-delà de cette épuration, il y avait quelque chose de surprenant pour elle. Natasha s’assoit finalement sous les gestes prudents de Bruce. Et si lui se ressert un jus de fruits, elle reprend sa tasse de thé entre ses mains.

Assise et attentive, elle l’écoute expliquer ce passé qu’elle ignorait. Elle arque légèrement un sourcil, dans un sourire en coin. Lui seul ? Elle s’en doutait quand elle avait vu avec quelle gêne, il avait exploré l’héliporter lors de leur rencontre. Et puis on ne se perdait pas dans Calcutta si quelqu’un partageait notre vie. Ce qu’elle avait du mal à comprendre c’est que cela remonte déjà à l’époque où il était enfant, adolescent même. Elle se l’imaginait sans mal avec se boucles brunes et ses tubes à essais. cette vision lui arracha un sourire, mais elle préféra ne rien dire et écouter jusqu’au bout.

Natasha acquiesça lorsqu’il parla de sa vision - peu partagée - des radiations Gamma, et de son choix d’un contrat avec l’armée pour poursuivre ses recherches. et puis il parle de Ross, général, et de sa fille. Ce simple mot fait sourire plus largement Natasha qui porte sa tasse à ses lèvres « Betty hum ? » Rien qu’à ce prénom elle s’imaginait sans mal la demoiselle, comprenant presque pourquoi il avait craqué pour une demoiselle avec un tel nom. Ce qu’elle comprenait moins, fut la réaction de Ross, quoique… « Il aurait préféré un militaire fort en muscles et sans cervelle ? » Elle se penche alors vers lui et dans un sourire murmure « Quel idiot... »

La demoiselle l’observe boire, fait de même avant d’attendre un bref instant. Un instant où elle se demande si elle peut se permettre de poser d’autres questions, si elle peut demander davantage sur ce passé sans qu’il ne pose à son tour des questions. Alors elle préfère changer de façon de faire. « Je peux te poser une autre question ? Ensuite tu me demanderas ce que tu veux, je répondrai tout aussi honnêtement. Et si tu ne veux pas répondre et bien, ne répond pas ça te va ? » Elle boit une nouvelle gorgée et finalement se lance. « Pourquoi ? Pourquoi t’es tu injecté ton propre sérum ? Tu risquais ta vie en faisant cela. Tu l’as même plutôt sacrément chamboulée… Pourquoi tu as pris ce risque là ? »

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



I try to tell you

That I need you


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Mer 17 Aoû - 17:22

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Quand Bruce entend Natasha prononcer le nom de Betty, il ne peut s'empêcher d'afficher un petit sourire gêné en coin. Il sait qu'ils sont adultes, matures et que tous les deux ont un passé respectif qui inclut forcément des choses qui peuvent déplaire à l'autre sans que pour autant cela brise le lien qu'ils sont parvenus à tisser... Mais quand même! C'est délicat! Vraiment délicat. Mais consciemment ou non, il sait que les réactions de la Veuve Noire ne sont jamais dans la démesure, et encore une fois, elle fait preuve d'une retenue qui lui fait honneur.

Quand elle relève l'animosité de Ross, questionnant de façon rhétorique sur ce qu'il pouvait bien vouloir pour sa fille, Bruce ne peut s'empêcher de lui répondre : "Dire que s'il avait attendu un peu, il l'aurait eu, son soldat tout en muscles et sans cervelle", accompagnant sa phrase d'un petit haussement d'épaules.

Suite à quoi, Black Widow propose une sorte de petit jeu. Elle pose une question, et Bruce pourra à son tour lui demander ce qu'il veut. Qu'importe ce qu'elle va lui demander, il répondre pour obtenir d'elle quelque chose qu'il désire vraiment! C'est donc avec entrain qu'il l'invite à poser sa question.

Et là... Le docteur gratte le dos de sa main à l'aide de sa barbe naissante - résultat de plusieurs jours consécutifs sans s'être rasé. Il humidifie un peu ses lèvres avant de se lancer dans une réponse qui risque de la décevoir.

"Pourquoi j'ai fait ça? La réponse que j'aimerais pouvoir donner, c'est que j'ai fait cette ânerie par pur altruisme, ne souhaitant pas qu'un autre que moi-même ne souffre des fruits de mes recherches.

Mais la vérité est toute autre. Ma vie allait changer, quoi que je fasse. Si l'armée n'obtenait pas de résultats, j'allais perdre mes subventions, et mon travail représentait tout pour moi à cette époque. Et avant d'obtenir les autorisations nécessaires pour passer à des phases de tests sur des cobayes humains, on m'aurait déjà saisi l'ensemble de mes travaux. Je ne pouvais pas permettre que cela arrive. Alors j'ai... sauté quelques étapes, si l'on peut dire.

Sans l'accord de personne, j'ai injecté ce que je pensais être une nouvelle version du sérum qui coule dans les veines de Steve. Le monde entier sait que j'ai lamentablement échoué..."


Il marque une pause, attendant une réaction de la part de celle dont il partage le lit depuis maintenant trente nuits. Qu'allait-elle penser de ça? Il n'a fait ça finalement que pour lui. Et encore, même pas pour devenir lui-même un Super-Soldat, l'idée ne l'avait même pas effleuré! Non, juste une question de travaux scientifiques et d'argent. Une banalité navrante...

Il se racle la gorge, et reprend.

"Mon tour maintenant... Quand tu es venue me chercher, lorsque j'étais prisonnier... A un moment, avant que nous ne commencions à combattre les monstres créés par Ross. Tu as murmuré des mots... Une histoire de Père.. de Danse... Je n'ai pas pu tout entendre, ni même retenu la moitié de ce que j'avais pu comprendre... mais...

De quoi parlais-tu?"


Oui, c'est ça, sa grande question! Le gros truc qu'il veut savoir sur Natasha, c'est si les quelques mots récités comme une comptine avant d'engager le combat ont un sens particulier ou non!




You won't like me when I'm angry...

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Jeu 18 Aoû - 0:49



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Dans un sourire intrigué Natasha ne peut que noter la réponse de Bruce au sujet de Betty. Elle ne se permet pas de commentaire. Qui était elle pour en dire davantage ? Et puis elle ne pouvait que dire merci à cette demoiselle au nom sucré. Si elle avait été avec Bruce encore aujourd’hui, elle, elle ne l’aurait pas rencontré, et il ne partagerait pas son quotidien depuis un mois. Alors son sourire se fait plus charmeur, malgré elle, et c’est avec ce même charme qu’elle arque un sourcil.  Prise par cette simple remarque, la rouquine ne note même pas l’engouement qui fut celui de Bruce pour répondre à sa proposition et donc à sa question. Si elle l’avait remarqué, peut être se serait elle méfiée.

C’est donc attentive que la demoiselle écoute ses explications, observe ses attitudes. C’est ce langage là qui trahira le mensonge ou la vérité. Et à voir les gestes de Bruce il n’y a là que pure vérité. elle entend les explications, le contexte, les conséquences qui seraient de toute façon les siennes. Il n’allait pas travestir la vérité juste pour rendre les choses plus “banales”. Sa tasse entre ses mains elle l’écoute sans dire un mot. Elle porte sa tasse à ses lèvres, boit une gorgée alors qu’il dit qu’il a lamentablement échoué. « Je ne dirai pas ça...  » elle esquisse un petit mouvement de tête et relève les yeux sur lui dans un sourire « C’est sûr que tu n’est pas devenu Steve… Mais celui qui t’aide, qui partage ton corps, dis cela comme tu veux… Il est plutôt du genre… Balaise… D’ailleurs il fait de sacré bond... » Sourire en coin, elle avait bien expérimenté la chose et à de nombreuses reprises. Si elle jugeait ce qu’il avait fait ? Honnêtement elle n’allait pas se le permettre, ça non… Et au fond, en faisant cela il avait même protégé la formule qui aurait pu empirer les choses. C’est alors qu’en douceur elle se penche et glisse sa main sur la sienne, l’effleure et murmure un « Merci... » Il ne lui avait pas menti, et c’est cela qui la touchait le plus, pour cela qu’elle le remerciait.

Et bien vite, il lui rappelle les conditions de sa réponse. Et alors qu’elle allait boire de nouveau, son geste est stoppé par la question qu’il lui pose. Alors il l’avait entendu ? Et plus encore il s’en souvenait ? Pas de tout certes, mais suffisamment pour que cela l’intrigue. Dans sa poitrine elle sent son cœur s’accélérer. Elle est au pied du mur et n’a pas le choix que d’être aussi honnête qu’il l’a été avec elle. Alors dans une voix douce, elle reprend « Le Père, la Danse, Budapest, l’Initiative, l’Amérique, Lui » Elle prend quelques secondes de silence et finalement elle commence par le commencement, comme lui au fond. « Quand les choses se sont empirées après la Sokovie, quand les accords, l’Epuration nous a tous séparé. Quand je me suis retrouvée seule, j’ai… Je commençais à perdre pied. Tout ce pourquoi je me battais depuis si peu de temps, tout ce en quoi j’avais finit par croire… Je me perdais… Je savais que si je ne trouvais pas quelque chose… Ce serait permanent. J’ai eu besoin de me rappeler qui j’étais. Cette phrase, cette liste, c’est devenue comme une comptine. Quelque chose qui me rassure quand je dois me battre, parce que ces quelques mots me rappellent qui est Black Widow, ce qu’elle est devenue… Et surtout grâce à qui j’en suis là... Et pourquoi je me bat encore »

Son cœur bat de nouveau plus vite, elle passe se mord légèrement la lèvre inférieure, et étonnement, s’accroche à son regard. « C’est un code… Quelque chose que j’avais appris quand on m’entraînait pour faire de moi une Black Widow. On ne donnait pas des noms ou des prénoms, on symbolisait les cibles… C’est la seule chose logique qui m’est venu pour protéger ceux auxquels je dois tout...  » Ô bien sûr elle se doute qu’il va vouloir savoir de qui elle parle, alors elle prend les devants. « Je me suis aperçue avec le temps que seuls des hommes avaient façonné celle que je suis devenue, alors j’espère que… Que tu ne m’en voudras pas trop… » Ses mains se serrent autour de sa tasse et elle commence donc en reprenant depuis le début « Le Père… Il s’appelle Logan en fait, c’est un homme que j’ai connu enfant, il a veillé sur moi, a habité un temps chez l’homme qui m’élevait depuis la mort de mes parents. Il m’a protégé, et a pris la place du père pour moi… La Danse, c’est James… Tu le connais sous le nom de Winter Soldier peut être… Il a fait de moi Black Widow, il m’a appris à me battre, mais il est aussi le premier à… A m’avoir aimé ne serait-ce qu’un peu… Budapest Clint, il m’a sauvé de la Chambre Rouge, donné ma chance malgré les ordres qu’il avait eu. L’Initiative Fury, parce que je lui dois Natasha Romanoff, L’Amérique ? Steve tu auras du le deviner… Il est le premier à avoir eu confiance en moi… Et Lui ?  » Elle se relève alors, pose sa tasse et se fait un chemin entre ses jambes. Là debout, elle glisse ses mains entre ses cheveux un peu fous, et effleure cette barbe naissante « Lui c’est toi… Tu clos cette liste parce que… Parce que avec toi, pour la première fois, j’ai compris… J’ai compris que je pouvais aimer sans mentir, que j’avais envie d’essayer autre chose… J’avais envie de devenir Tasha, j’avais envie de ce mois… Mais j’ai aussi envie que ce mois dure plus encore… J’ai juste pris conscience trop tard de cela. Et je voulais, je m’étais jurée de te retrouver. Pour que cette liste ne me serve plus. Qu’il n’y aie… Plus que toi... »

Son regard se fait alors doux, mais étonnement, et pour la première fois, les joues de la demoiselle sont d’un rouge vif. Et pourtant elle ne quitte pas son regard attendant sa réaction...

- Adrenalean 2016 pour Bazzart



I try to tell you

That I need you


bienvenue à new york
Bruce Banner
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 467
» ma tête : Mark Ruffalo
» association : Avengers
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 3 - Pouvoir en développement
» appartenance: 5 - Humain victime d\'expérimentation / Mutant 3&5

MessageSujet: Re: We need to talk...   Jeu 18 Aoû - 18:02

We need to talk...
Feat Natasha Romanoff


Une des choses qu'il a vraiment appris à apprécier chez Natasha au cours de ce mois de vie commune, c'est la façon diplomate qu'elle a des présenter les choses. Quand elle tente de présenter l'échec de Bruce, en ce qui concerne la reproduction du sérum du Super-Soldat, elle le fait de manière à ce que le tout ne soit pas trop lamentable. Et cette compassion touche Banner, vraiment. Même si en l'entendant le choyer de la sorte, il ne fait qu'afficher un petit sourire en coin.

Mais s'ensuit la réponse qu'attendait le docteur Banner. Cela fait plus d'un mois qu'il avait entendu Black Widow prononcer ces mots. Mais jamais avant il n'avait eu l'occasion d'aborder ce sujet. Là, alors qu'ils se révèlent des secrets respectifs, il allait obtenir un embryon d'explication. Non, en fait, bien plus que ça!

C'était... Incroyable. Découvrir ces différentes facettes de ce qui constituait Natasha elle-même... Il ne connaissait pas ce "Logan", alors Bruce ne pouvait pas en penser grand chose. En revanche, les autres...

Jamais il n'avait croisé la route du Soldat de l'Hiver, mais il savait qui était cette personne. Ce qu'elle représentait pour Steve. Et désormais, il sait qu'il représente aussi quelque chose pour Natasha.

Fury, Clint et Rogers formaient un tiercé gagnant pour la jeune femme. Chacun, à leur manière, était parvenu à faire d'elle une personne meilleure. C'était assez curieux d'imaginer cela de la part de Fury, toutefois. Enfin quand on adoptait le point de vue de Banner, qui a toujours été surveillé par l'organisation de Fury. En ce qui concerne Barton et Steve, là, c'est évident qu'ils ont des influences positives sur leur entourage.

Et donc, en bout de chaine, à la fin de cette liste, il y avait "Lui". Et ce "Lui" n'était autre que lui. Lui, Bruce Banner. Il avait une place parmi toutes ces personnalités charismatiques qui avaient "façonné" Natasha. Il la suit du regard quand elle se déplace et vient se placer entre ses jambes, et l'écoute encore, et avec attention.

Il a encore en tête la déclaration qu'elle lui avait fait quand ils sont arrivés ici. Il se souvient d'à quel point son coeur s'était emballé. Et c'est encore le cas maintenant.

Et alors qu'elle accroche le regard du scientifique, il remarque quelque chose que jamais encore auparavant il n'avait vu: Black Widow rougit. Et cela tire un large sourire à Bruce, qui appuie son front contre le ventre de Natasha, tout en glissant ses bras autour des jambes de la demoiselle.

Il finit par tourner la tête sur le coté, conservant son oreille en contact avec le ventre de la demoiselle, renforçant son étreinte. Mais pas trop, il ne souhaite pas la faire tomber. Et après être resté ainsi pendant ce qui semble être une durée infinie, le Docteur Banner prend enfin la parole.

- C'est... Je suis touché. Vraiment.

Peut-être est-il lui aussi en train de piquer un fard, mais sa position ne permet pas à la demoiselle de le voir. Il ne sait pas quoi dire d'autre. Il sait qu'elle tient à lui, elle lui a clairement fait comprendre. Et elle vient de le redire maintenant. De son coté, il n'a jamais été aussi explicite - le fait de s'être transformé en une créature animée par le désir de la chaire et l'envie ne compte pas.

Tout ce qu'il trouve à dire... à murmurer, plutôt c'est:

- Je ne t'avais jamais vu rougir avant. C'est adorable.


Oui, il ne pouvait garder cela pour lui-même. Mais s'il lui fait remarquer, c'est de façon délicate, et non pas en hurlant un "TU ROUGIS!" parfaitement ridicule qui pourrait la mettre plus mal à l'aise qu'autre chose...




You won't like me when I'm angry...

bienvenue à new york
Natasha Romanoff
avatar

En ligne Voir le profil de l'utilisateur
GÉNÉRAL.» communications : 769
» ma tête : Scarlett Johansson

» association : Avengers & S.H.I.E.L.D
POUVOIR.
Feuille de personnage
» pouvoirs:
» classe: 4 - Maîtrise quasi parfaite
» appartenance: 4 - Humain sur entraîné / Mutant 1&2

MessageSujet: Re: We need to talk...   Ven 19 Aoû - 16:41



We need to talk...


« It started with a whisper. And that was when I kissed her. And then she made my lips hurt »



Si elle pensait lui dire tout cela ? Oui… Si elle pensait le lui dire si rapidement ? Non pas vraiment. Mais la question n’était pas vraiment là pour Natasha. Ce qui - à cette seconde - l’inquiétait davantage, c’était bel et bien la réaction de Bruce. Il y avait à peine un mois de cela son cœur explosait sous la menace de le voir reparti, voilà qu’aujourd’hui il se confrontait de nouveau à cette déclaration d’amour. Mais elle n’avait pas voulu reculer, n’avait pas voulu user de l’une de ses pirouettes pour éviter les question gênantes. Elle lui devait une vérité. il n’y avait que comme cela qu’elle parviendrait à devenir “Tasha”. Alors elle lui avait tout dit. peut être qu’il n’en aurait pas demandé, ou espéré autant, mais le résultat était là, elle le lui avait dit. Sans détour, sans surplus non plus. Cette vérité nue qui était la sienne tout simplement.

Calée contre lui, c’est avec douceur qu’elle l’avait accueillit contre elle. Si lui avait resserré son étreinte autour d’elle, elle enfouit son visage contre ses cheveux sombres. elle sait qu’elle rougit, il l’a vu, se cacher ne sert plus à grand chose, et pourtant. Pourtant c’est bien cela qu’elle fait, elle se cache, cache ce trouble qu’elle n’avait jamais connu avant lui. Ce n’est que lorsqu’il dit être touché que la demoiselle tourne à son tour la tête, repose sa joue sur le sommet de celle de Bruce. Ses bras glissent pour mieux entourer sa nuque. il y a quelque chose de tendre et de “normal” dans cette scène qu’elle ne croyait jamais possible. tant de fois on lui avait répété que Black Widow n’aimait pas, tant de fois on lui avait dit que personne ne voudrait la lire si elle devenait un livre ouvert. Tant de fois on lui avait dit que l’amour n’était que pour les faibles. Et pourtant… Pourtant elle ne s’était jamais sentie aussi forte qu’aujourd’hui. Si forte et si faible, alors que malgré l’étreinte qu’à Bruce à son égard, elle se demande si ces mots n’ont pas été de trop. Il n’y a pas tant d’assurance que cela en Natasha…

Lorsqu’il finit par pointer le fait que la demoiselle rougit, Natasha ne peut que laisser échapper un rire. Une de ceux qu’elle n’avait jamais eu vraiment. peut être un de ceux qu’elle a tenté d’imiter, de copier, pour se donner l’impression d’être plus “humaine” mais celui-ci est sincère, beau et doux. Et pourtant, pourtant elle l’étouffe en se dissimulant de nouveau contre le sommet de la tête de celui qui est devenu son amant. Et dans un murmure qui l’est tout autant elle lâche un « Non c’est pas vrai... » Bien sûr que ça l’est. Bien sûr que ses joues sont aussi rouge qu’un coquelicot. Mais cet aveu de faiblesse, c’est bien la première fois qu’elle ne peut pas le contrôler.

Que cette sensation peut être douce. Étreindre l’être aimé, être là dans ses bras, et n’avoir rien à contrôler, pas même les battements de son cœur. Pas même ces papillons qui lentement déploient leurs ailes au creux de son ventre. Elle sait que les limites sont floues, que la raison doit toujours être là, à portée de main. Et pourtant elle ne demande rien de plus. Ses bras autour d’elle, cette tête contre elle, et quelques mots qui dévoilent bien plus que ce qu’elle n’aurait jamais imaginé, ou espéré...


- Adrenalean 2016 pour Bazzart



I try to tell you

That I need you


bienvenue à new york
Contenu sponsorisé

GÉNÉRAL.
POUVOIR.

MessageSujet: Re: We need to talk...   

 

We need to talk...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Avengers RPG :: Le monde qui nous entoure :: Le reste de la Terre :: L'Amérique-